Dormir est-ce une perte de temps? Une survivance archaïque ? Ou un besoin plus fondamental ?
Les études scientifiques nous le confirment : Nos cycles de sommeil sont importants:

Première phase de la nuit : l’endormissement

C’est la phase qui permet de passer de l’état de veille au sommeil. Elle se produit au coucher ou lors des brèves périodes de réveil durant le sommeil. Durant cette phase la respiration ralentit, les muscles se relâchent, le corps est entre le sommeil et l’éveil et il est facile d’être réveillé. Durant cette période, les pensées sont floues et parfois une sensation de tomber dans le vide peut être ressentie, provoquant une légère contraction musculaire, similaire à un sursaut.

Deuxième phase du sommeil : le sommeil léger

Il constitue près de 50% du temps de sommeil au cours d’une nuit, c’est un état dans lequel il est encore facile d’être réveillé par du bruit ou de la lumière. En cas de réveil, la personne a le sentiment d’avoir dormi. La température corporelle diminue et le rythme cardiaque est ralenti.

Troisième et quatrième phases de votre sommeil : le sommeil profond

Durant ces phases, le sommeil est le plus profond (la quatrième phase correspondant à un sommeil encore plus profond que lors de la troisième). Il est très difficile d’être réveillé durant cette phase. Ces phases représentent près de 20 % de la durée totale de la nuit. C’est pendant ce moment que le corps récupère de la fatigue physique, qu’il sécrète ce dont il a besoin, renforce son système immunitaire et renouvelle ses cellules. Tout l’organisme est au repos. La respiration et le pouls sont lents, la température corporelle est basse. C’est pendant ce stade que certaines personnes peuvent être sujettes à des terreurs nocturnes, des crises de somnambulisme…

Cinquième phase de votre sommeil : le sommeil paradoxal

Le cerveau reprend de l’activité, la respiration et le rythme cardiaque augmentent, les yeux se mettent à bouger sous les paupières (on parle de stade « REM » : Rapid Eye Movement : mouvements rapides des yeux), ce sommeil est paradoxal car il contient à la fois les caractéristiques d’un sommeil profond : réveil difficile, muscles relaxés et des signes d’éveil : activité cérébrale intense, rythme cardiaque accéléré…

C’est durant cette phase que surviennent les rêves les plus élaborés. Ce stade représente près de 20 à 25% de la nuit. Il revient de manière cyclique au cours de la nuit : il est donc possible de faire plusieurs rêves au cours d’une même nuit.

Pendant cette phase, le corps récupère de la fatigue nerveuse grâce aux rêves, les informations reçues dans la journée sont catégorisées : celles à retenir, celles moins importantes, les événements heureux ou traumatisants. Les informations jugées pertinentes acquises au cours de la journée sont fixées dans la mémoire et celles considérées comme moins importantes sont supprimées.
Pendant le sommeil paradoxal, les scientifiques ont observé une activité cérébrale proche de celle de l’éveil, qu’ils expliquent par une mobilisation des ressources pour les rêves, fréquents lors de cette phase. Ainsi, il ne resterait plus assez d’énergie pour analyser les informations auditives extérieures, celles-ci ne dépassant pas le cortex auditif (lieu des analyses rudimentaires des sons). Là encore, le fait que le cerveau soit en « pause vigilance » et « pause réactivité » serait bénéfique (les rêves n’ayant rien d’inutile). Notre cerveau logique a besoin de se déconnecter durant 2 minutes par nuit de sommeil.

Notre sommeil est régulé par une glande unique et spéciale: la glande pinéale qui produit notamment notre somnifère naturel: la mélatonine.
Pendant notre sommeil, notre cerveau se nettoie:
Et nos rêves sont en quelque sorte une manière de mieux nous adapter à notre réalité:

Mais, selon les stades du sommeil et l'anesthésie du cerveau logique, nous rêvons à 3 cerveaux:

Nos rêves seront orientés vers l'affectivité, les liens, sous l'emprise du reptilien avec des émotions fortes (peur, tristesse, colère, honte, haine, dégoût, jalousie, désir, etc.) ou sous le contrôle du cerveau logique. Par nos rêves, nous faisons aussi  l'expérience de nous ouvrir à une transcendance, à un au-delà à notre monde habituel: le sommeil est souvent source d'inspirations, d'intuitions, de prémonitions. Certains y ont expérimenté des sorties de corps et des états modifiés de conscience...


       

 .