Vous trouverez sur cette page des informations crédibles ou des petites histoires exemplaires,
de quoi positiver et se faire du bien en somme... 

Le postulat de l'existence des univers parallèles, aujourd'hui défendu par de nombreux scientifiques, conduit nécessairement à reconnaître l'existence de dimensions supplémentaires, d'où le titre de cette page. Ont-elles une influence sur notre univers à 4 dimensions? Est-il possible d'en sortir, de s'en évader? D'en recevoir quelque chose? Le sujet donne le vertige. Nous pouvons prudemment désamorcer la question en postulant comme le fait S. Hawking l'existence d'autres lois naturelles qui régiraient ces univers parallèles. Ou encore nous en tenir à l'indécidable pour éviter tout questionnement. Mais s'il existe bien au minimum une 5è dimension, alors cela pourrait justifier toute une série de faits mystérieux dits paranormaux. Et de fait, cela réhabilite la transcendance comme au-delà à notre univers déterminé.

Quelque chose nous vient du futur qui échappe aux lois connues de notre monde.

Cela change aussi profondément notre système de représentations, nos filtres d'encodages de la réalité, de tout l'univers et surtout de l'espace-temps. Philippe Guillemant nous le dit ainsi : « Si le passé et le futur sont simultanés, a fortiori ils le sont avec le présent aussi. Cela signifie que si une observation au temps présent déclenche une transition d'un univers bloc, dont le futur est déjà là initialement, à un autre qui serait en conséquence totalement nouveau dans son futur, par exemple une observation de "pile" plutôt que "face" qui changerait instantanément tout le futur, alors on peut tout aussi bien dire que ces nouvelles conséquences pour le futur ont eu pour résultat rétrocausal de nous faire observer "pile" plutôt que face, puisque la causalité est à double sens et que les conséquences sont simultanées avec leur origine (le tirage). »

 L’intuition, comme les prémonitions, résulte alors de cet empilage indissociable du passé-présent-futur auquel certaines personnes ont accès parfois même de manière accidentelle. Il n’y a dans cette évocation ni affabulation ni exploitation de la crédulité humaine.

La Réalité Ultime, ne l’oublions pas, est bien plus vaste que nos compréhensions limitées, fussent-elles scientifiques. Elle englobe tout sous des formes distinctes y compris l’incréé. Toute dimension de conscience est donc à situer dans ce cadre. 

La première dimension est celle de la densification physique : une infime quantité d’esprit peut commencer à agir sur la matière. Ce niveau de conscience est lié au couronnement du monde minéral. 

La deuxième dimension est celle du ressenti émotionnel : dans l’échelle des royaumes vivants, cet état est le couronnement de l’âme végétale.

La troisième dimension est celle de l’intelligence rationnelle, donc du domaine mental par lequel nous prenons conscience de notre individualité.

La quatrième dimension est celle de la conscience et de la spiritualité. Ici, le concept de la séparabilité disparaît. On fait un avec l’Univers, avec tout ce qui existe. Le cœur est le canal de l’âme qui permet l’ouverture au divin, à l’intuition, l’inspiration et l’amour. Mais, pour atteindre cet état, il faut se défaire de nos constructions mentales habituelles. C’est un travail très difficile, mais il faut lâcher prise, il faut faire le vide pour espérer sortir de la troisième dimension.

La cinquième dimension est celle où l’âme s'ouvre à la Conscience cosmique, au Principe d'organisation du Tout en lien avec le créé, le vide quantique et l'incréé. Il n’y a plus de dualité ni de séparation stricte. C’est l’état de paix, de joie, d’amour qui se manifeste par la créativité. Ici, le temps est un choix qui dépend de vous. Vous n’y êtes plus soumis, mais vous le choisissez. Tout comme vous n’êtes plus uniquement ou principalement soumis à un programme inconscient lorsque vous en prenez conscience. Le passé-présent-futur est simultané comme empilé et nous pouvons y accéder via notre Âme-Esprit et même l'orienter.

En voici un exemple éloquent:

Dans son livre intitulé « The Third Man Factor », John Geiger tente de percer le mystère de personnes sauvées par une présence mystérieuse - qu'il définit comme le syndrome du 3è homme - à partir de faits vérifiés.  

Dans le cas de Ron par exemple, Kenneth Kambler auteur de « Surviving The Extremes » explique que l’intéressé, confronté au stress d’une mort imminente, s’assied dans la tour. Son cerveau fonctionne en surmultiplié, il perd de l’énergie à chaque seconde. En conséquence, son cerveau se met en veilleuse. Le lobe pariétal mis en veilleuse fausse le sens de soi. Puis c’est au tour du lobe temporale, qui commande les images et les sons, de se mettre en veille. Il s’en suit une confusion: des informations fusent dans tous les sens, auxquelles il faut donner un sens. Le cerveau va le faire à travers la projection d’une voix qui va le guider, mais cela pourrait être aussi dans d’autres cas une image, ou un fantôme. 

     Cette explication rationaliste est possible bien sûr, mais elle doit faire appel à des notions fragiles en postulant notamment que les réflexes de survie avaient emmagasinés inconsciemment la solution au problème. Notons au passage que bon nombre de scientifiques déterministes réfutent totalement l’existence de l’inconscient. Ron avait-il mémorisé précédemment les escaliers de secours du World Trade Center ? Les avait-il seulement déjà empruntés ? Le doute est franchement permis ! Jerry voit l’image de son père décédé alors qu’il s’entraîne sur un tapis roulant à bord de la station « Mir ». Il est certes en proie à l’ennui et à la solitude – voire à la dépression - mais pas du tout en situation de danger immédiat. Quant à Stéphanie, elle se perd en visitant une grotte sous-marine inconnue. La fragilité des postulats déterministes saute aux yeux. S’il s’agissait d’une capacité du cerveau, pourquoi n’y a-t-il pas plus de pareils phénomènes ? Pourquoi sont-ils si exceptionnels et si rares ? Sur les centaines de gens coincées dans les tours ne devrait-il pas y avoir de nombreuses personnes sauvées comme Ron ? Peut-être faut-il alors émettre l’existence d’un déclencheur, mais alors qui ou qu’est-ce qui le déclenche ? Une fois encore, nous retrouvons cette fermeture du déterminisme à la Seconde causalité qui peut expliquer pourtant beaucoup mieux ce qui s’est passé. En effet, les trois personnes se trouvent sous le coup d’une émotion forte qui va déclencher une réponse du futur, de l’Univers ; cette émotion fonctionne comme un dépôt d’intention, une demande urgente qui va se traduire par une voix, une présence, un ange, à même de les guider. Il faut à chaque fois un certain temps pour que la réponse puisse se matérialiser dans notre univers à trois dimensions, mais ce sont bien les personnes qui ont déclenché une réponse, sans doute parce qu’elles avaient presque admis leur triste fin. Notons que dans chaque cas les personnes bénéficiaires disent avoir connu une sensation de paix inexplicable qui va annuler la peur de mourir ou celle de la dépression. Tous vont faire confiance à leur guide sans se poser de question ni le mettre en doute une seconde.

     Kenneth Kamler a toutefois la lucidité et le courage de déclarer: « Nous nous servons de notre cerveau pour comprendre notre cerveau. Par conséquent, on ne peut pas dépasser un certain niveau de compréhension. On peut faire toutes les observations possibles, mais il faut avoir une certaine foi pour comprendre comment le cerveau fonctionne, parce qu’on ne pourra jamais le découvrir de manière totalement scientifique. »

D’autres scientifiques, comme Olaf Blanke, voudraient démontrer qu’il y a une cause scientifique, cérébrale à ces visions, même si les gens peuvent ensuite préférer une explication spirituelle. Nous préférons quant à nous l’approche scientifique et spirituelle de la Double causalité. Ces phénomènes ne doivent rien au hasard, pas plus qu’ils ne seraient une potentialité spéciale de notre cerveau. Nous recevons bel et bien dans ces cas-là une réponse du futur, des univers parallèles, qui va devoir se matérialiser dans le nôtre sous des formes très diverses : heureux hasards, synchronicité, intuition, prémonition, rêve, inspiration, voie entendue, vision, dé-corporation, etc. Tout cela a été souvent thématisé à travers la Providence ou la figure de l’ange gardien. 


 

       

 .