L'art de guérir: à la découverte de notre sagesse intérieure et de notre potentiel de guérison.

Chapitre 5; les dessins : quand le conscient et l’inconscient ne s’entendent pas.

L’art est lorsque vous entendez votre âme frapper… et que vous répondez.
— Terri Guillemets

Quand nous prenons conscience que les images et les symboles dans les rêves sont un dialogue entre notre intelligence psychique ou somatique et notre conscient, il est alors facile de voir que les dessins constituent aussi une forme de communication entre la conscience collective et notre moi supérieur. Le dessin spontané est une excellente ressource pour la prévention, le diagnostic, le pronostic et le traitement d’une maladie. Plutôt que de remplacer les interventions médicales, les dessins deviennent une ressource additionnelle et ils améliorent l’expertise du médecin. En accédant à la sagesse de l’inconscient du patient, le médecin et le patient peuvent prendre de meilleures décisions concernant la thérapie. Les gens croyaient que j’étais fou quand je demandais à mes patients de dessiner avant que je fasse des recommandations ou que je prenne des décisions concernant leur traitement, mais chaque fois que mes patients surmontaient leur peur de ne pas être des artistes et qu’ils dessinaient simplement, leurs dessins s’avéraient de puissants guides que nous ne pouvions pas nous permettre d’ignorer. Quand l’inconscient et le conscient — les deux sources de sagesse d’un patient — ne s’entendent pas à propos d’un traitement, le patient va inévitablement souffrir de davantage de problèmes et d’effets indésirables. La maladie frappe souvent là où le corps a emmagasiné des souvenirs douloureux du passé. La sagesse intérieure d’un patient reconnaît que ces souvenirs doivent être identifiés pour être guéris.

Les enfants en particulier ne sont pas préparés à composer avec les traumatismes physiques ou émotionnels, et ils sont vulnérables à ce que leurs figures d’autorité adultes leur imposent dans ces moments-là. Si des adultes aimants ne les aident pas à composer avec le traumatisme, les enfants vont adopter une stratégie d’adaptation qui fait en sorte qu’ils emmagasinent leurs émotions et leurs souvenirs des événements dans leur inconscient et dans leur corps, quitte à composer avec eux plus tard ou à ne jamais les résoudre. Les graines de l’anxiété, du deuil, de la peur, de l’abandon ou de toute autre émotion s’enracinent dans des parties du corps et demeurent latentes jusqu’à ce que, des années plus tard, le système immunitaire soit attaqué par le stress d’un deuil ou d’un autre traumatisme. C’est alors que ces graines peuvent prendre la forme d’un cancer, d’une crise cardiaque, de troubles respiratoires ou digestifs, d’allergies, etc. Ces maladies potentielles sont souvent révélées dans les dessins des patients — et ce ne sont pas seulement des maladies potentielles pour eux, mais aussi pour les membres de leur famille.

La méthode et la théorie

Pour créer vos propres dessins ou pour faciliter le travail d’autres personnes, vous n’avez pas besoin d’être un artiste ou un thérapeute. Vous n’avez besoin que de feuilles blanches ordinaires et d’une boîte de crayons de cire ou de crayons à colorier. Vous devez avoir toutes les couleurs de l’arc-en-ciel, plus un crayon noir, un crayon blanc et un crayon brun, étant donné que chaque couleur a une signification.

J’évite de dire aux gens quoi dessiner parce que je veux que leur inconscient, leur sagesse intérieure, soit libre de créer un dessin qui révèle des questions non posées et des désirs non exprimés. Mais en présence d’un cancer ou d’une autre maladie, je demande à la personne de se dessiner avec sa maladie et son traitement, avec ses globules blancs qui éliminent la maladie. J’évite d’utiliser des mots qui font référence à tuer ou à combattre parce que je veux aider les gens à guérir leur vie et leur corps, et non pas à se concentrer sur leur ennemi. Il m’arrive aussi de demander à une personne de faire son autoportrait ou de dessiner une scène extérieure ou sa maison et sa famille.

Vous pouvez faire un dessin qui est lié à une décision que vous devez prendre, par exemple, par rapport à un emploi, à la personne que vous allez épouser ou à une opération que vous devez subir. J’encourage les gens à intégrer les images, les objets et les symboles qui leur viennent à l’esprit pendant qu’ils dessinent. Les enfants n’ont pas tendance à se critiquer quand ils dessinent, tandis que les adultes ont besoin de se faire dire qu’il n’y a pas de mauvaise façon de faire un dessin. C’est nécessaire pour chasser leur peur d’être jugés comme étant incapables de bien dessiner.

La première étape de l’évaluateur est de noter ses premières impressions et d’identifier tout sentiment évoqué par le dessin, comme l’isolement, la colère, la tristesse ou la joie. La prochaine étape consiste à voir ce qu’il y a dans le dessin (des personnes, des objets, du mouvement et la direction du mouvement, la taille des corps, etc.). Remarquez ce qui manque (comme les mains ou les pieds) et ce qui est étrange, ainsi que les accidents ou les erreurs (comme des lignes qui traversent une personne). L’évaluateur devrait prêter attention aux couleurs utilisées, à leur intensité et à leur nuance, ainsi qu’aux couleurs qui étaient disponibles et qui n’ont pas été utilisées, et à tout choix de couleur étrange (comme un soleil violet). Il devrait aussi prêter attention aux nombres et compter les objets récurrents. Dans un dessin qui comporte plusieurs thèmes et éléments, l’évaluateur peut noter dans quel quadrant de la feuille chaque symbole ou image se trouve. Il devrait observer si le dessin couvre toute la feuille et vérifier si la personne a également dessiné au dos de celle-ci.

Avant que l’analyse commence, l’artiste devrait être disponible pour discuter du dessin avec l’évaluateur et répondre à ses questions. Pour interpréter correctement le dessin, nous devons savoir pourquoi la personne a ainsi fait son dessin.

Les couleurs : ce qu’elles peuvent révéler

Figure 1

L’enfant artiste a dessiné une balle de couleurs qui est assez bien formée, mais dont les couleurs ne sont pas en ordre, comme elles le seraient dans un arc-en-ciel. La section noire suggère que quelque chose dans la vie de l’enfant la dérange. L’image montre qu’il y a beaucoup d’émotions (les rouges) et toutes sortes de choses qui se passent dans sa vie : les violets correspondent aux aspects spirituels ; les jaunes correspondent à l’énergie. Mais il y a tout de même un problème qui est enfoui et qui doit être exprimé. Ce n’est pas un problème grave, mais c’est quelque chose qui la dévore de l’intérieur. C’est comme si sa vie était en désordre et non pas qu’elle souffre d’un problème physique. Si l’enfant s’était dessinée et qu’elle avait mis du noir dans cette image, j’aurais alors dit que cela pouvait représenter une maladie physique, mais cela signifie plus clairement un problème émotionnel.

Figure 2

Quand le garçon qui a fait ce dessin est heureux et que tout va bien dans sa vie, il y a un arc-en-ciel ; toutes ses émotions sont bien gérées. Mais ici, l’arc-en-ciel se trouve entre deux nuages noirs. Quand il vit dans l’arc-en-ciel, il se sent bien. Alors même quand il y a des problèmes dans sa vie, il continue de maîtriser ses émotions. Le dessin contient beaucoup de bleu et de vert : des couleurs saines et naturelles. Sa vie est comblée ; cela est indiqué par le fait qu’il a pris le temps de colorier toute la feuille. Mais il y a tout de même des choses qui limitent son arc-en-ciel. Je lui demanderais quels problèmes le dérangent — ce qui nuit à son bon-heur — et j’examinerais avec lui tout problème qu’il mentionnerait.

Figure 3

Les couleurs de cette montgolfière ressemblent à un arc-en-ciel, mais elles ont été disposées autrement : le rouge et l’orange se trouvent à l’intérieur. Cela pourrait signifier que l’artiste cache ou garde enfouies en lui les émotions qu’elles représentent, plutôt que de les exprimer. Le soleil est présent, mais il y a des rayons rouges devant lui. Cela suppose qu’il doit composer avec un problème émotionnel ; ce n’est pas un problème grave parce qu’il y a beaucoup de couleurs saines et naturelles dans le dessin, et il y a un nuage bleu et jaune et non pas un nuage noir. Helen Keller a dit que si on reste face au soleil, on ne voit jamais les ombres, mais il est difficile pour ce garçon de demeurer face au soleil parce que, dans son dessin, le nuage (son problème émotionnel) l’en empêche.

L’anatomie : le savoir intérieur des structures et des maladies

Figure 6

Après une appendicectomie, le ventre d’un jeune garçon était ballonné, ce qui signifiait que ses intestins étaient emplis de gaz parce qu’ils n’avaient pas recommencé à fonctionner. J’ai aussitôt craint qu’il y ait une obstruction, ce qui nécessiterait une autre opération pour l’éliminer. Je lui ai demandé de faire un dessin de lui-même. Il a dessiné une radiographie sur le mur, même s’il n’y avait pas d’écran radiologique dans sa chambre, alors j’ai examiné avec soin la radiographie. Sur celle-ci, la grande région blanche est son estomac et les tubes enroulés en dessous représentent ses intestins. Quand vous avez une obstruction intestinale, l’intestin grêle s’emplit de gaz et de liquide parce qu’il est incapable de se vider, mais dans ce cas-ci, il est bien replié et il n’est pas ballonné. De plus, le garçon a choisi le brun et le bleu, des couleurs saines, plutôt que le rouge et le noir, ce qui aurait laissé croire qu’il y avait un problème.

Ces détails m’ont mené à croire que ses intestins se remettaient simplement de l’infection originelle et de l’anesthésie, et qu’il n’y avait pas d’obstruction intestinale. Ayant appris avec l’expérience à me fier aux dessins de mes patients, j’ai continué de l’observer et de le traiter symptomatiquement. Au bout de quelques jours, ses intestins fonctionnaient de nouveau et il a commencé à dégager des gaz. Son corps avait simplement eu besoin de davantage de temps que d’habitude pour se rétablir et aucune autre opération n’a été nécessaire.

Figure 7

Un patient masculin qui présentait les symptômes d’une appendicite a fait ce dessin, puis il l’a jeté à la poubelle. Je l’ai pris et je l’ai examiné. Un appendice ressemble au doigt d’un gant attaché à l’intestin, tout comme les bras et les jambes dans ce dessin. Quand il devient obstrué par des matières fécales ou autre chose, il s’engorge et devient enflammé. Observez la petite balle à l’extrémité du bras de cette personne. On dirait un blocage. Notez également les extrémités gonflées, sans mains ni pieds, et les espaces vides. La couleur est orange, ce qui fait référence à un changement ; après une opération, le patient serait différent. Ce dessin, combiné à ses symptômes, m’a mené à croire qu’il souffrait effectivement d’une appendicite et qu’une opération était nécessaire. Nous l’avons opéré et le diagnostic a été confirmé.

Le futur, la mort et l’intuition :le savoir conscient et inconscient

Figures 13, 14 et 15

 Dans le chapitre précédent, j’ai fait référence à un étudiant en médecine qui était venu me demander conseil à propos de son choix de carrière après que son père, un médecin, soit mort d’un cancer. Il craignait que les exigences sur le plan physique et émotionnel auxquelles un médecin est soumis aient contribué à la maladie de son père. Je lui ai demandé de se dessiner dans les professions qu’il envisageait. Dans la figure 13, il est politicien. Dans la figure 14, il est enseignant. Aucun de ces dessins ne m’a paru concluant. Son dessin de médecin (fig. 15) était la scène la plus agréable, avec ses couleurs saines, ses images et ses actions. Je lui ai recommandé de poursuivre ses études en médecine et c’est ce qu’il a fait. Il est devenu psychiatre, ce qui s’est avéré la bonne profession pour lui.

La nature : un miroir de notre environnement intérieur

Figure 28

Nous percevons les arbres comme des symboles qui représentent les êtres humains : nos familles, nos vies et nos corps. Quand vous dessinez un arbre, la partie qui se trouve dans le sol — les racines — symbolise habituellement votre inconscient. Elle peut également faire référence aux racines de votre famille. Le tronc représente votre corps et ce qui se passe dans votre vie. Les branches supérieures de l’arbre peuvent représenter le futur ainsi que votre croissance et votre conscience.

Dans la figure 28, les racines de l’arbre ne constituent pas la partie la plus importante ; l’artiste a peut-être coupé ses liens avec sa famille. Le trou dans le tronc laisse croire que quelque chose gruge un trou en elle ou dans sa vie. Je ne crois pas que la créature dessinée dans le trou représente une maladie, mais plutôt une personne qui la dévore. Regardez la confusion qu’il y a dans les branches. Il y a de la vie, mais dans quelle direction va-t-elle ? C’est la pagaille. Cette artiste a besoin de régler un problème relationnel avec sa famille. Je lui demanderais donc :

— Qui est-ce qui vous gruge ?

Il est possible que la chose dans le tronc soit la patiente elle-même — elle est représentée par un enfant dans l’utérus de l’arbre. Elle a besoin de créer sa propre vie authentique ; elle ne doit pas vivre la vie que les autres lui imposent. Elle a besoin de renaître pour être son vrai moi.

Figure 29

Ce dessin illustre ce que nous sommes tous venus faire sur la Terre. La vie est une occasion de grandir et de nous épanouir de manière saine. C’est tellement un beau dessin, avec son énergie jaune en arrière-plan, la fleur qui baigne dans les rayons du soleil et sa tige et ses feuilles vertes, un signe de vie. Quand des enfants ont le cancer et qu’ils ne vont pas bien, les couleurs deviennent plus pâles. Mais ce dessin révèle une personne qui s’épanouit et qui tend les bras vers tout ce qui est bon dans la vie.

Figure 30

Quand les bras des gens sont levés dans les airs, cela peut représenter différentes émotions. Mais regardez cet arbre : il a des branches minces et entremêlées, aux couleurs émotionnelles. Les deux personnages sont debout, ce qui signifie que leurs pieds reposent sur quelque chose de solide. Les gens se dessinent souvent en train de flotter dans les airs, sans aucun support. Les pieds de ces deux personnages pointent dans des directions opposées, ce qui indique qu’ils doivent vraiment se faire une idée, décider dans quelle direction aller. Il est difficile de trouver quelque chose qui ressemble à un tronc sur cet arbre ; il n’y a qu’un trait mince. Leur vie ensemble doit être solidifiée ; ils doivent remettre de l’ordre dans leur vie. Aucun des personnages n’a de nez, ce qui indique que leur vie n’est pas inspirante. Ils ont besoin de se créer une vie plus dynamique et non pas de vivre sur une île.

L’image de soi : voir comment notre valeur personnelle influe sur notre corps

Figure 35

Cette jeune femme avait été admise à l’hôpital parce qu’elle se laissait mourir de faim. Tout le personnel de l’hôpital était fâché contre elle et exigeait de savoir pourquoi elle agissait ainsi. Et ils étaient impolis avec elle. Je suis donc allé la voir et je lui ai demandé :

— Ma chère, fais-moi un dessin.

Et voici ce qu’elle a dessiné. Je suis allé montrer le dessin au personnel de l’hôpital et je leur ai dit :

— Regardez. C’est un dessin d’elle-même. Comprenez-vous maintenant quel est son problème ? Son image d’elle-même est celle d’une femme obèse qui a l’air enceinte.

Quand ils ont pris conscience de la façon dont elle se voyait, ils se sont calmés et ils ont commencé à la traiter différemment.

Ce que j’aime de ce dessin est que les deux pieds pointent vers l’est. Je savais qu’avec la thérapie, elle allait dans la bonne direction et que comme ses pieds ne pointaient pas dans des sens opposés, elle n’était pas confuse ou déchirée intérieurement. Elle avait besoin de plus gros doigts pour pouvoir prendre les choses en main. Les quatre boutons signifiaient peut-être quelque chose pour elle. Elle commençait à se trouver, ce qui était symbolisé par sa façon d’étirer un peu le cou. N’ayant illustré son nez que par deux points, cela me laissait croire qu’elle devait trouver quelque chose qui l’inspirerait et que si elle le trouvait, elle deviendrait une personne entière. Cela serait démontré par l’utilisation de couleurs plutôt que de traits noirs. Sans amour de vous-même, vous ne pouvez pas voir votre vrai moi dans le miroir et vous accepter comme une personne qui mérite d’être aimée. Vous ne voyez que les défauts.

Figure 36

Ce qui est intéressant à propos du dessin de cette fille, ce sont ses bras : elle a des mains, mais elles sont retenues contre la robe par les deux traits qu’elle a tracés par-dessus ses bras. Elle a dessiné toutes les parties, y compris les yeux, le nez et la bouche et elle a couvert toute la feuille, ce qui indique quelque chose de positif à propos de son estime d’elle-même, comparé au petit autoportrait dessiné par la femme anorexique. Mais je voudrais lui demander :

— Qu’est-ce qui vous maintient les mains liées ? Qu’avez-vous besoin d’atteindre ?

Ses bras sont bruns et son visage est blanc ; le fait d’avoir colorié ses bras d’une couleur foncée révèle peut-être sa difficulté à faire appel aux autres et à accomplir ce qu’elle doit accomplir. C’est une personne blanche avec des bras bruns. C’est comme si elle avait peur d’être jugée. Ses pieds ne pointent pas dans la même direction, ce qui indique un peu d’indécision. Elle a peut-être été critiquée par les autres, qui lui ont dit quoi ne pas faire.

Le traitement : notre perception des choses modifie notre expérience

Figure 47

Cette artiste a un sens de l’humour qui l’a aidée à sur-vivre. Ici, elle s’est dessinée en train de recevoir une chimiothérapie avec le produit qui circule dans toutes les parties de son corps ; elle se préparait donc inconsciemment à avoir beaucoup d’effets indésirables. Elle est reliée à l’appareil qui injecte la thérapie intraveineuse durant toute une journée et une soirée ; c’est une des différentes séances auxquelles elle devra se soumettre durant plusieurs mois. Elle m’a dit :

— J’en ai assez de traîner cette chose avec moi.

Elle était vraiment prête à abandonner et à mourir. Je l’ai donc regardée dans les yeux et je lui ai dit :

— Vous savez, vous êtes Lady Dragon1.

Elle a éclaté de rire. Durant ses séances de visualisation, les dragons sont devenus les symboles qui représentaient ses globules blancs et elle s’est sentie mieux à partir de ce moment-là. Elle a bien supporté le traitement et tout le reste parce qu’elle était devenue Lady Dragon.

Les médecins auraient avantage à apprendre des techniques psychologiques pour soigner les gens, comme le jeu de mots que j’ai utilisé pour amuser et donner de l’énergie à « Lady Dragon ». J’utilise également une technique appelée le paradoxe, durant laquelle je fais le contraire de ce qu’un patient s’attend à ce que je fasse. Par exemple, quand quelqu’un vient me voir et me dit :

— Ils m’ont dit qu’il me restait une semaine à vivre.

Je lui réponds :

— J’ai plutôt l’impression qu’il ne vous reste que quelques jours.

Le patient me regarde habituellement, l’air secoué, puis il saisit ; ce n’est qu’une blague. Ce que j’ai dit est tellement horrible que le patient éclate de rire. Puis, nous commençons à parler et la tension disparaît. Le paradoxe aide le patient à voir les choses de manière plus positive, ce qui en retour a un effet sur la façon dont il vit le traitement. Cela a pour résultat une meilleure espérance de vie, alors je leurre souvent les gens pour qu’ils se concentrent sur leur santé.

Les dessins suivants montrent les réactions émotionnelles de deux patients envers leur traitement. Ils illustrent clairement pourquoi une attitude positive peut jouer un rôle important dans la guérison.

 
La famille : Le premier réseau de soutien

Figure 61

Un arbre symbolise la famille ou une personne. Le tronc représente le corps ; la partie supérieure d’un arbre signifie la conscience et les racines sont ce qui se trouve sous la surface : le passé et l’inconscient. Ici, nous ne voyons que la partie de l’arbre correspondant au corps et il y a un trou au milieu. Le dessin a été fait au crayon, sans aucune cou-leur ; les émotions et la vie n’y sont donc pas représentées. Quand les membres d’une famille ne communiquent pas, il n’y a pas de vie dans celle-ci. Le père a les mains dans les poches. La fille tend son bras vers sa mère, mais la mère ne fait pas de même et personne ne touche au garçon. Ils ont besoin de communiquer, de se soutenir et d’exprimer leurs sentiments.

Figure 62

Regardez le canapé. Même s’il y a une place vide, cette enfant est assise seule. Elle s’est dessinée en violet, alors je savais qu’elle me disait :

— Je vais mourir de ma maladie. Je vais devenir un esprit.

J’ai montré ce dessin à ses parents et il a eu un profond impact sur toute la famille. Environ un an après la mort de leur fille, ils m’ont appelé pour me dire :

— Merci de nous avoir aidés avec ce dessin. Cela nous a incités à consacrer davantage de temps à notre fille. Nous avons eu une magnifique relation avec elle et nous avons fait la paix avec nos vies avant sa mort.

Le processus de sa mort n’a donc pas seulement été associé à une perte ou à un échec ; il leur a plutôt procuré un sentiment d’accomplissement et il était très important pour eux que leur fille puisse mourir en se sentant profondément aimée.

Le passé, le présent et le futur peuvent être tous représentés dans le dessin d’une personne. D’une certaine façon, nous sommes conscients de notre futur parce que, comme Jung l’a dit, nous créons d’avance notre futur de manière inconsciente. Cette conscience s’étend aux changements et aux événements importants dans notre vie, ainsi qu’à notre mort prochaine, causée par un accident ou par une maladie. Susan Bach signale que le mouvement et la direction sont également importants dans les dessins. Les nombres jouent un rôle significatif et ils devraient être examinés avec soin parce qu’ils représentent une façon dont nous emmagasinons nos souvenirs. Les couleurs renferment des significations universelles. Le jaune représente l’énergie. Le vert représente la croissance et la force vitale. Le noir symbolise la tristesse ou le désespoir, etc. Cependant, la prudence est encore une fois de mise parce que les couleurs pourraient avoir des significations personnelles ou culturelles. Une couleur en soi ne devrait jamais être considérée comme étant bonne ou mauvaise. En général, le noir représente le chagrin et le désespoir. Le rouge représente les émotions fortes, allant de la douleur ou de la colère à l’amour et à la passion. L’orange symbolise un changement, qui peut être une bonne chose si c’est la couleur de votre traitement. Le jaune symbolise l’énergie et vous voulez voir cette couleur dans votre traitement et non dans votre maladie. Le vert, le bleu et le brun sont tous des couleurs naturelles et saines qui encouragent la vie, mais quand elles sont pâles, ou surtout quand elles pâlissent sur les différents dessins réalisés au fil du temps, elles peuvent signifier que la force vitale diminue. Le blanc signifie qu’une chose est recouverte étant donné que la feuille est déjà blanche, tout comme le rose ou le gris peuvent représenter le rouge ou le noir qui sont émotionnellement recouverts. Le violet symbolise une propriété qui guérit, une croissance spirituelle ou une transformation, comme celle d’une personne vivante qui devient un esprit.

L’ordonnance du médecin

Prenez une situation, un sujet, un problème ou une décision que vous envisagez. Dessinez vos choix et observez les détails le lendemain, quand vous pouvez les voir de manière rationnelle — comme si quelqu’un d’autre les avait faits — et que vous n’êtes plus aveuglé consciemment par le symbolisme illustré sur ceux-ci. Montrez vos dessins à quelqu’un en qui vous avez confiance. Demandez-lui de vous dire ce qu’il voit dans les dessins et ce qu’il ressent. Les commentaires de cette personne, combinés à votre propre interprétation, vont vous en révéler davantage sur votre problème et vous aider à effectuer un choix authentique qui est dans le meilleur de vos intérêts. Rappelez-vous ceci : vous êtes la seule personne qui connaît la vérité qui se cache derrière l’imagerie symbolique, alors ne laissez pas les autres vous imposer leur interprétation de votre sagesse intérieure et de la connaissance que vous avez de vous-même.

       

 .