Pour le philosophe Pierre-André Stucki, notre quête humaine de la réalité ultime est illusoire car pour définir le sens de la vie, il faudrait pouvoir disposer d'une vérité indiscutable, qui réclamerait un éclairage certain de la destinée qui à son tour devrait pouvoir s'appuyer sur une sens évident à la vie.
Or, la destinée, le sens et la vérité sont des notions équivoques: nous vivons en fait dans une réalité fictive, imaginaire et construite à partir de nos vécus, de nos expériences ou encore de notre environnement. Nos convictions peuvent donc seulement être crues, confessées, attestées, vécues, expérimentées...
C'est une condition d'accès à l'être authentique. Mais bien évidemment pas la seule...


L'approche psychologique.

C’est quoi être authentique ?

L’authenticité pourrait se traduire par le fait de penser et d’agir d’une façon qui soit proche de son ressenti intérieur. On peut aussi y associer des notions d’écoute sans jugement, de bienveillance vis-à-vis de soi. Néanmoins, aller à la rencontre de son "Moi" profond est rarement un chemin lisse et uniforme, il nécessite des efforts, certains renoncements, de la patience aussi…

Comment devenir authentique ?

La recherche de l’authenticité est avant tout la démarche qui consiste à se rencontrer soi. Celle-ci peut difficilement s’envisager sans un travail d’investigation et de questionnement. D’où est ce que je viens ? Quels héritages, conscients et inconscients, mes ancêtres m’ont-ils légué ? (très vaste question). Que faut il pour que je me sente en paix avec mon histoire personnelle, avec mon enfance..? Ces différents champs de questions obligent à une écoute profonde et non jugeante de soi. Elle peut également conduire à mener ce travail sur le passé avec un professionnel de la parole (psychologue, psychanalyste). 

Les barrières à l’authenticité

Nombreuses sont les barrières qui peuvent entraver un accès profond à soi même, au « Moi » authentique. En premier lieu, le rythme frénétique de la société contemporaine laisse peut de temps pour se retrouver avec soi, elle en laisse également peu pour réfléchir, pour penser. Ce sont pourtant des nécessités impérieuses pour tendre vers sa propre authenticité. De même, les sollicitations d’aujourd’hui n’ont sans doute jamais été aussi nombreuses : omniprésence des écrans, des publicités (affichage, radio, télévision, magazine, téléphone mobile…) et d’offres permanentes pour combler nos besoins, nos envies et même bien au-delà de celles-ci. Dans ce contexte, il semble bien compliqué de disposer de l’apaisement nécessaire pour se recentrer sur soi…

Libérer de l’espace symbolique

Pour que la recherche sur soi puisse effectivement prendre sens – et cela pas seulement dans le cadre d’un éventuel travail de parole – il convient d’aménager son univers de vie. (http://www.psychologie.fr/article/a-la-recherche-de-l-authenticite-A-196.html)


Vivre, « c'est sentir la vie en soi et autour de soi, c'est se percevoir et percevoir autrui. C'est savourer le bonheur de sentir palpiter l'existence dans ce qu'elle a de plus précieux et de plus intime. Qu'il s'agisse de peines ou de joies, ça palpite, ça se montre, ça se partage, ça se rencontre... » ; ça se vit en somme dans l'équilibre entre l'extériorité et l'intériorité. 
Mais  la formule de Thierry Tournebise demeure vraie : nous sommes enclins en même temps « à nous protéger des autres pour parvenir à être Soi, et à en avoir besoin...car sans eux, le Soi ne trouve pas sa place. » Comment y arriver ? 

L'approche spirituelle

Pour Philippe Guillemant, L'AUTHENTICITE est la condition requise pour parvenir à un état d'être qui correspond à l'ESPRIT et non à l'ego. On parvient à être authentique lorsqu'on réussit à dissocier l'égo de son être intérieur (ESPRIT), par exemple au cours de la méditation où l'on observe ses pensées, plus généralement au cours de toute activité qui nous permet de nous déconditionner vraiment. Un bon indice d'authenticité est le sentiment de bonheur hors de toute satisfaction, simplement le bonheur d'exister au temps présent avec la sensation que par exemple notre statut social, notre richesse ou notre pauvreté, n'ont strictement rien à voir là-dedans, le bonheur étant simplement acquis par le fait d'exister dans l'ESPRIT, c'est à dire d'être nous-mêmes, que cela soit clochard sous les ponts ou star des médias. Mieux vaut d'ailleurs clochard sous les ponts pour maintenir l'AUTHENTICITE. Elle mène à l'éveil de l'être intérieur ou ESPRIT.

Ce qui est à prendre en compte:
  1. La quasi-totalité de notre cerveau est sensible à des informations émotionnelles
  2. La capacité de raisonner est profondément ancrée dans notre être émotionnel.
  3. « Les émotions primordiales constituent le propre de l'homme, ajoute-t-il, passant par les instances du désir et de la conscience partagée. Je suis parce que je suis ému et parce que tu le sais ».
  4. Les émotions se déclenchent dès que l'organisme perçoit, sous forme de messages sensoriels simples ou complexes (sensations), les indicateurs internes ou externes signifiant le danger (le Mal) ou au contraire l'obtention d'un état d'équilibre (le Bien).
  5. La joie augmente l’énergie disponible, inhibe les émotions négatives. On se montre plus curieux, plus ouvert et on se donne plus de buts à atteindre. Les objectifs sont plus facilement réalisés.
  6. Selon Caroline Leaf, «Le fait de sourire favorise le recâblage de nos circuits neuronaux et fortifie la partie de notre cerveau impliquée dans la prise de décision, dans la mise en réseau d’informations et dans l’analyse de différents éléments»
  7. L'expression des émotions est un langage universel et muet dont l’alphabet se moque des frontières
  8. La dopamine, qualifiée d'hormone de l'action, intervient dans l'anticipation, la motivation, la projection d'émotions positives et nous pousse à positiver, à avancer
  9. La sérotonine est un régulateur anti chagrin: Stimulé par la passion amoureuse, les relations sociales, les pensées positives, les contacts physiques, il agit comme un euphorisant
  10. C'est la synchronisation des hémisphères gauche et droit du cerveau qui favoriserait un sentiment d'unicité où l'individu fonctionne d'une façon plus intuitive. Il peut être en son être véritable.
  11. Le réseau neuronal du cœur un organe auto-animé – un deuxième cerveau en somme - qui nous envoie des signaux émotionnels et intuitifs pour diriger notre vie. Autonome, le cœur sécrète différentes hormones, telles que l’ANF (Hormone atriale natriurétique factor) qui régule la tension artérielle et l’ocytocine), qui bloquent les hormones du stress, stimulent les organes reproducteurs et interagissent avec le système immunitaire. Ce réseau neuronal agit alors comme un oscillateur puissant qui influence tous les autres systèmes du corps et bien sûr le cerveau aussi . Les nombreux oscillateurs biologiques de l'organisme vont se synchroniser sur cet oscillateur majeur. La cohérence cardiaque favorise au niveau organique le fonctionnement du système immunitaire, le ralentissement de l’hormone de vieillesse (DHEA), une baisse de la tension artérielle, un meilleur équilibre fonctionnel des autres systèmes (respiratoire, cardiaque, digestif, immunitaire). La régulation de l'ocytocine  favoriserait  la lutte contre le mauvais cholestérol (Ldl-cholesterol) et l’assimilation du sucre par l’organisme. Le réseau neuronal du cœur est impliqué dans les effets positifs de l’émotion sur la perception, l’attention, la mémoire, la prise de décision ou encore le jugement moral. Elle faciliterait également la mémorisation durant les phases d’encodage, de consolidation ou de rappel. Loin d’être un simple muscle, le cœur devient donc incontournable dans la pratique d’une vie spirituelle. “Si le cerveau est le récepteur radio alors le cœur est le bouton de réglage de la radio sur la fréquence de votre choix” - Nassim Haramein.
  12. Selon le Dr Edvard Moser, directeur du Kavli Institute for Systems Neuroscience, la communication gamma est le principe général servant à faciliter les communications avec le cerveau. C'est aussi le langage reconnu par le vide matriciel. Notre cœur produit l’onde gamma, une onde électromagnétique, qui met en place les possibilités, ce que vous croyez dans votre cœur: c’est cela qui met en place la possibilité créée par le vide matriciel.
  13. Une récente étude de la neurologue Fabienne Picard permet de supposer que l'insula serait impliquée dans un mécanisme de prédiction de la façon dont le corps va se sentir quelques instants plus tard. C’est elle qui nous indiquerait que faire si l’environnement a changé. Si la prédiction est correcte ou l’erreur négligeable, alors nous nous sentons bien. Dans le cas contraire, nous ressentons un malaise qui stimule une nouvelle recherche d’adaptation. La comparaison entre la prédiction et la réalité est donc permanente. L'insula est impliquée dans nombre d'émotions de base: la souffrance, l'injustice, la colère, la peur, le dégoût, le bonheur et la tristesse. C'est elle qui établit une carte du corps en temps réel.
  14. À travers les ondes gamma, il y a bien un au-delà à l’immanence, à la simple conscience ancrée dans notre corps; l’équipe de Jimo Borjigin de l’université du Michigan a ainsi montré une forte augmentation durant trente secondes des oscillations gamma même après l’arrêt du cœur  des animaux. Quelque chose excite des millions de neurones simultanément dans de nombreuses zones différentes du cerveau même après la mort cérébrale!
  15. Notre cerveau est programmé, selon la Pr Sharot, pour nous aider à voir la vie en rose: « Nous avons découvert que le biais d’optimisme se maintient quoi qu’il arrive, car les gens corrigent plus sensiblement leurs prédictions en réponse à des informations positives concernant le futur qu’en réponses aux informations négatives. »
  16. « La « joie imprenable » vient de la découverte d'être aimé de Dieu, d'un amour inconditionnel, qui rend libre, n'écrase personne, fait constamment place aux autres, comme Jésus l'a vécu et enseigné. (Lytta Basset)."
  17. Cette joie comme l'affirme Maurice Bellet recherche la paix ardente de la juste faim, de l'harmonie des puissances, de la réconciliation fondamentale avec l'œuvre immense : que l'amour soit la vérité et la fin des logiques infernales de  l’avidité-angoisse, l’abandon-emprise, le rejet-absorption. En Dieu nous est garantie la sortie du besoin viscéral de s'autojustifier.
  18. L'Eveil de notre Esprit nous permet d'entrer dans la joie de ce désir neuf de vivre en continuité, en rupture et en innovation, comme transgression du besoin primal d’autojustification (glorification et sanctification égotique de soi). « Notre cœur nous condamne », dit la première épître de Jean, en ajoutant immédiatement : « mais Dieu est plus grand que notre cœur ». Lorsque notre cœur nous condamne, Dieu nous pardonne. Quand nous nous détestons, Dieu nous aime. Le message évangélique dissipe cet amour propre qui se veut sans défauts. Il nous apprend à accepter nos misères, nos manquements, nos incapacités. Sans nous croire impeccables, sans nous prendre pour plus que nous valons, nous avons à nous aimer tels que nous sommes, comme Dieu nous aime, c'est-à-dire à la fois forts et faibles, justes et pécheurs, petits et grands, merveilleux et défectueux. Nous sommes invités à cette juste relation avec tout, nous-mêmes, les autres, Dieu, la nature, l'argent, la jouissance, etc. L'amour est cette juste relation qui tient le chaos et le mortifère à distance pour que la vie soit suffisamment bonne et qu'il soit bon d'être né. Mais à l'évidence on ne peut pas imposer, ordonner, obliger d’aimer. C'est donc un acte libre en réponse au libre arbitre voulu par le Créateur. Comme Lui, nous mettons de la lumière dans l'obscurité en privilégiant l'énergie du beau, du bien, du bon, de l'utile ou de l'agréable pour tous.Tout dans notre corps est formé d’énergie. Chaque cellule est un mini-circuit oscillant:"tout est énergie" ou "tout est vibration". En effet, nous sommes constitués d’énergie et tout ce qui nous entoure l’est aussi : les animaux, les végétaux, les minéraux, les lieux et même les objets ! 
19.  L'univers est un champ d'énergie holographique sans limite infiniment incorporé qui ne cesse d'en apprendre plus sur lui-même par la résonance de la seule chose qui relie toutes choses : l'ESPACE. Nous y avons part et nous y jouons notre rôle... Nous sommes l'univers qui apprend sur lui-même. 

Et Nassim Haramein nous dit:
Vous faites partie de ce canal de l'information du vide qui passe d'infiniment grand à infiniment petit à travers vous et comme il passe à travers vous il choisit votre interprétation spécifique de l'univers et le nourrit à l'infini de toutes les choses afin que votre participation soit comptée... Vous commencez à avoir un sens de votre responsabilité ?"  
Si vous voulez vivre dans un monde libre, de paix, d'amour, de joie et de bonheur, alors faites-le déjà en vous, puis dans votre entourage immédiat, et ainsi de suite. La plus petite colère en vous participe aux traumatismes planétaires; la plus petite dose d'amour en vous participe à l'harmonie de la planète et de tous les êtres vivants qui y vivent. Alors choisissez en pleine conscience le monde dans lequel vous voulez vivre, ce qui n'est pas vain, violent, futile ou mesquin! Nos choix, nos pensées, nos valeurs, nos émotions, nos convictions intimes surtout, tout est en lien avec la Singularité, ce qui attire, crée ou rejette.

 Il s'agit de reconnaître et d'expérimenter qu'il y a là quelque chose de plus grand que soi-même, une transcendance, une merveilleuse dynamique d'un amour divin qui nous accueille de manière inconditionnelle.

 Ce quelque chose de plus grand que nous les humains est en même temps un presque rien qui fait toute la différence car IL NOUS EST FAVORABLE ET NOUS VEUT DU BIEN ! Sans nous contraindre ni nous obliger d'aucune manière. 

Il est le gardien et le garant du libre arbitre; en lui, nous faisons l'expérience du Tout, de l'absolu dans le relatif.
En lui sont réunis l'humain et le divin, dans une co-création de tous les instants. Nous gardons le droit et la possibilité de rejeter le divin ou d'y consentir, de nous y ouvrir ou non, d'interagir avec lui ou de nous en passer; d'y croire ou d'en ignorer sa Présence et sa Prévenance.

Dans cette approche, l'être authentique est dépassement de notre être-au-monde habituel: L'homme enfermé en lui-même, réduit à son individualité naturelle, immergé dans les soucis de la vie temporelle, s'aliène aux nécessités de la survie existentielle : s'installent la peur de manquer, l'angoisse de l'insécurité, la hantise de la solitude, qui trop souvent font prendre des décisions qui engendrent des conséquences fâcheuses et alourdissent le fardeau du quotidien. Cette aliénation au monde visible, extérieur à cet univers clos où tout est référé à nos perceptions et à nos conceptions, c'est le mouvement de l'égocentrisme. Dans les mots chrétiens le péché. 

Le repentir est une ré-orientation du désir qui s'exprimait par rapport au monde et qui maintenant est orienté vers Celui qui est Source de désir en nous car il est Source de vie, accueil dans le non-jugement et la non condamnation si nous le voulons bien.  Le repentir est alors ici reconnaissance émue et vécue de cet amour et visualisation positive de notre place dans l'Univers. Chacun-e l'étant en fonction de son individualité unique, de ses dons et compétences, de ses doutes, peines ou traumatismes...Nous explorons alors quand la Vie fait sens, avec le soutien divin d'une Conscience cosmique avec laquelle nous créons notre réalité, nous attirons et repoussons des possibles autour de nous et plus largement encore via les champs morphiques. Ils sont connus de la physique, sont des régions d’influences non matérielles s’étendant dans l’espace et se prolongeant dans le temps. Voici comment Nassim Haramein nous enparle:
" Vous attirez, créez, rejetez ce qui est autour de vous. Vous pouvez aussi comprendre qu'en fonction de votre chemin, de vos pensées, de vos valeurs, de vos émotions, vous attirerez forcément autour de vous d'autres personnes qui sont sur le même chemin, qui ont des pensées, valeurs et émotions similaires... Ce n'est qu'en décidant de vous soigner que vous soignerez le monde autour de vous, d'abord votre monde immédiat, puis un monde plus large, et ainsi de suite. C'est une erreur de vouloir guérir le monde des fléaux qui l'habitent puisqu'en vous concentrant dessus, vous vous y attachez davantage... Si vous voulez vivre dans un monde libre, de paix, d'amour, de joie et de bonheur, alors faites-le déjà en vous, puis dans votre entourage immédiat, et ainsi de suite. La plus petite colère en vous participe aux traumatismes planétaires; la plus petite dose d'amour en vous participe à l'harmonie de la planète et de tous les êtres vivants qui y vivent. Alors choisissez en pleine conscience le monde dans lequel vous voulez vivre, ce qui n'est pas vain, violent, futile ou mesquin! Nos choix, nos pensées, nos valeurs, nos émotions, nos convictions intimes surtout, tout est en lien avec la Singularité, ce qui attire, crée ou rejette. Il s'agit de reconnaître et d'expérimenter qu'il y a là quelque chose de plus grand que soi-même, une transcendance, une merveilleuse dynamique d'un amour divin qui nous accueille de manière inconditionnelle et somme toute impersonnelle. Vous êtes la singularité au centre d’un univers – je le dis littéralement. Si l’univers est infini, il y a un univers "là-bas" dans lequel vous êtes le centre parfait. Et donc je ne fais pas d’allégorie. Un univers dont vous êtes le centre et qui est lui-même le centre d’un autre plus grand, et ainsi de suite. Donc, vous observez l’univers depuis votre propre centre, mais en même temps nous sommes tous connectés au même centre de gravité : le centre de la terre. La même singularité nous maintient tous unis. Et cela nous permet d’avoir un consensus commun, sur la planète. Sinon, toutes nos approches divergeraient tellement que nous ne serions d’accord en rien. Le système est tel qu’il y a toujours un centre plus grand qui génère un consensus d’observation entre tous les systèmes indépendants de cette organisation. Par exemple, toutes vos cellules sont d’accord d’être vous parce qu’elles sont toutes attachées par une singularité, et un centre de gravité spécifique, qui est vous et toutes collaborent pour vous générer. Alors comment, si l’atome égale à 99,999999% d’espace, la terre (trou noir) peut-elle avoir tant d’espace à l’intérieur ? Et bien, parce que la terre est faite d’atomes et tous les atomes sont majoritairement faits d’espace. La terre creuse... Oui, mais, je ne dirais pas que la terre creuse a tant d’espace. S’il y a un trou noir au centre de la terre, comme je pense, il est assez petit parce qu’il ne faudrait pas un très grand trou noir pour générer l’énergie que l’on observe sur terre."  


       

 .