Oser un libre arbitre en complicité avec la Source.

Introduction

Le 7 mai 2013 a éclaté une petite bombe dans le domaine des sciences  : Nassim Haramein, directeur de recherche à l'Institut de Physique Unifié d'Hawaï, a écrit un article intitulé "Gravité quantique et masse holographique", qui a été validé et publié dans le journal Physical Review and Research International. Cet article faisant état de la théorie d'Haramein sur "l'univers connecté", offre par des formules algébriques et des équations géométriques une nouvelle vision alternative de la gravité. La démarche est novatrice et ambitieuse car elle permet de réconcilier de manière inattendue la physique d’Einstein et celle des quanta. Elle se présente donc comme la théorie unifiée du Tout qui nous manquait depuis bientôt cent ans.

Cette théorie particulière décrit une forme géométrique de base qui est "la brique" d'espace-temps permettant de construire tout le reste. Cette structure géométrique se retrouve étrangement dans le savoir ancestral de nombreuses religion du monde et sur de nombreux artefacts liés à la connaissance.

Parmi les découvertes fondamentales de N. Haramein figurent : 

o Le fait que les trous noirs répondent à une distribution fractale : ils sont répartis depuis l’infiniment petit (distance de Planck) jusqu’à l’échelle cosmologique (l’univers, qui est lui-même un trou noir). Les galaxies et les étoiles contiennent un trou noir en leur centre (ce qui a été vérifié scientifiquement depuis).

o La matière noire n’existe pas, c’est une commodité inventée par la communauté faute de pouvoir en donner une explication satisfaisante. Les 95% de matière manquante de l’Univers s’expliquent par l’incomplétude des équations d’Einstein qui ne prennent pas en compte la torsion de l’espace-temps.

o Il n’y a pas 4 interactions fondamentales, mais 2. Les interactions nucléaires fortes et faibles n’existent pas, et n’ont été inventés que pour convenir de la non-prise en compte de la distribution fractale des trous noirs, qui suffit à assurer les cohésions que devaient prendre en charge les interactions nucléaires.

o La gravitation est non seulement compatible avec la mécanique quantique (ce sur quoi la science s’est toujours cassé les dents), mais elle en est la continuité.

o Le vide a une structure, et l’énergie du vide (dont l’équivalent-masse du volume d’un proton est exactement celui de la masse de l’univers) assure la cohésion de l’Univers.

o L’énergie noire n’existe pas, l’accélération de l’expansion trouve son pendant dans l’effondrement du vide sur lui-même, conformément à la loi fondamentale de la physique « Action-Réaction ».

o La structure du vide se réduit à un modèle de 64 tétraèdres construits en symétrie inversée. Ce modèle nous a été laissé par d’anciennes civilisations datant d’au moins 10.000 ans et se retrouve sous forme du symbole nommé Fleur de Vie sur toute la planète (Égypte, Chine, Amérique Centrale, …). 

Le travail d'Haramein montre que tout dans l'univers est connecté, de l'échelle la plus grande à la plus petite, grâce à une compréhension unifiée de la gravité. Il démontre que c'est l'espace qui définit la matière et non la matière qui définit l'espace. "Rappelez-vous que la matière est faite de 99,9 % d'espace"- dit Haramein - La théorie du champ quantique expose que la structure même de l'espace-temps, à un niveau extrêmement petit, vibre avec une énorme intensité. Si nous pouvions extraire un infime pourcentage de toute l'énergie contenue au sein des vibrations se trouvant dans l'espace de l'un de vos doigts, cela représenterait assez d'énergie pour alimenter les besoins mondiaux pendant des centaines d'années. 

 Cette nouvelle découverte a le potentiel d'ouvrir un accès à l'exploitation de cette énergie comme jamais auparavant, ce qui révolutionnerait la vie telle que nous la connaissons aujourd'hui". 

La base de la recherche d'Haramein est une prédiction audacieuse sur le rayon de charge du proton. Moins d'un mois après l'envoi de son article à la Bibliothèque du Congrès, l'Institut Paul Scherrer de Suisse a publié une nouvelle mesure sur la taille du proton, confirmant la prévision du physicien. 

Selon cette nouvelle théorie, nous baignons dans une énergie fondamentale qui est à la source de la création du monde physique. Cette énergie c'est le vide, ou l'espace qui nous entoure. Cet espace cependant n'est pas vide dans le sens usuel du terme, mais plein d'énergie, une énergie qui connecte absolument tout.

Dans un univers holographique

« En vertu du principe holographique, l'information contenue à l'intérieur d'un volume d'espace peut donc être décrite     par ce qui se trouve à sa surface. Nassim Haramein va plus loin en se demandant si l'information qui tombe dans le trou noir n'y est pas simplement encodée holographiquement, mais encore partagée holographiquement avec tous les trous noirs de l'Univers. Chacune des sphères de Planck sur la surface du proton serait reliée aux autres protons de l'Univers grâce aux « trous de ver » (wormhole). Serait-ce le mécanisme définissant la masse et la gravité ? Si le proton est un mini-trou noir, est-ce que sa masse et sa force de confinement sont le résultat du réseau d'information mettant en relation le volume intérieur des fluctuations du vide, représentant holographiquement le reste des protons dans l'Univers, et son horizon de surface à l'extérieur ? Il s'agirait dans ce cas d'un mécanisme dans lequel l'influence holographique de l'information de 1080 protons (soit l'estimation du nombre total de protons dans l'Univers) interagit avec un seul proton, produisant ainsi la valeur exacte de la masse au repos de ce proton, qui est de l'ordre de 10-24 g. L'approche d'Haramein pourrait potentiellement déverrouiller de nouvelles découvertes dans les domaines de l'énergie, du transport et même du voyage dans l'espace.  » 

Faire notre ascension

Pour Nassim Haramein, le temps serait venu de faire une double ascension : sur un plan de la science et de la technologie et sur un autre plus humain d’apaisement des relations humaines. Le pattern géométrique du "Double-Tore" à l'origine du vide quantique va permettre, maintenant que sa dynamique est comprise, d'utiliser notamment l'énergie propre de ce vide ou de la gravité. Cela va changer notre rapport à l'univers encore plus que n'a pu le faire l'électricité.

L'énergie deviendra disponible à bon marché ; les voyages interstellaires deviendront possibles...

La pollution sera en recul. Il devrait ainsi être plus facile de tendre à une humanité harmonieuse car les ressources et l'espace seront infinis.

Il y aura finalement suffisamment de richesses et de biens, des solutions donc pour que tout le monde soit gagnant. L’avenir nous dira si nous avons su préserver et choisir cette solution pour l’avenir de l’humanité, faire notre ascension en somme.

Pour l’heure, il importe aussi de comprendre les changements induits dans la compréhension du Tout. La connaissance qui en découle pourrait permettre des avancées technologiques sans doute très nombreuses dans tous les domaines de la vie. Mais il y aura aussi les conséquences spirituelles dans l’approche de la définition symbolique de la Réalité Ultime, car l’univers connecté issu des équations du physicien est tout simplement Vivant ! Il n’est pas uniquement de l’énergie infinie, et certainement pas cette machine impitoyable à combiner les possibles en fonction des lois connues, inconnues, du hasard ou de coïncidences heureuses : il est une forme d’intelligence qui se construit ; l’univers est donc indéterminé, fait de cet empilage du passé, présent, futur toujours en devenir. L’approche déterministe ne permet plus d’en rendre compte de manière satisfaisante. Son énorme complexité ne peut être due à une machine à combiner les possibles ; ça ne marcherait pas. Dans l’une de ses conférences Nassim Haramein utilise une fiction pour nous le faire comprendre : Imaginez -nous dit-il – que vous demandiez à un aveugle de faire le Rubik’s Cube. Sans indication ni aide, il faudrait probablement plus de 13 milliards d’années de combinaisons pour faire émerger la bonne solution ; mais en le guidant, il suffira de quelques minutes. La métaphore entend souligner l’importance des feedbacks dans le fonctionnement de l’univers : c’est ainsi qu’il se développe, apprend, gère la complexité et nous apporte son aide.

Cette métaphore de la Réalité Ultime ne fait évidemment pas l’unanimité dans la communauté scientifique. Son auteur est tantôt considéré comme un charlatan ou comme un messie ésotérique. 

Son approche toutefois met en valeur des éléments troublants comme le fait qu’à l’évidence chacun-e est un miracle. Voici en quelques faits pourquoi :

>>> L'être humain moyen est constitué approximativement de 100 trillons de cellules et chacune d'entre elles, à part les globules rouges, contient un noyau avec notre ADN et chacune de nos cellules est constituée d'environ 100 trillons d'atomes, qui furent à l'origine créés au sein de différentes étoiles.

>>> Les ADN sont les plus grosses molécules du monde vivant : l'ADN d'une cellule humaine, totalement déroulé, mesure 2 mètres de long. 1 gramme d’ADN contient plus d’informations que 600 milliards de CD ! Cela concerne chez l’humain 30'000 gènes et l'enchaînement des trois milliards de "lettres" qui constituent la séquence du génome humain, sachant que nous avons entre 2300 et 4600 milliards de milliard de copies pour faire nos cellules. 

Si un changement devait se faire en cascade, il faudrait beaucoup de temps, mais cela se fait en une seule modification.

>>> Nous prenons quelque 6'000 décisions inconscientes par jour…

>>> Comment se coordonnent les 100-200 trillons de réactions chimiques qui se produisent chaque SECONDE au niveau cellulaire à l'intérieur du corps humain? OÙ puisent-elles l'énergie nécessaire?

>>> Quand vous aurez fini de lire cette phrase, 50 millions de vos environ 100 trillions de cellules seront morts et ont été remplacés par d'autres;

>>> Le cerveau humain est constitué d'environ 100 milliards de neurones capables d'établir chacun jusqu'à 10.000 connexions. Le nombre de connexions potentielles est donc astronomique: 1 million de milliards (10 puissance 15).

>>> Le corps humain est constitué à 65% d’eau, nous pourrions en tirer la conclusion, d’après les nouvelles découvertes, que les larmes humaines peuvent conserver la mémoire unique d’un être, de par le fait que la réserve d’eau du corps abrite une réserve entière d’information liée à l’expérience de l’individu. Toute l'information est holographique ; elle passe par les molécules d'eau qui structure ensuite l'ADN, et non l'inverse ; si l'on retire les 10 couches d'eau présentent dans la structure de l'ADN, plus rien ne se passe ! C'est aussi le cas pour la conscience ou le corps : les cellules s'organisent de façon très complexe à travers le champ d'informations par des feed-back avec l'eau. 

Comment se fait la coordination ?

Nassim Haramein pense qu’elle se fait par rétroactions (feedback). Comme tout est holographique, l’univers est vivant et il apprend en permanence.

Un univers holographique

L’univers est fait de niveaux d’organisations successifs et imbriqués comme des poupées russes. Comme un gigantesque fractal où chaque zoom sur un détail révèle des nouvelles structures, de nouveaux mondes.

Le concept de commencement et de fin est humain, il n'a pas de réalité; l'univers est fait de changements; on fait partie de quelque chose d'infini, d'un flot d'informations qui a toujours existé; il n'y a jamais de début ni de fin…L'Univers est une spirale qui tend vers l'immobilité en son centre (singularité) à toutes les échelles, des galaxies aux ouragans, des fleurs aux atomes, jusqu'à ... nous. Notre galaxie comprend une structure récemment découverte qui est à 50’0000 années-lumière : un énorme double tore d'émissions de rayons x et de rayons Gamma qui irradie de l'ensemble de l'ensemble noir super massif au centre de la galaxie. Cette découverte est conforme à la théorie et aux prédictions de Nassim Haramein selon lesquelles tous les "entiers" Noirs sur toutes les échelles ont une structure et une dynamique à double tore. 

Cela ne dit toutefois pas d’où vient l’univers. Durant l’après big bang (selon la vision de strange-univers.over-blog.com), période que les cosmologistes appellent « l’ère de l’inflation », un point quelconque de l’Univers voit sa taille multipliée par 10 puissance100, 10 puissance 1000 ou même 10 puissance 1000 000 000 000, d’après les calculs du théoricien américain d’origine russe Andreï Linde, l’un des pères de la théorie de l’inflation. Qu’est-ce qui a provoqué cette gigantesque inflation? L'expansion du big bang est arrivée presque instantanément à des vitesses supraluminique, et ne dit pas d'où vient l'énergie; il y a encore une énergie énorme partout dans le champs du point zéro, j'ai donc postulé qu'elle est à l'origine de tout ce qui est, nous dit Nassim Haramein, postulé qu’un proton avait échappé à son univers et qu’il s’était déployé instantanément dans l’espace inoccupé, en recherche d’équilibre. Il a pu le faire en s’appuyant sur l’information dont il disposait, et lancer ainsi tout le processus de création de la matière, des étoiles et des galaxies. On considère aujourd’hui que le big bang est un jaillissement d’énergie qui a déferlé dans le vide primordial il y a 13 milliards 820 millions d’années. Or, ce déferlement d’énergie est extraordinairement ordonné. On sait, par exemple, qu’un champ présent dès les premiers instants de l’Univers, et qu’on appelle la “constante cosmologique”, est réglé avec une précision de l’ordre de 10 puissance 120.

Tout dans cet univers issu d’un proton est réglé avec une extrême précision. En voici quelques exemples :

o La théorie de la relativité ne peut décrie ce qui s'est passé à l'instant T de notre univers, à 10-43 seconde. Cet univers est aussi régi par une vingtaine de constantes fines sans lesquels il ne pourrait se maintenir: il ne serait qu'une informe purée d'énergie et de particules. Les physiciens et les biologistes estiment que notre univers, avec l'apparition de la vie et son évolution, n'avait tout au plus qu'une chance sur 1070 d'exister.

o Signalons d'abord les briques élémentaires de la matière:  parmi elles, la masse de l'électron (9,10938 x 10-31Kg;  la constante de la gravitation et celle de la structure fine qui décrit la force électromagnétique: on arrive à les calculer mais pas à les expliquer! Le radiotélescope d'Arecibo à Porto Rico, en étudiant le quasar PKS1413+135,a établi qu'elle n'avait pas bougé depuis trois milliards d'année…

o Les nombres magiques sont au nombre de 7: 2,8,20,28,50,82 et 126. Ils représentent des combinaisons très particulières de protons et de neutrons qui confèrent à certains noyaux une plus grande stabilité que ceux qui en sont dépourvus. À l'aide du nouvel accélérateur de particules français Spiral 2, les scientifiques voudraient savoir si d'autres nombres magiques sont envisageables, soit 114,120,126, 172,178 et 184. Si tel était le cas, il faudrait envisager l'existence d'une nouvelle chimie…

o Le physicien Amand Fässler, du collègue de Küng, en 1994 lors d'un colloque de théologiens et de physiciens à Tübingen expliquait  avec quelle exactitude devait être "calculé" le petit supplément de matière par rapport à l'antimatière, à quelle aune de précision devait être "apprécié" le supplément infime de protons par rapport aux antiprotons (1 + 10 puissance 9 = 1,00000001) supplément sans lequel ne serait jamais apparu un univers  de rayonnement et de matière, ni le rapport extraordinaire de 25% d'hélium originel et 75% d'hydrogène! Et par suite pas davantage la formation de galaxies, d'étoiles et de planètes assez stables pour accueillir la vie dans cet univers ! 

o Le fameux modèle standard de la physique repose sur une vingtaine de ces constantes fondamentales. L'un des exemples le plus frappant est la célèbre constante de structure fine. Sa valeur (précisée en 2006) est exactement 1 divisé par 137,03599679..., ce qui nous donne 0,0072973525376...; le fait, déjà étonnant en soi, devient encore plus incroyable quand on sait que le moindre changement même infime de cette valeur, testé sur des modèles informatiques, a pour conséquence l’effondrement de l’univers. Ce dernier semble d’ailleurs avoir trouvé son équilibre du premier coup car aucune trace d’essais infructueux n’a été détectée à ce jour.

o Autre source d’étonnement : les résultats cosmologiques fournis par le satellite européen Planck. Selon ses relevés, « l’Univers contient 26% de matière noire, 5% de matière visible et 69% d’énergie sombre. De plus, la valeur de la constante cosmologique responsable de son expansion accélérée est 10120 fois plus faible que ce à quoi on pouvait s’attendre théoriquement, et sa « courbure » est égale à zéro pile. Ce qui indique que l’espace a très précisément une géométrie euclidienne semblable à celle d’une feuille de papier . »

o La question des ondes gravitationnelles se pose également aujourd’hui avec insistance. Une avancée notable a été réalisée. « La découverte de ces ondes primordiales pourrait consolider l'idée que notre univers naissant a connu une phase d'expansion violente appelée inflation, une théorie fondée au début des années 1980. En effet, les chercheurs de l'expérience BICEP2 annoncent avoir détecté un motif particulier dans le signal du fond diffus cosmologique (la plus ancienne lumière émise dans l'univers environ 380000 ans après le Big Bang N.D.L.R.). Cette  « empreinte» serait caractéristique de l'effet d'ondes gravitationnelles engendrées par l'inflation, il s'agit donc d'une consolidation de l'hypothèse d'inflation cosmique.

Et ce n’est pas tout, « Si l'inflation est là, le multivers aussi » a affirmé la semaine dernière Andrei Linde de l'Université de Stanford en Californie qui est l'un des fondateurs des théories inflationnistes. Il défend l'idée que l'inflation pourrait être infinie. À la clef, un  « Univers -bulles » en perpétuelle création.

Un tel univers n'a ni début ni fin, et sa taille est infinie. L'inflation s'y manifeste à certains endroits et pas à d'autres, plus ou moins rapidement, créant ainsi des Big Bang localisés et donnant naissance à une multitude d'« univers » .

o L’infiniment petit révèle d’autres bizarreries : l'énergie du point zéro, ou plutôt les champs du point zéro en est une de taille ; ce sont des champs "résiduels" d'énergie. En réalité, ces particules messagères de forces de grande énergie peuvent exister seulement si elles ont une durée de vie très courte. Si tel est bien le cas, elles échapperaient à la réalité. Dans le cas contraire, si ces champs existent réellement, comme semblent l’indiquer les expériences scientifiques, la physique doit maintenant évoluer pour les intégrer dans des théories décrivant mieux encore l’ensemble de la réalité (matière + vide) ; on a calculé que l'énergie totale de ce champ excèderait toute l'énergie présente dans la matière par un facteur de 1040, ce qui représente le chiffre 1 suivi de 40 zéros. Ainsi que le grand physicien Richard Feynman l'a déjà expliqué pour essayer de donner un ordre de grandeur, l'énergie d'un seul mètre cube d'espace est suffisante pour faire bouillir tous les océans de la planète. L'espace occupe 99,99999 % de tout mais il n'est pas vide.

Les gens croient que la matière est faite de particules mais en réalité il y a juste une délimitation dans l'espace. Les champs électromagnétiques interagissent et nous donnent l'illusion de la matière, mais il y a seulement des champs plus intenses, une délimitation, un volume avec un champ, une oscillation dans la structure de l'espace; la réalité est de l'espace délimité; c'est un peu comme si les poissons ne réalisaient pas qu'ils sont dans l'eau; l'espace fait le vortex mais il n'y a pas de séparation; à partir de la structure granulaire de l’espace-temps à l’échelle de Planck, l’approche holographique généralisée nous donne la masse d’un trou noir, la masse du proton et maintenant la masse de l’électron ; l'objet est une extension de l'espace affirmait déjà Einstein. Dans ses conférences Nassim Haramein précise ceci :  Nous avons découvert que l'espace occupe 99,99999 % de tout mais qu'il n'est pas vide: nous baignons dans une énergie à t'origine de tout ce qui est; on parle de fluctuations de vide; le vide est infiniment dense, il est rempli d'énergie; il existe une énergie à l'origine de tout ce qui existe; il regorge d'informations; dans un proton il y a l'équivalent exact de la masse de l'univers; « j'ai calculé non seulement la masse de l'univers mais en étudiant les fluctuations de l'espace vide aussi bien à la surface qu'à l'intérieur du proton, j'ai réussi à trouver la formule exact pour la gravité mais aussi la masse standard du proton, la quantité de particules contenues dans notre univers, sa taille et son niveau d'énergie, de même j'ai réussi à trouver combien il y a d'univers semblables au nôtre dans un univers plus grand et combien de ces univers plus grands existent dans un univers encore plus grand car maintenant avec ces formules nous avons une échelle qui nous permet de comprendre le tout, que nous baignons dans un champ qui connecte tout de manière holographique et fractal - Nassim Haramein. » Dans sa publication Nassim Haramein fournit un tableau à deux entrées ; masse et rayon. 

Il place l'échelle de Planck (la plus petite de l'univers) à une extrémité et l'univers (échelle la plus grande de l'univers) à l'autre extrémité. Puis il place sur cette droite les différents objets que nous connaissons dans l'univers, du plus petit au plus grand ; proton, pulsar, Terre, Soleil, quasar, galaxies, univers.

Tous ces objets s'alignent presque parfaitement sur cette droite, dont le proton Schwarzschild, la masse du proton calculée avec le modèle holographique de Nassim, alors que le proton du modèle standard est très loin de cette progression linéaire (voir graphique). Est-ce un hasard ? Est-ce un hasard aussi si la même methode de calcul nous donne la masse exacte du trou noir Cygnus X1 ?

Le trou noir, en son centre,  est la singularité qui a une densité infinie; l'espace-temps dans le noyau de l'atome va aussi vers l'infini; donc ce point d'information, d'énergie infinie est le point de connexion entre l'infiniment petit et l'infiniment grand; ce point au centre de toute chose, au centre de notre existence est le point qui connecte toute chose; les champs électromagnétiques font que rien ne se touche, ils interagissent dans l'espace qui est plein d'énergie; l'infini d'énergie est dans chaque point, dans les fluctuations du vide quantique. La mécanique quantique a dû être généralisée pour prendre en considération les champs électromagnétiques. Le résultat, dans la théorie quantique des champs, prédit que tous les points de l'espace oscillent. Ces fluctuations sont infinies en chaque point. Elles sont renormalisées avec la longueur de Planck. On aurait dû se dire: on a trouvé dieu, la force de la création mais au lieu de cela on a cherché un moyen d'arrêter cet infini, de le normaliser pour ne pas en tenir compte dans les équations.

En réalité nous sommes en communication avec ces points d'énergies.

L'idée principale de la théorie est que le vide lui-même se divise de façon très spécifique en définissant des relations géométriques basiques. C'est à dire qu'il se divise selon la forme de petits tétraèdres. En effet, la théorie utilise la forme la plus simple qui existe - le tétraèdre - pour montrer comment ses agencements permettent de définir les géométries les plus stables qui soient. Car le vide semble vide uniquement du fait de son extrême stabilité. 

Ainsi, le cuboctaèdre et le tétraèdre étoilé - tous deux formés à partir de petits tétraèdres (voir figure ci-dessus) - sont deux formes particulièrement stables. Ce sont les formes fondamentales à partir desquelles le vide se divise de manière fractale, c'est à dire de manière infinie dans le sens du microscopique et du macroscopique tout à la fois.  C'est ici que l'on voit se présenter une notion clé de la théorie de Nassim Haramein, celle d'énergie contractive (le cuboctaèdre - montrant l'effondrement du vide sur lui-même) et la notion d'énergie radiative (le tétraèdre étoilé - montrant le vide qui s'étend à l'infini du fait de la force de réaction).

En unifiant les deux figures géométriques (tétraèdre étoilé et cuboctaèdre), on aboutit finalement à une grille de 64 tétraèdres que Nassim Haramein décrit comme une matrice isotrope de vecteurs - isotropic vector matrix - qui n'est finalement qu'un cube de métatron tridimentionnel, la forme à partir de laquelle toute forme existante peut être trouvée depuis les atomes (cf. Robert Moon) jusqu'aux organes de notre corps (loi du nombre d'or, 5/3 ou 1,666).

Cette structure bouleverse aussi notre conception du temps, car la "singularité", étant le vide universel, dispose d'une connexion à toutes les autres singularités (atomes, électrons, planètes, étoiles, galaxies...). Toutes ces structures sont connectées à travers leurs singularités. Et leurs informations passent par une sorte de réseau fractal infini qui les relie toutes.

Ceci signifie que l'information peut être transmise instantanément. Par exemple, des particules subatomiques peuvent être à deux endroits en même temps, ou briser les lois de la physique quand elles remontent le temps.

Ainsi, à travers la singularité, le macrocosme et le microcosme sont connectés. Tout est un.  

À 17' animation de la géométrie du vide... NASSIM HARAMEIN: SCIENCES et SPIRITUALITÉ "pour les nuls"

La nouvelle théorie d'unification commence à pouvoir expliquer la rétrocausalité; l'unification des forces dit comment la masse, l'énergie, les forces agissent et dit que la matière est un échange d'information avec un champ dans une région de l'espace; le résultat est de l'énergie ou de la masse qui crée la gravitation; chaque  atome est connecté, tout est intriqué, l'information qui passe dans ce réseau crée les masses et les forces; cela veut dire que les systèmes biologiques s'organisent en fonction de la circulation de l'information en boucles rétroactives; l'univers sait ce qu'il fait; la conscience est présente au niveau atomique aussi; on est des antennes connectées à un champ d'information qui nous donne la capacité de recevoir et de donner de l'information au champ; nous portons cette information, elle est présente de manière holographique et elle change tout le temps dans le temps de Planck; on informe l'univers de notre observation spécifique, donc unique, et nous recevons en retour nos caractéristiques. La déconnexion est une illusion sensorielle: on se croit déconnecté; l'intrication nous dit que tout est instantané même sur d'énormes distances mais nous ne nous en rendons pas compte. 

Réaliser notre potentiel est la prochaine étape. Toutes nos actions et toutes nos pensées. L'espace n'est pas vide il est plein d'énergie/ informations/ matière. Quand on agit on a une influence sur le tout; tout est affecté mais évidemment on est petit, on est au milieu d'une danse; si on est attentif, elle nous informe, et on peut y avoir accès (notamment à travers les intuitions, les prémonitions, les inspirations, les heureux hasards, les coïncidences ou les synchronicités)); ce sont les petits indices; si on y porte attention on peut les influencer et mettre des attentions, on peut accroitre notre influence sur le champ; apprendre à entrer en contact et en conscience avec notre connexion intérieure; tout influence tout et tout informe tout. Nous sommes un des canaux. Chacun enrichit l'univers ce qui lui permet d'apprendre, de comprendre ce qu'il est et d'évoluer. 

L'arbre de la vie de la Cabale encode la géométrie du cuboctaèdre autrement connu comme l'équilibre vectoriel, la géométrie fondamentale des semences du tissu même de l'espace-temps lui-même…

Lorsqu’il y a un changement de densité dans le vide quantique, dans l’espace, un vortex se forme à mesure que le gradient de densité se déplace vers la singularité ; ces vortex sont faits de ces petits paquets d'énergie appelés les unités sphériques Planck (PSU) ; ils sont la plus petite vibration que le spectre électromagnétique manifeste (10-35 cm) mais constituent une énorme quantité d’énergie (1093 g/cm3).

Nassim Haramein explique que n'importe quelle particule, jusqu'à la plus petite échelle connue, fonctionne comme un petit champ toroïdal, c'est à dire une sorte de bouée. Chaque champ toroïdal contient une petite singularité en son centre. C'est à dire du vide d'une densité extrême, qui est au centre du processus de création de la matière."
Le tore, ou modèle primaire, est une dynamique énergétique qui ressemble à un beignet - c'est une surface continue avec un trou dedans. L'énergie coule à travers une extrémité, circule autour du centre et sort de l'autre côté. On peut le voir partout - dans les atomes, les cellules, les graines, les fleurs, les arbres, les animaux, les humains, les ouragans, les planètes, les soleils, les galaxies et même le cosmos dans son ensemble."

Il y a à l'intérieur du volume d'un unique proton dans le noyau d'un atome il y a 10 à la puissance 60 sphères ayant un diamètre égal à la longueur de Planck, aussi appelées Unités Sphériques de Plancks (PSUs), qui oscillent dans la structure du vide.

Le modèle de l’univers holofractographique de Nassim Haramein révise le modèle des trous noirs en modifiant la Topologie de la dynamique et de la structure de l’Espace-temps.

Plutôt qu’un trou noir décrit comme un entonnoir se courbant vers une singularité, un point, Nassim décrit un trou noir comme ayant la forme et la dynamique d’un tore, qui permet à l’information à la fois d’imploser et d’être en expansion depuis la singularité centrale.

Au lieu d’une information qui serait aspirée et disparaîtrait pour toujours pour on ne sait où, les trous noirs sont décrits à la fois comme des objets rayonnant et des « trous » qui implosent.

Ce changement fut réalisé par Nassim en ajoutant la dynamique du spin (moment de torsion et forces de Coriolis) dans les équations relativistes d’ Albert Einstein.

Dans ce modèle, la topologie universelle de l’espace-temps (des trous noirs à toutes les échelles) est décrite comme un double tore en rotation qui passe continuellement par une phase d’expansion puis par une phase de contraction sur lui-même. 

Tandis que l’espace-temps se courbe vers la singularité au centre, il décrit également une boucle, comme l’eau passant dans un siphon. Plutôt que de décrire la gravité en utilisant l’analogie de la balle sur un trampoline (surface plate), le nouveau modèle de Nassim décrit la gravité pour ce qu’elle est vraiment, une dynamique en boucle qui se produit dans un espace-temps en « 3D », et non sur une surface « plate ». 

Cette courbure de l’espace-temps à toutes les échelles est la source mécanique du spin à toutes les échelles des atomes aux planètes, des étoiles aux galaxies, etc… La matière est en rotation à toutes les échelles car l’espace qui définit cette matière est lui-même en rotation.

Tandis que l’espace-temps se courbe vers une singularité, il approche la vitesse de la lumière, générant d’énormes forces centrifuges, qui à leur tour, causent une expansion.

Cette expansion de l’espace-temps est finalement rattrapée par la courbure de l’espace et se contracte à nouveau vers la singularité, maintenant le système en mouvement perpétuel.

C’est ce processus continu de contraction et d’expansion qui produit les forces de gravitationnelles et électromagnétiques.

Le champ gravitationnel est généré alors que l’espace-temps se courbe vers la singularité au centre du système et le spectre électromagnétique est produit quand les forces centrifuges du spin à l’horizon des événements (qui sont proches de la vitesse de la lumière près de la singularité) provoquent son expansion et son rayonnement.
 
On peut décrire la gravité à partir de la courbure de l'espace-temps, là où il se courbe vers la singularité mais Einstein n'a pas décrit la substance de cet espace-temps; il est fait de voxels en très petits grains à l'échelle de Planck en oscillations au niveau quantique, c'est donc de l'espace-mémoire qui est l'information sur le tout; il est comme le disque dur et nous sommes la mémoire active qui nous en donne accès; le mental est l'interprétation de l'information quand elle est captée par notre antenne biocristaline. Notre cerveau fait partie du système d'oscillation biologique fait de 65% d'eau, de même que le liquide céphalorachidien, et notre cœur est lui aussi un puissant oscillateur ; ils forment notre antenne qui émet et reçoit à une fréquence individualisée très précise et notre antenne capte en retour l’information donnée pour mieux nous adapter; on peut changer la fréquence de notre antenne, l'amener à être mieux synchronisée avec la Source, la mémoire de l’espace-temps. En travaillant sur nos peurs par exemples car elles affectent nos fonctionnements biologiques. La relation entre les niveaux émotifs et biologiques a été établie sous l’appellation connue d’effet placébo et nocébo ; nos gènes sont impactés, modifiés...

Une cohérence de résonance avec le champ

Pour Nassim Haramein, la spiritualité est dans la matière, car la matière c'est de la spiritualité manifestée. Quand on médite, on va vers l'intérieur de la matière et c'est là que se trouve l'information; cette connexion est toujours accessible; même nos mouvements font partie de cette connexion, nous sommes constamment en fluctuations, faits et défaits, dans le vide; alors nous sommes la lumière: nous sommes faits de particules, nous sommes le centre de l'univers. le cœur cosmique est une sorte de lien car il possède un champ très fort; la conscience n'est pas un épiphénomène du cerveau; elle est dans le vide, dans la structure de l'espace et le cerveau est comme un téléphone, il capte pour vous des informations qui vous sont propres; le cœur est le point de singularité qui est à la source de votre existence; il est notre source d'inspiration, d'illumination quand nous y sommes connecté; le cœur informe le cerveau pour être compris; on pourrait imaginer aussi des avancées du côté de l'autoguérison ou de moyens technologiques nous permettant de redonner une cohérence de résonance avec le champ. Elle pourrait se recharger d'un coup avec une information qui n'était pas disponible; une technologie pourrait influencer la longévité. Il y a du chemin à faire pour que ces idées deviennent le courant dominant; notre biosphère change aussi; il y a eu un accroissement de phénomènes. Nous allons assister à des miracles dans un proche avenir, mais dans combien de temps? Cela va dépendre de tous, de notre acceptation de la plus haute connaissance; nous aurons des choix à faire ce qui aura une influence sur le champ morphogénique; c'est un feedback car plus nous lui donnons des informations et plus il nous les retournera. Il y a de l'abondance mais pas de collaboration, nous devons donc prendre soin les uns des autres; mêmes les systèmes de la nature sont en harmonie et non en compétition; elle a existé mais seulement au début à travers les organismes monocellulaires; la dynamique de l'énergie en sa fonction mécanique est un super fluide tourbillonnaire, l'atome est petit un vortex qui fait partie du fluide, du vide; rien ne vient à l'existence sans ce tourbillonnement comme en parle le yin et le yang; ce spin est comme un transducteur de création et c'est important de le comprendre pour aller en méditant au centre de cette singularité là où la quiétude est présente; plus elle est présente plus la dynamique tourbillonnaire de votre existence augmente de manière plus rapide car vous pouvez la manier, et vous devenez de plus en plus puissant et votre influence grandit tant sur votre champ personnel que sur le champ morphogénique; comme la nature ne favorise pas la dysharmonie, les systèmes qui ne favorisent pas l'expansion ; mais si vous lui donnez du négatif alors elle vous le retourne par feedback; il y a l'abondance dans l'univers et la question est de savoir si nous allons pouvoir concevoir cette abondance dans notre conscience; cela veut dire savoir que je n'ai plus besoin d'en priver mon voisin, une autre nation, etc.

Tout est connecté, l'information est disponible: ce dieu est la combinaison de tout ce qui est ensemble; chaque point est une expression du créateur; la création est la connexion avec chaque point, l'omniscience et l'omnipotence, chaque atome est en lien; la force de la création devient plus claire; la mort ne détruit pas l'information: il y a changement d'état. La personne décédée reste présente dans la mémoire de l'espace-temps. En fait, tous les systèmes, y compris notre corps, sont connectés à ce champ d'information et la conscience en est le passage; elle est une expression de ce champ électromagnétique à la base de la réalité. En tournant nos sens vers cette information, nous avons une influence y compris à distance en vertu du principe d'intrication. Ce n'est pas de la magie, mais la manière dont l'univers fonctionne. En général, on n'utilise pas ces capacités mais on peut apprendre à le faire.

Toute l'information est holographique ; elle passe par les molécules d'eau qui structure ensuite l'ADN, et non l'inverse ; si l'on retire les 10 couches d'eau présentent dans la structure de l'ADN, plus rien ne se passe ! C'est aussi le cas pour la conscience ou le corps : les cellules s'organisent de façon très complexe à travers le champ d'informations par des feedback avec l'eau. La même chose se produit avec le spin, le vortex : le tourbillonnement est là où se trouve notre singularité ; au centre se trouve la quiétude et plus on l'atteint plus la dynamique tourbillonnaire du spin augmente autour de nous et avec elle l'inspiration ou l'influence autour de nous. Tout cela mêne à la conscience que nous sommes UN ; c'est la plus haute connaissance, celle qui va nécessité de chacun-e des choix qui vont avoir un impact sur le champ morphogénique; cela se fera par feedback successifs: nous donnons au champ de nouvelles informations dont il va tenir compte et nous donnant de nouvelles informations, etc.

Donc la géométrie finale est quelque chose qui ressemble à un double vortex, un double tore, qui génère un plan équatorial d’ondes gravitationnelles. Et dans la singularité, les 12 vecteurs de la structure fractale du Vecteur d’équilibre, qui déterminent l’échelle de la topologie de l’espace- temps. Nous avons écrit toutes les formulations mathématiques, et ça fonctionne. Pour y parvenir on utilise une forme de mathématique particulière, celle de "la théorie des groupes", on peut ainsi expliquer le rôle de toutes les particules subatomiques et de toutes les forces. Le vide EST la conscience Infinie et Unique. Car finalement, c’est quoi la conscience ? C’est un processus de connaissance de soi, une capacité de faire un retour sur soi-même. C’est donc un processus de boucle rétroactive de l’information. Et mes découvertes montrent que la matière nait fondamentalement de ce mouvement rétroactif de l’information. A partir de là, l’univers interconnecté et conscient, fabrique de la complexité et finalement l’humanité. Donc la conscience n’est pas quelque chose qui émerge, ce n’est pas un épiphénomène du cerveau. C’est quelque chose qui est présent à tous les niveaux de la réalité et qui fait que la réalité devient de plus en plus complexe.

En 2010, Nassim Haramein a publié son article scientifique : le proton Schwarzschild.  Dans ce papier, Nassim décrit un modèle holographique généralisé dans lequel les protons sont des trous noirs, liés entre eux par des trous de vers et par la structure quantique de l'espace. Nassim prend donc en compte les interactions entre les protons et le vide quantique à l'échelle de Planck, ce qui accroit considérablement sa masse, autrement appelée "masse holographique" calculée à 10^-14g au lieu de 10^-24g pour le modèle standard.

La conscience s’exprime en toutes choses selon la même dynamique. Ainsi, l’Univers dans son ensemble – et chaque être humain en particulier – est plongé dans un processus de feedback de l’information par lequel il devient de plus en plus conscient. Le niveau fondamental de qui nous sommes rayonne et s’effondre perpétuellement sur lui-même, en une boucle infinie de rétroaction qui fait vaciller et changer le monde holographique autour de nous et, par conséquent, notre expérience de la conscience.

Lorsque la gravité entraîne l’information de la matière à la singularité du vide quantique, celle-ci est mise en commun avec l’information relative à l’expérience que toutes les autres consciences individuelles ont eu au niveau de la matière. Chaque conscience devient alors, par l’intermédiaire du vide, connectée à l’ensemble de l’information des autres consciences, c’est-à-dire à la conscience universelle. La force électromagnétique redéploie, du vide vers chaque conscience individuelle, cette information ainsi mise à jour.

Pour se mettre en cohérence harmonieuse avec le champ, Nassim Haramein nous recommande ceci : 

« Considérez que votre propre corps est fait principalement de l'espace. Fermez les yeux et vivez l'espace dont vous êtes fait et l'espace autour de vous vibrant comme un cristal. Alors imaginez que le taux de vibration de votre structure biocristal dans la structure du vide est équivalent à l'information qui se déverse à l'intérieur et à l'extérieur de vous, de la même manière qu'une radio en cristal réglée à une certaine fréquence vous permet d'entendre une radio spécifique Gare. Dans le corps, si le cerveau est l'antenne de l'ensemble de radio, le cadran de réglage est le cœur, qui définit la fréquence des informations reçues par le rythme dynamique des fluides de votre corps, et qui peut être modifié par votre état émotionnel. »

L'intention est une pensée clairement formée, une sorte de prière, qui est le véritable guérisseur.
La connaissance est à chercher dans le cœur et par lui: c'est notre état émotionnel qui nous permet d'aligner notre antenne avec le champ, l'information; il faut sentir de manière empathique notre connexion avec le tout pour que notre antenne soit correctement dirigée.

Dans l’une des vidéos, Nassim Haramein parle de la joie comme étant le résultat de sentir la connexion avec l’univers, la nature, toutes les molécules ; c’est comme si j’avais une connexion – dit-il - qui me fait rire intérieurement ; et cela arrive quand je me sens en connexion avec le chemin que je dois prendre ; c’est aussi quand on voit l‘impact de notre joie sur les autres et notre environnement ; quand on nourrit sa joie on devient créatif, on peut devenir un super héros capable de grandes choses ; ce changement d’état, on ne peut pas l’avoir à tout instant, mais il fait vraiment la différence.

La méditation est faite pour améliorer et augmenter la capacité de déplacer l’information depuis le vide jusqu’à la Singularité individuelle. Il existe un lieu physique à l’intérieur de notre cœur et de sa Singularité. Notre cœur a une petite cavité, entre ses deux ventricules. Et cette petite cavité a le champ électromagnétique le plus important de tout notre corps ! Il peut être perçu et mesuré à plus de 2,5 m. C’est la batterie de la vie qui maintient notre cœur en fonctionnement.  Et quand on meurt, cette Singularité n’est plus présente, c’est sans doute une des raisons pour laquelle il y a une légère perte de poids qu’on ne peut justifier.

Si vous dirigez toute votre attention vers la singularité (zone de calme) qui est en votre centre, toute l'information contenue dans l'Univers est à votre disposition car l'Univers est un champ unifié holofractographique scalaire infini où toute l'information est présente en chaque point (singularité)." Vous attirez, créez, rejetez ce qui est autour de vous. Vous pouvez aussi comprendre qu'en fonction de votre chemin, de vos pensées, de vos valeurs, de vos émotions, vous attirerez forcément autour de vous d'autres personnes qui sont sur le même chemin, qui ont des pensées, valeurs et émotions similaires... Ce n'est qu'en décidant de vous soigner que vous soignerez le monde autour de vous, d'abord votre monde immédiat, puis un monde plus large, et ainsi de suite. C'est une erreur de vouloir guérir le monde des fléaux qui l'habitent puisqu'en vous concentrant dessus, vous vous y attachez davantage... Si vous voulez vivre dans un monde libre, de paix, d'amour, de joie et de bonheur, alors faites-le déjà en vous, puis dans votre entourage immédiat, et ainsi de suite. La plus petite colère en vous participe aux traumatismes planétaires; la plus petite dose d'amour en vous participe à l'harmonie de la planète et de tous les êtres vivants qui y vivent. Alors choisissez en pleine conscience le monde dans lequel vous voulez vivre, ce qui n'est pas vain, violent, futile ou mesquin! Nos choix, nos pensées, nos valeurs, nos émotions, nos convictions intimes surtout, tout est en lien avec la Singularité.

Nos cerveaux constituent une structure en double tore parfaitement conçue qui résonne avec la structure du vide et ses propriétés énergétiques pour nous permettre à la fois de recevoir depuis des signaux et de transmettre des signaux vers la structure de l'Espace-temps. Cela nous permet de puiser dans ce champ d’énergie universel infini qui existe partout dans l’espace, ce quelque chose que nous appelons conscience qui sera individuelle et collective.

Le système pourrait-il s'autodétruire ? Nassim Haramein est convaincu que la nature cherche des solutions, elle fait que l'évolution soit acceptable; une société autodestructive n'obtient pas des technologies qui lui donnerait une puissance gigantesque; maintenant les niveaux de conscience montent très rapidement sous différents stress dans différents secteurs; l'ouverture se voit, les gens en ont marre et veulent un changement; toutes les solutions sont déjà là mais la transition va se faire; le négatif se détruit par lui-même et nous ne pouvons guère le changer; il faut prendre distance, et voir de manière plus universelle. L'intelligence est toujours naturelle et pas artificielle car elle dépend de la conscience, elle émerge de l'échange de l'information et donc de la matière, du champs qui connecte tout. Tout est conscience et tout en émerge y compris la matière. On est des sacs d'eau avec un peu de minéraux. Comment différencier de la matière inerte et vivante? Les mécanismes de la conscience doivent être là tout du long. Elle est couplée avec le champ, en lui. La technologie nous a permis d'évoluer, d'avoir notamment du temps pour nous poser des questions, pour contempler, etc. Une intelligence informatique devrait se coupler sur le champ, être capable d'empathie, d'évolution mesurée; quand nous obtiendrons ce niveau de technologie, c'est que nous aurons compris la nécessité de la collaboration…

Fondamentalement, « C’est la forme qui crée la cohérence. Si vous pouvez visualiser la forme, vous pouvez l’utiliser, même dans votre conscience pour interagir avec l’information dans la structure de l’espace et l’influencer. »

Nous sommes des émetteurs-récepteurs, des oscillateurs quantiques. La méditation permet d’augmenter de façon significative la production d’ondes gamma, proportionnellement au nombre d’heures effectuées. Par là-même, elle produit une plus grande synchronisation des aires cérébrales. Ainsi, le principal bénéfice de cette pratique réside dans l’augmentation de la cohérence de l’activité cérébrale. Mieux, c’est une restructuration du cerveau qui se joue, du fait que cette cohérence perdure après chaque séance. Bien sûr, la pérennité de la restructuration cérébrale va de pair avec la régularité de la pratique.

Tout est V-vibrations-I-Information-E-Energie. Tout est en lien, en échange avec la mémoire de l’espace-temps d’où émane par rétroaction le Grand Esprit intelligent et conscience, la Conscience globale.

Nous disparaissons et apparaissons sans arrêt, à la vitesse de la lumière, dans l’espace-temps sous l’effet de la gravité qui se courbe vers la singularité : c’est la contraction. Ensuite nous revenons sous l’effet des forces électromagnétiques, c’est l’expansion. Un peu comme un cœur qui bat.

Chacun-e a sa propre fréquence vibratoire produite 1) Par les battements du cœur qui génèrent des ondes gamma décodées par toutes les cellules de notre corps 2) Par ce que nous mangeons et buvons 3) Notre état de santé 4) Nos troubles psychosomatiques 5) Notre état intellectuel, émotionnel, relationnel et spirituel 6) Nos jouissances physiques, psychiques ou culturelles. Chaque état vibratoire contient de l’information et de l’énergie. Les échanges avec la mémoire de l’espace-temps se font à tous les niveaux de singularité : au niveau des protons, de notre cœur (située dans une petite cavité entre les deux ventricules), de l’eau dans notre corps indispensable au bon fonctionnement de l’ADN, l’eau du liquide céphalorachidien, au niveau de nos cellules par l’activité des mitochondries : toutes nos cellules sont d’accord d’être nous parce qu’elles sont toutes attachées par une singularité, et un centre de gravité spécifique, et toutes collaborent pour nous générer. Enfin, la singularité se fait aussi au niveau de la Terre à travers ce qu’on appelle le champ morphique. Nos oscillations permanentes sont en lien avec tout par la mémoire de l’espace-temps qui réactualiser tout en temps réel. L’eau joue un rôle important.

Une molécule d'eau se compose de trois atomes différents; un atome d'oxygène – qui contient 8 protons - et deux atomes d'hydrogène – avec chacun 1 proton -, qui sont liés ensemble comme de petits aimants soit 10 protons par molécule. Or, il y a 3 x 1025 molécules d’eau dans 1 litre d’eau avec chacune 10 protons. Le corps d’un adulte est fait de 65 % d’eau, ce qui correspond à environ 45 litres d'eau pour une personne de 70 kilogrammes.

L’eau a très probablement une mémoire de sorte qu’une seule larme peut conserver toute la mémoire d’un être ! Imaginez si on savait la décoder...

Nous échangeons et nous recevons en permanence des informations qui devront être décodées par nos cellules et notre cerveau. Cela se fait sans même que nous nous en apercevions notamment à travers les mitochondries de nos cellules, notre ADN, nos méninges, notre liquide céphalorachidien ou encore par les cristaux d’apatite de notre glande pinéale.  Pour sa thèse de doctorat de l’université de São Paulo, le Dr Sergio Felipe de Oliveira a fait des recherches sur les cristaux de la glande pinéale au moyen de la diffraction des rayons X. Ce travail lui a permis de vérifier qu’elle ne se calcifiait pas mais, donnait lieu à la formation de structures organisées. Mais alors, quelle serait donc la fonction de ces structures à l’intérieur de l’organisme ?

L’étude par la diffraction des rayons X et par l’emploi d’autres techniques, lui a permis de découvrir l’existence des cristaux d’apatite. La tomographie par ordinateur et la résonance magnétique furent également utilisées. Il a ainsi pu observer qu’une microcirculation sanguine maintenait métaboliquement les cristaux actifs et vivants.

Ces cristaux donnent à la glande une structure semblable à celle d’une caisse de résonance : l’apatite comporte de nombreux électrons à sa superficie, et repousse le champ magnétique. Lorsqu’un champ magnétique s’approche de la glande, il touche l’un des cristaux qui ricoche sur un autre, et ainsi de suite, jusqu’à ce que le champ soit fait prisonnier. Plus une personne dispose de cristaux, plus elle aura de possibilités de capter les ondes électromagnétiques. Les médiums ostensifs ont beaucoup de cristaux.

On ne voit bien qu’avec le cœur 

Il reste notre principale singularité : la connaissance est à chercher dans le cœur et par lui: c'est notre état émotionnel qui nous permet d'aligner notre antenne avec le champ, l'information; il faut sentir de manière empathique notre connexion avec le tout pour que notre antenne soit correctement dirigée. L'intention est une pensée clairement formée, une sorte de prière, qui est le véritable guérisseur.

On pourrait dire ainsi en lien avec les différentes représentations religieuses que Dieu Notre Père Créateur Est Le champ intelligent et conscient en nous, notre Conscience étendue, Dieu est L’ ADN écrite dans l’Univers, nos cellules, nos vies, Il est, la Divine Matrice, La Conscience, L’ Atome, la Particule Quantique, Dieu est Amour inconditionnel, nous vivons en LUI, nous sommes ENERGIE, Dieu est La science de la compassion. Que deviendrait la prière ?

Prier, c’est adresser une prière, demander à l’univers. Comment faire pour qu’elle soit exaucée ? Gregg Braden nous livre 2 conseils. 1ère chose : prier pour l’objectif déjà atteint, acquis, réalisé, il faut donc le vivre, le respirer. Se mettre dans la sensation d’avoir obtenu. Visualiser, entendre et ressentir. 2e chose : compléter cette vision, ce ressenti avec de la reconnaissance maintenant que la prière est exaucée. Les deux mouvements sont essentiels. Pour cet auteur, lorsqu’un petit nombre d’individus décident de créer ce qu’il appelle la cohérence, ou la cohérence psychophysiologique, cette cohérence se propage dans le champ morphique et affecte de manière positive le ressenti et l’attitude d’une multitude de gens qui, même sans participation consciente de leur part, deviennent plus coopératifs, moins agressifs et plus désireux de trouver ensemble des solutions à leurs problèmes, et nos pensées ainsi agissent sur le champ.

Derrière une pensée, une conviction intime ou une émotion se cache une valeur. Derrière une émotion négative se trouve donc une situation dans laquelle une valeur importante pour soi est bafouée. Plutôt que de rester bloqué dans un sentiment d’avoir à subir ou à devoir être passif, n’est-il pas plus intéressant de changer son mode de penser et d’agir ? Il suffit parfois de le décider et se mettre en action. Mais parfois même en le souhaitant, les pensées négatives sont là en permanence, à polluer nos humeurs, nos énergies, nos souhaits, nos espoirs et nos plans. Notre climat intérieur, nos ressassements, affectent notre corps et le champ morphique. Une expérience le démontre. 

Masaru Emoto, chercheur japonais montre par son expérience et ses recherches que la structure moléculaire de l’eau est une des structures les plus réceptives. Elle peut être affectée par un son, donc une parole, et surtout par nos pensées intérieures. Son expérience nous montre qu’en plaçant la même eau dans deux récipients différents fermés, il peut se passer un phénomène surprenant. Voici son expérience : Il a posé une étiquette sur la première bouteille, sur laquelle est écrit une pensée positive comme “Gratitude”, “Amour” ou “Harmonie”, et sur la deuxième, une pensée négative comme, “Haine” ou “Je te déteste”. Il a demandé à plusieurs personnes de passer à côté de ces bouteilles et régulièrement à celle connectée à la pensée positive, d’exprimer des mots positifs et à l’autre, d’exprimer des pensées négatives. Il a ensuite gelé l’eau des deux flacons puis examiné les cristaux des deux flacons. Celui qui a reçu des mots et des pensées positifs est composé de cristaux harmonieux, merveilleusement beaux à observer. Le flacon qui a reçu des pensées et mots négatifs est composé de cristaux disharmonieux, déséquilibrés. Alors qu’en est-il à votre avis pour notre corps, lorsqu’on sait que celui-ci est constitué en moyenne de 65% d’eau? 

L’approche de Nassim Haramein nous invite clairement à pratiquer une complicité harmonieuse avec la Source.

Cela veut dire me semble-t-il tout d’abord prendre conscience que nous sommes à la foi(s) humains et divins. J’ai développé le sujet dans un livre PDF disponible sur www.libre-arbitre.net. J’y développe particulièrement le fait que nous pouvons toutes et tous nous appuyer sur notre Conscience cosmique, ce qui autorise d’une part une meilleure compréhension des phénomènes paranormaux (les sorties de corps, les états modifiés de conscience, les récits d’expérience de mort imminente, les capacités des devins, des rebouteux, etc.), et d’autre part garantit un libre choix, une libre réponse, une interaction, une cocréation permanente avec la Source (Dieu). Nous sommes ainsi à la foi(s) humains et divins. L’approche quantique de la spiritualité qui pourrait bien être une nouvelle étape nécessaire dans l’évolution humaine...comme au sens plus large à l’évolution de la VIE.

Max Planck résuma ainsi les enjeux en 1944, au cours d'une conférence qu'il prononça à Florence, en Italie :
« Ayant consacré toute ma vie à la science la plus rationnelle qui soit, l'étude de la matière, je peux vous dire au moins ceci à la suite de mes recherches sur l’atome : la matière comme telle n'existe pas ! Toute matière n'existe qu'en vertu d'une force qui fait vibrer les particules et maintient ce minuscule système solaire qu'est l'atome. Nous pouvons supposer sous cette force l'existence d'un Esprit intelligent et conscient. Cet Esprit est la matrice de toute matière. »

Peut-être aurions-nous avantage alors à être  en résonance avec l'Univers...

La VIE cherche peut-être le moyen d’accéder à une plus grande conscience d’elle-même. Que faut-il pour que cela soit, devienne réalité ? Une complicité harmonieuse me semble indispensable car l’humain est capable du pire et du meilleur. Nous avons en effet grand besoin d’être pacifiés, libérés tout particulièrement de la course éperdue à la satisfaction de nos besoins de sécurité, de confort, de pouvoir, de gloire, de jouissances à tout va ! Grand besoin de pouvoir quitter les stratégies qui vont avec ce besoin compulsif, à savoir l’usage de la force, de la ruse, de la manipulation, du chantage affectif, du mensonge ou de la séduction, autant de moyens par lesquels nous tentons d’arriver à nos fins, à la satisfaction de nos besoins personnels ou encore à notre épanouissement personnel qui passe alors avant tout autre chose.

Une plus grande conscience devra à mon sens s’appuyer plus ouvertement et plus efficacement sur l’existence avérée de notre cerveau moral et religieux notamment.

  Comment dès lors penser le lien corps-esprit-Conscience?

                                               Suivre le lien


       

 .