La conscience n’est pas un épiphénomène de votre cerveau : elle est comme une antenne radio branchée sur des informations, elle est connectée à l’Univers (Nassim Haramein).

 Le libre arbitre s'applique à l'univers d'abord. Ainsi J. Conway - éminent professeur de mathématiques à l'Université de Princeton - met en évidence un point qui n'était pas clair auparavant : l'indéterminisme, que la physique moderne semble obligée d'accepter, y devient une notion fonctionnelle et logique. Il est l'impossibilité qu'il existe certaines fonctions reliant les états de l'univers, impossibilité qui signifie que d'instant en instant ce dernier n'est pas contraint par son passé, mais libre de son évolution. Philippe Guillemant résume la situation ainsi : « Depuis 2006, on peut observer une accélération de la révolution intellectuelle qui affecte la physique moderne à travers différents travaux récents, tels que les publications de physiciens sur l'influence du futur sur le présent, ou celles de mathématiciens sur le théorème du libre arbitre, lequel tend à substituer à la "vieille" conception probabiliste de l'indéterminisme en mécanique quantique, une approche dans laquelle la notion de "liberté" est préférée à celle de "hasard". » Mais pour que ces notions prennent réellement sens, Philippe Guillemant appelle de ses vœux une approche nouvelle de la physique qui devra prendre en compte notamment l’illusion de l’espace, du temps, de la matière, du vide qui sont des réalités déformées par notre conscience. Il faudra bien dépasser la vision classique du déterminisme par des représentations de l’évolution de l’univers pouvant se faire hors du temps illusoire. Le physicien plaide en faveur d’une approche cybernétique de la conscience de l’espace-temps qui voudrait que tous les états du futur et du passé soient en interaction et continuent d’évoluer simultanément.
La métaphore de l’Univers connecté formulée par Nassim Haramein comme celle de la Double causalité de Philippe Guillemant présupposent le libre arbitre, le nôtre comme celui du Vivant. Voici quelles en sont les principales conséquences :

  1. Notre univers à 4 dimensions est fait de 5% environ de la matière et de l’énergie globale du Tout. Il lui faut, selon tous les modèles testés sur ordinateur, un apport extérieur pour tenir en équilibre.
  2. Cet apport vient littéralement du Futur, en fait du vide quantique. Le vide a une structure, et l’énergie du vide (dont l’équivalent-masse du volume d’un proton est exactement celui de la masse de l’univers) assure la cohésion de l’Univers. Il a été démontré que cette chose que nous appelons "le vide de l’espace" est en fait remplie d’énergie. La géométrie en parfait équilibre d’une infinité scalaire de cuboctaèdres est la raison pour laquelle l’énergie infinie du vide (le plénum, l’éther, l’énergie de point zéro, la mousse quantique, l’espace, le champ source, Dieu, la conscience cosmique, l’amour universel, ou appelez-le comme bon vous semble) nous apparaît comme quasi nulle car l’énergie est dans un état d’équilibre parfait à toutes les échelles.
  3. L’Univers est holographique : c'est l'espace qui définit la matière et non la matière qui définit l'espace. "Rappelez-vous que la matière est faite de 99,9 % d'espace"- dit Haramein. La seule chose qui existe, c'est justement le point, la singularité. Et chaque point est un centre à part entière de l'Univers qui contient toute l'information et est connecté à tous les autres points.
  4. Les trous noirs répondent à une distribution fractale : ils sont répartis depuis l’infiniment petit (distance de Planck) jusqu’à l’échelle cosmologique (l’univers, qui est lui-même un trou noir). Les galaxies et les étoiles contiennent un trou noir en leur centre.
  5. Cela présuppose l’existence d’un multivers, d’univers parallèles innombrables pouvant aller jusqu’à 10100 auxquels il faut ajouter des dimensions supplémentaires aux 4 définies classiquement, entre 7 et 11 selon les modèles théoriques.
  6. Nous sommes de la poussière d'étoiles, littéralement...L'être humain moyen a approximativement 100 trillions de cellules et chacune d'entre elles est constituées d'environ 100 trillions d'atomes, qui furent à l'origine créés au sein d'une étoile. Les atomes de votre main peuvent très avoir été créés dans une autre étoile que ceux de votre pied, donc, par définition, nous sommes des êtres galactiques puisque les structures mêmes qui composent nos corps viennent de partout dans l'univers...
  7. Tout vibre dans l'Univers ; pour reprendre la phrase d'Albert Einstein : « tout est énergie » ou « tout est vibration », TOUT est énergie, de l'infiniment petit à l'infiniment grand. Tout est vie dans l'Univers, donc TOUT est énergie et "état vibratoire". L’espace lui-même est constitué de paquets d’énergie discrets réellement minuscules : la plus petite vibration que le spectre électromagnétique puisse produire, la Longueur de Planck.
  8. Ces minuscules paquets sont en quelques sorte les "pixels" qui composent notre Univers, et puisqu’ils ne sont pas carrés mais sphériques Haramein les appelle "voxels ", qui s’organisent en un réseau géométrique 3D de Fleurs de Vie où les sphères sont parfaitement imbriquées les unes dans les autres.
  9. L'univers est un champ d'énergie holographique sans limite infiniment incorporé qui ne cesse d'en apprendre plus sur lui-même par la résonance de la seule chose qui relie toutes choses : l'ESPACE.
  10. L'Univers est une spirale qui tend vers l'immobilité en son centre (singularité) à toutes les échelles, des galaxies aux ouragans, des fleurs aux atomes, jusqu'à ... nous.           "Si vous dirigez toute votre attention vers la singularité (zone de calme) qui est en votre centre, - nous dit Haramein - toute l'information contenue dans l'Univers est à votre disposition car l'Univers est un champ unifié holofractographique scalaire infini où toute l'information est présente en chaque point (singularité)."
  11. Notre univers a été en quelque sorte fécondé par quelque chose venu d’ailleurs.
  12. Nous sommes en permanence reliés par des trous de verre à l’énergie du vide, à travers l’espace, par la rotation rapide de formes géométriques spécifiques qui affectent simultanément le corps et l’esprit d’un individu. C’est un véhicule qui peut aider le corps, l’âme et l’esprit, à accéder et à expérimenter d’autres niveaux de réalité ou de potentiels de vie. Elle permet d’accéder à de nouveaux niveaux de conscience et qui aide les humains à atteindre leur plein potentiel. L'élévation du niveau de rotations modifient notre cerveau, les glandes pituitaires et pinéale notamment, notre ADN et bien sûr les structures géométriques des corps émotionnel, mental et spirituel. Mais nos représentations du monde et nos convictions intimes vont déterminer ce que chacun peut recevoir en retour en fonction de la quantité de résistance émise à l’entrée des informations dans notre vie.
  13. Cela ne peut se faire que par le biais d’une Conscience cosmique non localisée au cerveau. En fait, nous nous synchronisons avec un au-delà au réel, le divin, via une Conscience plus vaste, notre Âme sans doute, mais en tous cas à travers une onde gamma spécifique, teintée de sérénité, de reconnaissance et d'émerveillement, produite par le réseau neuronal du cœur ; cela nécessite, pour qu'elle émerge pleinement, un abaissement des filtres d’encodage de la réalité ordinaire issus de notre mental conditionné. Alors seulement, nous pouvons nous ajuster à la Dimension Source qui prendra ensuite le relais via notre Âme-Esprit ; Elle seule est en lien avec tous les possibles de l'Univers.
  14. Cet ajustement se fait aussi par le centre neuro-cardio-vasculaire, par le chakra du cœur. Notre cœur produit des champs électriques 100 fois plus puissant que celui du cerveau et électromagnétique 5000 fois plus puissant que celui de notre cerveau qui changent notre corps et notre monde (500 fois plus que le cerveau), ce qui en fait un organe central chez l'être humain. Les nombreux oscillateurs biologiques de l'organisme vont se synchroniser sur cet oscillateur majeur qui va influencer par les ondes gamma toutes les molécules constitutives de l'organisme ainsi que les réactions chimiques dans lesquelles celles‐ci sont impliquées.
  15. Nous recevons également par la Conscience cosmique quelque chose de l'ordre de la tendresse nous est donné, en tous les cas le sentiment d'être à la maison, dans notre vraie dimension d'être connectée avec le Tout. Cet ajustement ne réclame aucune tension volontariste : juste un consentement, un libre abandon confiant qui puisse laisser venir l'Aide et la Présence divine.
  16. Nous échangeons en permanence, à chaque moment, des informations avec le divin (la Singularité, le vide quantique, la divine matrice, etc.) : nous lui en donnons et nous en recevons en retour. L'échange d'information se fait donc en permanence vers l'intérieur et vers l'extérieur à la vitesse de la lumière. Ce champ magnétique définit aussi le fonctionnement de la conscience qui n'est évidemment pas localisée dans le cerveau ; c'est une antenne en connexion avec un champ, et cela se fait via le liquide céphalo-rachidien qui oscille à certaines fréquences.
  17. Nous lui disons Qui et Ce que nous voulons être, Ce que nous croyons pouvoir recevoir ou non, nos croyances et nos convictions profondes, notre état de santé ou de maladie, nos attentes et nos souhaits. Notre partenaire va devoir respecter ces informations, et nous donner en retour des informations si – et seulement si – ce n’est pas en violation avec les personnes ou l’environnement concernés.
  18. Cette influence venue du Futur échappe aux lois connues de notre univers tout simplement parce nous sommes dans un multivers. Mais rien toutefois ne nous sera donné par imposition ni par ingérence du divin dans notre vie et dans notre environnement.
  19. Le libre arbitre est la signature du divin, son autolimitation, sa marque de respect absolu. Il faut donc abandonner les représentations liées à une obéissance, à toute obligation, contrainte, menace de jugement, punition, privilèges ou mérites personnels.

20. Nous recevons de l’aide par rétro causalité, par réduction d’états, sans qu’elle soit de notre fait, sous formes d’intuitions, d’inspirations, de prémonitions, de coïncidences ou de synchronicités. « C'est la rétroaction du futur vers le présent qui transforme le hasard en libre arbitre, grâce à l'éveil de la conscience (P.Guillemant). »

21. En résumé, nous sommes tous UN, l’univers faisant l’expérience de lui-même. 

Cette approche nécessite d’en finir avec les représentations d’un univers hostile dans lequel nous n’aurions pas notre place ! Tout indique le contraire. Mais il s’agira d’oser sortir des sentiers battus. D’oser identifier ce qui nous empêche d’avoir un rapport harmonieux d soi à soi notamment.

Il y a donc comme le postule Philippe Guillemant une causalité qui dépend de nous, de notre vouloir humain et une autre qui vient du Futur, de l’Indéterminé avec laquelle nous pouvons interagir. 

Cette approche novatrice est appelée à être vérifiée dans notre vie quotidienne, expérimentée comme une vérité crue, confessée, attestée, vécue et expérimentée. C’est, pour le dire avec Paul Ricoeur, une métaphore de la réalité ultime, sachant, comme l’affirmait Einstein, que le réel jamais nous le connaîtrons. Nous aurons à aborder toutes ces nouveautés de manière exigeante dans un dialogue constructif et une réciprocité sans complaisance.


Pour que l'esprit puisse parvenir à la conscience, il faut sortir du cadre : du pilotage automatique de l'ego, par la double intentionnalité du corps-propre et celle de la conscience, qui nous situe en permanence dans le passé-présent, à la recherche du contentement, à vouloir éviter la douleur, en nous préservant une solution de fuite, en évitant surtout d'être échec et mat. Là, tout est lu, interprété, analysé, orienté en fonction de nos souvenirs positifs et négatifs les plus marquants qui servent de mesure à tout ce qui se présente; nous le faisons la plupart du temps en mode automatique mais souvent aussi en écoutant ce que nous disent nos prédictions, de sorte que nous ne sommes que rarement dans le présent, dans la potentialité qu'il contient vraiment. Parfois, nous osons désobéir, nous lancer dans l'aventure de la nouveauté par un choix irréfléchi qui nous fait sortir du mode causal. Mais cela reste exceptionnel. Dès lors, le mode causal s'impose : nous sommes et restons sur les rails de notre passé-présent qui conditionne l'avenir à travers la répétition. Il n'y a là aucun libre arbitre. Notre passé est maintenu et il conditionne l'avenir. 

Les faits tendent à montrer que nous nous synchronisons avec un au-delà au réel, le divin, via une Conscience plus vaste, notre Âme sans doute, mais en tous cas à travers une onde gamma spécifique, teintée de sérénité, de reconnaissance et d'émerveillement, produite par le réseau neuronal du cœur ; cela nécessite, pour qu'elle émerge pleinement, un abaissement des filtres d’encodage de la réalité ordinaire issus de notre mental conditionné. Alors seulement, nous pouvons nous ajuster à la Dimension Source qui prendra ensuite le relais via notre Âme ; Elle seule est en lien avec tous les possibles de l'Univers. Par cet ajustement, quelque chose de l'ordre de la tendresse nous est donné, en tous les cas le sentiment d'être à la maison, dans notre vraie dimension d'être connectée avec le Tout. Cet ajustement ne réclame aucune tension volontariste : juste un consentement, un libre abandon confiant qui puisse laisser venir l'Aide et la Présence divine. En nous ajustant à la Dimension Source, nous favorisons la néguentropie : nous stimulons par exemple nos biophotons en énergie positive qui va se transmettre à tout l'organisme. Le sentiment d'union avec la Dimension Source nous fait aller vers ce que nous aimons et vers ce que nous sommes profondément, réellement. C'est le Chant de la Création : il n'y a aucun jugement, pas de condamnation, aucune obligation, pas de séparation ni d'exclusion. Nous sommes potentiellement UN dans un univers stupéfiant.


       

 .