Les informations mises à disposition sont des sujets d'étonnement et d'émerveillement et pas les savoirs d'une revue scientifique...

Voici pourquoi le ventre est un deuxième cerveau:



D'où l'importance de prendre soin de sa flore intestinale.

L’intestin est, de très loin, le champion des chambres d’hôtes : il renferme en effet 100 000 milliards de bactéries pesant, au total, plus de 2 kg et constituant la flore intestinale. Ce chiffre inimaginable, dix fois supérieur à celui de la totalité des cellules de l’organisme, s’explique par le fait que les bactéries sont bien plus petites que les cellules. Les bactéries sont néanmoins des organismes vivants qui, ensemble, jouent le rôle d’un véritable « organe » irremplaçable, établi en écosystème et produisant, grâce à d’innombrables réactions chimiques, des substances bénéfiques à l’organisme.


La flore intestinale est composée de plus de 500 espèces différentes de bactéries, réparties en niches tout au long du tube digestif. Le nombre de bactéries de la flore intestinale va croissant au fur et à mesure que l’on descend dans l’intestin.
Il n’existe pas de bonnes ou de mauvaises bactéries vivant dans l’intestin dont le fonctionnement est normalement harmonieux ; la flore intestinale normale est constituée de colonies en équilibre et seul cet équilibre assure des fonctions optimales.
La protection apportée par les bactéries de la flore intestinale est assurée de différentes manières. D’une part, des bactéries non pathogènes se fixent sur la paroi de l’intestin et empêchent ainsi les bactéries pathogènes de prendre des points d’ancrage. D’autre part de nombreuses espèces sécrètent des substances bactéricides, sortes d’antibiotiques naturels qui détruisent les espèces potentiellement dangereuses.
Mais les effets bénéfiques des bactéries de la flore dominante ne se limitent pas à empêcher la prolifération de germes qui pourraient nous nuire. En effet, outre ce rôle capital, elles neutralisent des substances nocives présentes dans l’intestin, comme l’ammoniaque et certaines toxines. Elles produisent des enzymes, des vitamines et des carburants des cellules du gros intestin.
Enfin, la flore intestinale joue un rôle capital dans les mécanismes de défenses immunitaires qui vous permettent de combattre les agressions extérieures. Pour comprendre ce point important, il faut savoir que l’organisme est pourvu de plusieurs organes dits « lymphoïdes » capables de produire des anticorps qui ont pour rôle de détruire les corps étrangers, les bactéries et les virus ennemis. Ces organes lymphoïdes sont représentés par le thymus (dont l’activité diminue fortement dès les premières années de vie), la rate, la moelle osseuse, les ganglions, certaines cellules circulant dans le sang et, aussi et surtout, l’intestin grêle qui renferme, à lui seul, plus de la moitié de la masse de tissu lymphoïde total de l’organisme.
L’intestin n’est donc pas seulement un organe de digestion et d’absorption mais aussi un organe immunitaire majeur : pas de bonne immunité sans un intestin en bon état !
(Source: https://www.thierrysouccar.com/sante/info/comment-la-flore-intestinale-nous-protege-559).

Douleurs, ballonnements, diarrhées, les intestins sont souvent les premiers affectés par un stress trop important ou mal géré. 15% des Français en souffre. c'est dû en grande part à une molécule le CRF libérée à cause du stress qui provoque une inflammation des intestins et perturbent leur fonctionnement. Les symptômes évoqués le plus souvent sont: digestion difficile, ralentissement de la vidange de l'estomac et de l'intestin grêle, mais accélération des fonctions métaboliques du côlon provoquant des diarrhées; modification de la flore intestinale, perméabilité accrue de la parois intestinale qui permet le passage d'antigènes (bactéries) qui se diffusent dans le tube digestif en provoquant des inflammations et des douleurs.

Le ventre et les émotions
Certaines expressions sont même directement liées aux émotions que l’on peut ressentir au plus profond de nos entrailles. En cela, le ventre est donc bien le cœur de nos émotions et donc relié à notre cerveau, pour ceux et celles qui n’ont pas été convaincus par notre article sur le Hara ! 
Vous connaissez sans aucun doute celles-ci :
- « avoir la peur au ventre », « avoir une boule au ventre » ou encore « avoir le ventre noué », pour désigner un sentiment de peur ou de grand stress…
- « avoir le ventre creux », quand la faim nous tiraille !
- « avoir du cœur au ventre », lorsque courage ou ardeur triomphe !
- « savoir ce que quelqu’un a dans le ventre », pour tenter de mettre les capacités de quelqu’un à l’épreuve…

Et dans la Bible

Psaumes 25:6  SEIGNEUR, souviens–toi de ta compassion et de ta fidélité, car elles sont depuis toujours.
Esaïe 49:15  Une femme oublie–t–elle son nourrisson ? N’a–t–elle pas compassion du fils qui est sorti de son ventre ? Quand elle l’oublierait, moi je ne t’oublierais pas.
Matthieu 18:27  Emu, le maître de cet esclave le laissa aller et lui remit la dette.
Marc 10: 21  Jésus le regarda et l’aima ; il lui dit : Il te manque une seule chose : va, vends tout ce que tu as, donne–le aux pauvres, et tu auras un trésor dans le ciel. Puis viens et suis–moi.
Luc 10:33  Mais un Samaritain qui voyageait arriva près de lui et fut ému lorsqu’il le vit.
Luc 15:20  Il partit pour rentrer chez son père. Comme il était encore loin, son père le vit et fut ému ; il courut se jeter à son cou et l’embrassa.
2 Corinthiens 6:12  Vous n’êtes pas à l’étroit en nous, mais c’est dans vos propres sentiments que vous êtes à l’étroit.

Une question d’équilibre
Des mécanismes protecteurs sophistiqués
Un organe lymphoïde
Au sens figuré, les entrailles sont le siège de sentiments ardents 

Le ventre pourrait bien être un centre névralgique à l'origine de notre fonctionnement global: ça donne le vertige, non? À penser en tous les cas...


       

 .