En résonances avec l'Univers: tout est imbriqué.

L’importance de la grande pinéale :

Auparavant, on pensait que la glande pinéale dégénérait avec l’âge et qu’elle n’avait pas la moindre fonction, mis à part faire émerger la sexualité jusqu’à l’âge de 13/14 ans, pour ensuite perdre toute fonction et se calcifier. De fait, un processus bio-minéral affecte la glande, la faisant se calcifier. Pour sa thèse de doctorat de l’université de São Paulo, le Dr Sergio Felipe de Oliveira a fait des recherches sur les cristaux de la glande pinéale au moyen de la diffraction des rayons X. Ce travail lui a permis de vérifier qu’elle ne se calcifiait pas mais, donnait lieu à la formation de structures organisées. Mais alors, quelle serait donc la fonction de ces structures à l’intérieur de l’organisme ?

L’étude par la diffraction des rayons X et par l’emploi d’autres techniques, lui a permis de découvrir l’existence des cristaux d’apatite. La tomographie par ordinateur et la résonance magnétique furent également utilisées. Il a ainsi pu observer qu’une microcirculation sanguine maintenait métaboliquement les cristaux actifs et vivants.

Ces cristaux donnent à la glande une structure semblable à celle d’une caisse de résonance : l’apatite comporte de nombreux électrons à sa superficie, et repousse le champ magnétique. Lorsqu’un champ magnétique s’approche de la glande, il touche l’un des cristaux qui ricoche sur un autre, et ainsi de suite, jusqu’à ce que le champ soit fait prisonnier. Plus une personne dispose de cristaux, plus elle aura de possibilités de capter les ondes électromagnétiques. Les médiums ostensifs ont beaucoup de cristaux.

Les ondes scalaires :

Les neutrinos font partie de ondes scalaires. Notre planète et notre peau en reçoit des quantités phénoménales : 60 milliards de particules par cm2 et par seconde. Ils sont de charge électrique … neutre, mais peuvent se dissocier en 1 électron, 1 positron et 1 ou des photons, lorsqu’ils sont ralentis. 

En plus des neutrinos, nous recevons des ondes scalaires du cosmos, les arbres en émettent aussi leur quota de même que notre cerveau.

Par la prière, la méditation ou le chant nous entrons en résonance avec ces ondes scalaires. 

Le Dr. Janecek en donne un tableau d’ensemble :

Lorsqu’une personne prie ou médite, son rythme cérébral chute en  « zone alpha (8-12 Hz) » par le simple fait d’avoir les yeux fermés ! 

Si le méditant ou le priant calme sa respiration, et devient régulier autour de cycles d’ondes cérébrales de 8 Hz, il entre de facto en résonance avec la première fréquence Schuman, qui est de très exactement 7,83 Hz. Or cette fréquence est la première d’une série d’harmoniques qui sont caractéristiques de notre petite planète, de ses mensurations, de l’épaisseur de sa stratosphère et de sa vitesse de rotation.

Si nous nous arrêtons par la prière ou la méditation à 7,83 Hz, nous entrons en résonance avec la terre et nous pouvons prendre cette énergie de l’environnement peut-être 2 ou 3 fois mieux que durant le jour où nous sommes actifs certes, mais dispersés ?

Au cours de la journée, nous sommes en rythme cérébral bêta, soit environ 25 Hz ; dès que nous nous couchons le soir pour nous endormir, nous passons par la phase alpha (8-12 Hz), puis têta (6-7 Hz), puis delta (4 Hz) . Cet état modifié de conscience nous permet certainement de mieux absorber les ondes scalaires de notre environnement, même si elles sont la nuit 2 fois moins nombreuses que le jour ! ( 30 000 000 000 de neutrinos par cm2 et par seconde tout de même au lieu du double).

Et les biophotons ?

De fait, le corps humain émet des biophotons. Nos cellules et l’ADN utilisent les biophotons pour stocker et communiquer des informations...

Tel un laser, l'ADN est à la fois la source et le lieu de stockage de ces photons. L'ensemble des biophotons de l'organisme constitue un champ cohérent porteur d'information, sous forme d'hologrammes, qui dirige les processus vitaux de l'organisme et maintient son intégrité. Grâce à ces rayonnements, les cellules communiquent entre elles et envoient des informations sur leur état énergétique et sanitaire. D'autres informations constituent un code génétique électromagnétique holographique qui assure et coordonne le développement de l'organisme. Cela explique des phénomènes inexplicables par la génétique moléculaire comme la différentiation des cellules.

L’équipe de Nassim Haramein a démontré qu’il y a une intercommunication du système biologique avec le réseau unifié de l’espace-mémoire ; nos cellules sont elles aussi en résonance avec le champ morphique qui sont des schèmes d'influence organisateurs potentiels, susceptibles de se manifester à nouveau, en d'autres temps, et d'autres lieux, partout où et à chaque fois que les conditions physiques sont appropriées. Ce phénomène est aussi constaté en biologie : 

L'équipe du Pr. Roman Ulm, du Département de botanique et de biologie végétale de l'Université de Genève, vient de comprendre comment les plantes se sont protégées des rayons UVB. C'est une protéine (baptisée UVR8) qui, sous l'action du soleil, déclenche une cascade de réactions chimiques dont des antioxydants et des composés qui absorbent les UV comme une crème solaire. Ce mécanisme a permis aux plantes, sorties de l'eau, de s'adapter à un monde hostile, à une époque où la couche d'ozone était en formation. Le mécanisme UVR8 semble avoir été transmis d’un seul coup à l'ensemble du monde végétal. Fabuleux ! 

Le phénomène du super radiance ou effet Maharishi (du nom du Maitre Spirituel indien qui fut le premier à le décrire) fut expérimenté pour la première fois à 'occasion d'une étude menée pendant le conflit israélo- libanais au début des années 1980. Cette étude consistait à réunir, dans les régions du Moyen-Orient dévastées par la guerre, des personnes formées à la technique de la méditation transcendantale élaborée par Maharishi Mahesh Yogi, et bien entraînées à développer en elles un sentiment de paix. 

Durant les périodes au cours desquelles elles éprouvaient toutes ensemble un sentiment de paix, le niveau de violence dans la région autour d'elles diminuait significativement. Les crimes, les meurtres et les accidents diminuaient, tandis que les activités terroristes cessaient. Et quand elles s'arrêtaient de focaliser leur attention sur l'harmonie, toutes ces activités reprenaient. 

Les résultats furent tellement évidents que les chercheurs purent déterminer le pourcentage exact de population nécessaire pour créer cet effet Maharishi. Il s'agit de la racine carrée de 1% de la totalité d'une population donnée, c'est-à-dire à peine un peu plus 80’000 personnes pour la population mondiale ! 

L’intercommunication va concerner aussi le phénomènes des anges gardiens. 

L’intercommunication concerne aussi le super-moi : Il y a au fond de nous un génie inconnu, comme aime à le proclamer le psychologue Ian Wilson, docteur de l’université de Bristol. Ses recherches lui ont permis de dire : Les expériences faites sous hypnose montrent que notre mémoire retient la moindre phrase de tous les livres que nous avons lus. Elle ne la restitue que quand un mystérieux « génie » qui se cache au fond de nous le décide, nous permet d’entrer en résonance avec notre mémoire profonde. Ce même génie, ce « super-moi », est capable, dans des circonstances précises, d'exécuter en une seconde des calculs complexes.

Cela va concerner aussi le pouvoir du subconscient : Le Dr. en philosophie, en théologie et en droit Joseph Murphy (1898-1981) a traité dans une trentaine de livres la dynamique de la pensée, le mysticisme, l'autosuggestion et le pouvoir du subconscient

Tout existe, est disponible dans le moment présent à cause de l’intrication quantique ; tout est en lien avec la mémoire de l’espace-temps.

Le déterminisme est donc une illusion. Nombres de paramètres indiquent que le hasard ne peut pas régir les choses ni d’ailleurs l’avenir de l’univers.

De même, le temps n’est pas réel : La théorie, soutenue par la théorie de la relativité d’Einstein, affirme que l’espace et le temps font partie d’une structure à quatre dimensions où tout ce qui s’est passé possède ses propres coordonnées dans l’espace-temps. Tout est empilé et simultané.

5 dimensions sont à prendre en compte :

La première dimension est celle de la densification physique.

La deuxième dimension est celle du ressenti émotionnel.

La troisième dimension est celle de l’intelligence rationnelle.

La quatrième dimension est celle de la conscience et de la spiritualité. 

La cinquième dimension est celle où l’âme s'ouvre à la Conscience cosmique.

On peut se mettre en résonance à travers des sons :

- La fréquence 528 Hz est considérée comme la vibration de l’amour universel.

- Fréquence 174 Hz c'est la fréquence de base pour stabiliser votre évolution

- Fréquence 285 Hz c'est la fréquence qui permet d’accélérer la conscience

- Fréquence 396 Hz c'est la fréquence qui vous libère des peurs et de la culpabilité

- Fréquence 417 Hz c'est la fréquence vous aide à contrôler vos émotions

- Fréquence 432 Hz incite au respect de votre nature

- Fréquence 528 Hz c'est la fréquence de guérison

- Fréquence 639 Hz c'est la fréquence qui influence l'équilibre et la tranquillité 

- Fréquence 741 Hz c'est la fréquence qui nettoie les cellules toxiques 

- Fréquence 936 Hz c'est la fréquence qui nettoie la glande pinéale.

L’amour sera forcément bienveillant, bienfaisant et bientraitant. Doit être combattu « ce qui conduit à tristesse, dureté, égarement, repli sur soi, ou prétention, revendication, ressentiment, ou compulsion, frénésie, débordement stérile ; ou encore, et par-dessus tout, à désespoir, glissement en bas, destruction — cela est dans l'opposé de l'amour. Ce qui, au contraire, est pacifiant, confortant, ce qui délie de l'âpreté et du ressentiment, ce qui donne de donner, ce qui ouvre chemin, même malaisé, même apparemment injustifiable, même hors des logiques reçues, cela est déjà du côté de l'amour — même si cela ne laisse point en repos, appelle à plus loin, exige dépassement (M. Bellet). » 

Ainsi, si l'amour est relation, consentement mutuel, il est aussi ancré dans la réciprocité et la responsabilité : le don est appelé à donner, le désir est joie dans le désir que l'autre soit, et le devoir-être est à vivre sur l'appel à la plénitude de la vie. Il y a opposition entre l'amour qui aime et le non-amour centré sur l'avidité du Seul ! 

Pour découvrir la suite du résumé cliquez sur:




       

 .