L'art de guérir: à la découverte de notre sagesse intérieure et de notre potentiel de guérison.

Chapitre 12: les transitions entre la vie et la mort

Si vous brûlez de voir l’esprit de la mort, ouvrez grand votre cœur dans le corps de la vie. Car la vie et la mort ne font qu’un, comme ne font qu’un la rivière et la mer. — Khalil Gibran

J’en suis venu à comprendre que je suis comme l’eau. Tout comme les courants d’eau trouvent leur chemin autour des obstacles pour rejoindre la mer de la vie, je trouve ma voie dans la vie et je suis le courant ; et quand je vais devenir de la vapeur ou de la brume, je vais retourner à la terre sous forme de pluie et je vais renaître. Puis, si j’apprends ce que je suis censé apprendre sur la Terre, je vais aider à enseigner aux autres comment devenir des co-créateurs d’un monde empli de foi, d’espoir et d’amour pour tout.

Chaque vie est comme une chandelle et la longueur de la chandelle ne dépend pas de votre âge, mais de ce que vous êtes censé accomplir sur cette planète. Notre tâche est d’illuminer la voie pour nous et pour les autres — non pas de nous inquiéter de combien de temps il nous reste à vivre, mais d’accomplir ce que nous sommes censés faire. Notre flamme doit brûler, plutôt que s’éteindre avant notre temps. Il faut prendre soin de nous-mêmes et cela peut se faire de nombreuses façons. Accepter l’aide des autres, prendre des pauses, devenir membre des groupes de soutien, faire partie d’un groupe de rigolothérapie ou aller voir des comédies, bien s’alimenter, demeurer à l’écoute de sa voix intérieure, parler à Dieu et laisser Dieu répondre — ce sont toutes des mesures de survie qui aident les gens à traverser les étapes visant à laisser aller leur proche tout en prenant soin de lui pendant qu’il est en vie. La capacité de prendre soin de vous vient de l’amour de soi parce que si vous ne vous accordez pas d’importance, l’expérience va devenir autodestructrice et n’aura pas d’effet positif sur la vie de quiconque.

Les personnes qui prennent soin d’un malade doivent se souvenir de demander de l’aide avant qu’un désastre se produise. Vous n’êtes pas obligé de devenir fort alors que vous souffrez. Vous pouvez apprendre à composer avec les difficultés de la vie tout comme un arbre apprend à survivre aux changements des saisons.

Quand les membres de la famille surmontent leur peur de discuter de l’avenir avec une personne mourante et que cette personne est prête à en parler, de merveilleuses choses peuvent se produire. C’est dans ces moments que notre immortalité est créée.

Un père m’a parlé de son garçon qui était mort et qui adorait les papillons. L’été après son décès, le père se promenait dans un bois près de sa maison dans le Connecticut quand un énorme papillon s’est mis à le suivre. Il a senti que c’était son garçon qui était revenu pour l’aider à surmonter son chagrin. Quand il est retourné chez lui, il a fouillé dans les livres de son garçon pour identifier le papillon qui l’avait suivi et il a découvert que cette espèce ne vivait qu’en Amérique du Sud.

Quand vous perdez quelqu’un, célébrez votre amour pour cette personne et le sien pour vous. Continuez de parler de la personne décédée, surtout avec vos enfants, afin qu’ils n’aient pas l’impression que leur être cher a été oublié ou rayé de leur vie. Rappelez aux enfants que la personne est de nouveau parfaite et qu’ils peuvent continuer d’échanger leurs pensées et leurs sentiments avec elle. L’esprit de leur être cher va le savoir. La seule chose dans cette vie qui est immortelle est l’amour et l’amour est à tout jamais votre pont vers cette personne.

L’ordonnance du médecin

Ayez une conversation significative avec une personne que vous aimez. Faites-en une expérience non conflictuelle en posant deux questions à cette personne : « Quel animal admires-tu le plus ? » et « Quelles sont les caractéristiques de cet animal qui suscitent ton admiration ? » Écoutez ses réponses ; vous pourriez même les noter. Quand votre être cher a terminé, expliquez-lui que l’animal n’a pas d’importance, mais que les caractéristiques qu’il a décrites le sont parce qu’elles correspondent aux meilleurs traits de personnalité de cette personne. Après cette révélation, observez la tournure que prend la conversation.

Vous pouvez aussi demander à votre être cher quel animal il aimerait le plus avoir dans sa maison. Demandez-lui également quelles caractéristiques de cet animal suscitent son admiration. Quand la personne a fini de répondre, expliquez-lui qu’elle a décrit son partenaire idéal.

Quand j’ai essayé d’aider une de mes patientes à acquérir de l’estime d’elle-même, je lui ai posé ces questions. Elle a répondu :

— Je déteste les animaux et j’ai tué mon canari.

J’ai alors compris que la tâche ne serait pas facile.

Chapitre 13; la spiritualité : nourrissez votre moi invisible

L’humain complet est celui qui a fait face à l’autodestruction en se tenant au bord de ce que William James appelait « le bord périlleux »… et qui a eu le courage de se retourner et de faire face à l’univers.— Bernie Siegel

Quand vous êtes éclairé, vous comprenez le pouvoir de l’amour. Demandez-vous pourquoi nous disons « aimez avec gentillesse, tourmentez avec tendresse, l’amour est aveugle, aimez vos ennemis et aimez votre voisin comme vous-même ». C’est là que réside la réponse à la vie et à l’illumination.

Je sais par expérience et à partir de cas attestés de personnes souffrant d’un trouble dissociatif qu’un individu peut souffrir d’allergies, de diabète, d’asthme et d’autres affections qui sont associées à une personnalité et ne plus en souffrir quand il change de personnalité. Mais si vous pensez aux rôles et aux situations auxquels nous nous attachons tant, il est possible que nous le fassions tous à un certain degré dans notre vie. Nous devons tous prêter attention aux personnalités qui vivent en nous et les harmoniser avec les désirs et les besoins de notre âme.

De mon point de vue, le but de la vie est d’atteindre un véritable équilibre et d’utiliser notre corps et notre lumière intérieure pour que nos actions soient en harmonie avec notre âme. Voyez-vous comme une chandelle. La flamme s’élève vers le ciel dans l’espoir de s’unir au divin, tandis que la cire et la mèche représentent notre corps terrestre qui nous maintient connecté et ancré. La flamme consomme le combustible qu’est la cire et la qualité de ce combustible est reflétée par la pureté de la flamme. La chandelle illumine le monde dans lequel nous choisissons de vivre en partageant notre lumière et notre amour. Quand nous mourons, cette lumière et cet amour sont transmis aux futures générations. C’est là que réside notre immortalité. La lumière de la chandelle devient le parcours d’apprentissage de la vie, tout comme les mots sont des moyens de partager et de comprendre des idées.

Nous créons notre vie à partir de ce que nous décidons, nous pensons et nous faisons chaque jour. Nous créons le scénario du mythe qui devient notre vie. Dans ma vie, j’ai fait ce qui me semblait être bon pour moi et je suis très heureux d’avoir agi ainsi au lieu de m’être soucié de ce qui semblait mieux ou approprié aux yeux des autres. Je ne crois pas avoir perdu mon temps sur la Terre.

Développer votre moi spirituel consiste à vivre ; cela concerne les choses que vous choisissez de faire et avec lesquelles vous nourrissez votre esprit et votre corps. Mais c’est aussi une question d’être — non pas de penser ou de faire — mais simplement d’être. Cela me rappelle l’histoire du vieux fermier dans le Somerset, en Angleterre, qui avait l’habitude, chaque soir, de s’asseoir sur une souche et d’admirer les champs. Un jour, un garçon du village qui passait par là s’est arrêté et a demandé au vieil homme ce qu’il regardait depuis autant de temps. Le fermier a regardé le garçon un long moment. Puis, d’une voix lente et avec son accent du Sud-Ouest, il a dit : — Parfoué, j’m’assieds et j’pense, et parfoué, j’fais juste m’asseoir.

Nous sommes des êtres humains, pas des accomplissements humains. Alors, ne vous identifiez pas au rôle que vous jouez ; soyez conscient que votre divinité définit qui vous êtes. Rêvasser et regarder devant vous sans penser, surtout quand vous regardez des scènes naturelles et des paysages, est une autre façon de nourrir votre âme. Combien de fois êtes-vous passé devant un buisson en fleurs bourdonnant d’abeilles et d’autres insectes en train de se délecter de nectar et de pollen ? La prochaine fois, arrêtez-vous un moment. Observez et écoutez simplement. Ne déterminez pas de quelle sorte de buisson il s’agit ou ne jugez pas la charge que chaque abeille transporte ; laissez le moment s’écouler, observez et oubliez que vous existez. Devenez rien et laissez tout autour de vous simplement être ce qu’il est.

Quand vous avez un problème, soumettez-le à la nature et demandez une réponse.

L’ordonnance du médecin

Lisez, lisez, lisez. Écoutez des livres audio et des CD, et lisez. Étudiez la vie et les paroles de Jésus, de Bouddha, de Mahomet, d’Épictète, de Lao-tseu et d’autres sages. Plongez dans la poésie et les essais de maîtres tels que Dante, Rumi, Gibran, Emerson et Thoreau. Explorez les écrits et les conférences des chefs spirituels modernes tels que mère Teresa, le dalaï-lama, Sri Chinmoy, Joseph Campbell et Jung. Inspirez-vous en lisant les travaux des physiciens, des scientifiques et des astronautes dont la quête du savoir a brisé l’illusion des frontières entre la Terre et le reste de l’univers et nous a enseigné que nous sommes dans l’univers. Enthousiasmez-vous en vous attendant à faire des découvertes. Prenez l’habitude de lire chaque jour, ne serait-ce que quelques minutes. Gardez l’esprit ouvert et lisez avec la curiosité d’un enfant. Et relisez les mêmes livres tous les deux ou trois ans parce que s’ils ne vous éclairent pas davantage, cela signifie que vous n’êtes pas devenu plus éclairé.

Épilogue: vers de nouveaux commencements

Le véritable bonheur n’est possible que si vous apprenez à aimer avec une telle élévation de l’esprit que vous acquérez le pouvoir d’affronter le chagrin […], de sublimer le vieil amour en éprouvant un nouvel amour encore plus grand.— Benedetto Croce

Les guides apparaissent sous de nombreuses formes, parfois en simple jouet en peluche, en paroles d’une chanson ou en prédiction dans un horoscope. Parfois, une série d’événements se déclenche et la personne qui est guidée a l’impression de les voir se dérouler comme si une autre main agissait sur eux.


       

 .