Six personnalités ont changé la manière de voir le monde: 
« Moise a dit : "Tout est loi." 
Jésus a dit : "Tout est amour." 
Marx a dit : "Tout est lutte des classes." 
Rockefeller a dit : "Tout est à vendre." 
Freud a dit : "Tout est sexe" 
Einstein a dit : "Tout est relatif." »
Il faudrait compléter ce tableau en disant: " Tout est VIE (Fait de vibrations, d'échanges d'informations et d'énergie). 

D'où vient cette énergie? Quelles sont ses caractéristiques?

Tout vibre et tout vit à des fréquences diverses. On peut évidemment les subdiviser, entre celles qui vibrent lentement ou plus rapidement, mais tout est toujours interconnecté. On peut se les représenter dans le monde matériel (physique), dans le monde mental et spirituel qui vont se manifester par l'action, la parole et la pensée. C'est l'ADN de la personne, ce qui lui permet d'être reconnue entre tous, ce qui lui permet d'être unique. Le 4è monde transcende les 3 autres. Tout est fait toutefois du principe vibratoire fondateur.

Quand on sait utiliser le pouvoir de la vibration, on peut accomplir de vrais miracles que ce soit celui de guérir comme celui de (se) détruire.

Si l’on se branche sur la fréquence de l’amour à sa plus haute intensité, on peut changer l’état vibratoire principal de notre corps physique et le faire vibrer à la même fréquence que celle de l’Amour Divin. On peut aussi bien entendu vibrer à des fréquences plus basses: à celle de l'argent, de la colère, de l'envie, du détachement, etc.

Plus on se branche fréquemment à une même fréquence, plus elle influence nos corps vibratoires et nous fait vibrer à cette fréquence répétitive. Plus on se branche à une fréquence, plus nos corps - et notre entourage - seront influencés par cette fréquence. En se contrôlant, on peut par conséquent décider de se brancher à n'importe quelle vibration et changer notre état vibratoire, au lieu de le subir.

Pour nous métamorphiser, il nous suffirait de raviver les états vibratoires lumineux et harmonieux…

Quand notre corps physique meurt, on ne cesse pas de vibrer pour autant. Notre esprit, en quittant le corps physique, passe simplement d’un état vibratoire à un autre, d'une fréquence à une autre. Sans jamais cesser de vibrer car notre Esprit est éternel et ne peut pas mourir. L'inexistence, et donc la mort, n'existe pas car on ne peut pas ne pas être. Seuls différents plans d'existence coexistent.

Il est ainsi essentiel (bon, utile, agréable, nécessaire, indispensable) de bien observer nos états vibratoires induits par nos pensées, nos convictions intimes, nos ressentis, nos émotions, nos actes ou nos paroles car ils sont reliés à la mémoire de l'espace-temps tout comme le seront les autres humains, la nature,  la Terre, notre galaxie ou l'univers entier. 

Tout y est comme empilé - en un passé -présent-futur -et tout y est accessible ! Tout en découle et tout y retourne. Nous informons l'espace-temps (le vide, la Matrice, la Source, Dieu) et nous en retirons des informations, dans une vibration continue, comme une respiration, un expire et un inspire, une contraction et une dilatation. C'est un ajustement vibratoire incessant. Il se fait même si nous l'ignorons volontairement ou par méconnaissance. Il sera plus profitable si nous interagissons pleinement, lucidement et consciemment en acteurs, en observateurs attentifs ou encore en capteurs reconnaissants.

Selon Nassim Haramein, la structure de l'espace-temps lui-même est de nature tétraédrique et sphérique (toroïdale) quelle que soit l'échelle observée. Le Vector Equilibrium (ou cuboctaèdre) est l'élément géométrique parfait, en équilibre vectoriel parfait ; les forces d'expansion et de contraction sont en parfait équilibre ce qui les annihilent réciproquement et la rend invisible pourtant à la base de toute création.

L’Espace-temps se courbe vers la singularité dans une direction dans le premier tore et dans la direction opposée dans le second tore. Cette singularité se trouve entre les 2 tores : elle représente l’immobilité au centre de toute la dynamique. Le flux d’information au travers de l’horizon des événements est équivalent dans chaque direction : vers le centre (gravité) et à l’opposé du centre (champ électromagnétique). Le trou noir en son centre qui est la singularité a une densité infinie; l'espace-temps dans le noyau de l'atome va aussi vers l'infini; donc ce point d'information, d'énergie infinie est le point de connexion entre l'infiniment petit et l'infiniment grand; ce point au centre de toute chose, au centre de notre existence est le point qui connecte toute chose; les champs électromagnétiques font que rien ne se touche, ils interagissent dans l'espace qui est plein d'énergie; l'infini d'énergie est dans chaque point.

Le schéma de la fleur de vie permet de se rapprocher de ce qu'on appelle "loi d'attraction", de ce qui n'est pas vain justement : la petite bulle au milieu (= vous) attire (et crée et rejette) ce qu'il y a autour d'elle. Le cercle au milieu peut symboliser une personne, le "Christ" si vous voulez, entouré de ses 12 apôtres. Nassim Haramein enseigne que nous sommes tous au centre de notre propre univers et que l'univers est infini. "Nous", c'est-à-dire ce cercle au milieu, ou cette sphère si vous vous la représentez en 3D, ou cette sphère tournante si vous vous la représentez en 4D, etc.

Les sphères ou bulles sont des petits mondes (microcosmes) qui s'intègrent dans de plus grands mondes (macrocosmes). Elles servent à créer une "identité", à séparer et contenir une mémoire agglomérée commune. Sans ces bulles, personne n'existerait...

 La conscience s’exprime en toutes choses selon la même dynamique. Ainsi, l’Univers dans son ensemble – et chaque être humain en particulier – est plongé dans un processus de feedback de l’information par lequel il devient de plus en plus conscient. Le niveau fondamental de qui nous sommes rayonne et s’effondre perpétuellement sur lui-même, en une boucle infinie de rétroaction qui fait vaciller et changer le monde holographique autour de nous et, par conséquent, notre expérience de la conscience.

Lorsque la gravité entraîne l’information de la matière à la singularité du vide quantique , celle-ci est mise en commun avec l’information relative à l’expérience que toutes les autres consciences individuelles ont eu au niveau de la matière. Chaque conscience devient alors, par l’intermédiaire du vide, connectée à l’ensemble de l’information des autres consciences, c’est-à-dire à la conscience universelle. La force électromagnétique redéploie du vide vers chaque conscience individuelle cette information ainsi mise à jour.

L'univers est en somme comme un coeur qui bat...CF. les géométries sacrées animées, à partir de 15'29.


En conséquence nous dit Nassim " Vous pouvez aussi comprendre qu'en fonction de votre chemin, de vos pensées, de vos valeurs, de vos émotions, vous attirerez forcément autour de vous d'autres personnes qui sont sur le même chemin, qui ont des pensées, valeurs et émotions similaires... Ce n'est qu'en décidant de vous soigner que vous soignerez le monde autour de vous, d'abord votre monde immédiat, puis un monde plus large, et ainsi de suite. C'est une erreur de vouloir guérir le monde des fléaux qui l'habitent puisqu'en vous concentrant dessus, vous vous y attachez davantage... Si vous voulez vivre dans un monde libre, de paix, d'amour, de joie et de bonheur, alors faites-le déjà en vous, puis dans votre entourage immédiat, et ainsi de suite. La plus petite colère en vous participe aux traumatismes planétaires; la plus petite dose d'amour en vous participe à l'harmonie de la planète et de tous les êtres vivants qui y vivent."

Car nous sommes très certainement reliés à une conscience cosmique:

Notre sensation du monde pourrait bien être reliée à tout l'Univers si ce dernier est un hologramme! Nassim Haramein précise ce fait ainsi:

 "Il est vraiment important de se souvenir que l'information est comme ancrée dans la structure de l'espace-temps; toutes vos générations, toutes vos mémoires, absolument tout  s'y trouve comme dans un archiveur ou un disque dur; toutes ces informations sont ensuite échangées avec les structures biologiques au fur et à mesure que vous déposez de l'information sur la structure de l'espace-temps le long de de votre ligne de vie, et donc vos gènes ne sont qu'une expression de l'information qui se trouve aux coordonnées de l'espace-temps où elle réside. Votre mémoire ne se trouve pas dans votre cerveau; c'est vous qui accédez à ces coordonnées de l'espace-temps. Et donc c'est intéressant parce que vous pouvez commencer à penser à des choses comme déposer de l'information aux coordonnées de l'espace-temps en avance de là où vous vous trouvez, pour quelque chose que vous voulez réaliser dans votre vie ou que vous voulez dans votre vie, et donc c'est comme l'autoriser, et si vous faites cela, ça va avoir une répercussion en sens inverse dans la structure de l'espace-temps jusqu'à votre présent, et donc cela va commencer à faire de vous la personne que vous devez être afin que ces événements aient lieu. Et donc, si vous réussissez à suivre cette ligne d'information alors vous obtiendrez le résultat escompté. C'est comme projeter, vous savez, des bulles de réalité dans votre futur avec l'idée de les rattraper."

Nous sommes reliés à la mémoire de l'espace-temps par une conscience cosmique générée par les aller-retour (feedback) de l'information. C'est une nécessité compte tenu de la complexité de 'univers ou celle de notre corps:
Sans ces aller-retour permanents de l'information, notre corps ne pourrait pas fonctionner correctement ! Cette complexité omniprésente nous place d'ailleurs très souvent devant des paradoxes ou des choix difficiles. 

Pour les uns, l’univers serait une terrifiante machine à combiner les possibles en fonction de lois connues, encore à découvrir, de hasards et de coïncidences heureuses. Pour les autres, il serait bienveillant comme une mère.

Confronté à la vie et à la mort, au connu ou à l’inconnaissable, tout humain peut ressentir profondément tantôt de la fascination, tantôt de la crainte, de la joie ou de la tristesse, de la colère, de la révolte, voire de la haine. Nos lectures de ce qui nous dépasse seront influencées par les figures d’attachement vécues et expérimentées. Comme nous l’explique Boris Cyrulnik, les conditions du lien associent aussi bien la souffrance du manque avec le plaisir des retrouvailles, le bonheur et le malheur, la peur et la sécurité, l'attachement avec l'angoisse, l'apaisement avec l'alerte, à travers tous les couples opposés imaginables ! Le couplage de la peur et de l'euphorie favorise des comportements ambivalents destinés à favoriser des événements euphorisants dans une triste existence.

S'il y a contact sécurisant avec Dieu il sera symbolique par la présence d'objet, de lieux, de prières et de rites interactifs : il devient partenaire sécurisant dans un lien internalisé, ce qui ne veut pas dire retomber en enfance. Nous retrouvons la cohabitation des extrêmes à travers l'angoisse et l'extase. Les grands mystiques pourraient ainsi être de grands torturés de l'existence qui basculent dans des bouffées d'extases divines. Les bienfaits de la foi seront liés aussi à l'entourage religieux mais principalement fonction de nos représentations individuelles : il y a donc mille manières d'aimer Dieu. Les recherches neurologiques témoignent d'un apaisement des marqueurs biologiques du stress via des ondes alpha à 8 cycles-seconde permettant des sensations d'attention paisible ; Si l’amygdale rhinencéphalique diminue le fonctionnement du cortex pariétal, une déconnexion avec le monde extérieur devient possible qui apporte parfois des sentiments océaniques. En réalité, croire en Dieu est bien souvent une manière d'être attaché à ceux dont nous partageons la foi et de lutter contre l'angoisse de la mort, du néant, du chaos, etc. C'est une manière concrète de s’y opposer. 

Dieu contient ainsi l'ambivalence de l'inconnu effrayant et du connu sécurisant ; s'il est amour, il est lien maternel apaisant et joyeux qui justifierait qu'on prie en disant notre mère...Mais il peut être aussi le dieu morbide et punisseur qu’il faut évidemment dénoncer et déconstruire.

Si nous intégrons profondément en nous le modèle holographique généralisé, à savoir que tout est connecté et que nous nourrissons le système qui nous nourrit à son tour (boucle de rétroaction de l'information) alors nous ne pouvons raisonnablement pas faire du mal volontairement soi à son voisin, soit à soi-même. 

"Aujourd'hui, nous voyons inscrit dans le grand livre de la nature - que Galilée dit être écrit en langage mathématique - la même loi d'amour qui est inscrite dans les textes sacrés des principales religions. La loi de la vie ne tend pas vers la conformité et l'aplanissement des différences mais au contraire vers des formes plus développées de différenciation. (...) La loi de la vie n'est pas la loi de la haine, la loi de la force ou la loi des causes mécanistes ; celles-ci sont les lois de la non-vie, de la mort, de l'entropie. La loi qui domine la vie est la loi de la coopération tendant vers des buts toujours plus hauts, et c'est aussi vrai pour les formes de vie les plus primitives. Chez les humains, cette loi prend la forme de l'amour". Luigi Fantappiè.
Cette loi de la coopération tendant vers des buts toujours plus hauts est la Matrice de l'évolution, ou comme on pourrait le dire aussi, la volonté d'un Esprit intelligent et conscient à l'oeuvre dans l'Univers. 
 Il y a bien une Source, une Force, une Présence, une Energie… Dieu en somme,  qui assurément, n’est pas un individu, mais les traits retenus ici pour caractériser la personne correspondent justement à ceux que nous utilisons pour qualifier Dieu : Esprit, liberté, élan créateur, amour. Nous sommes partie de l'Univers qui fait l'expérience de lui-même dans son infinie diversité...Dotés nous aussi d'esprit, de liberté, d'élan créateur et d'amour.
Cette évolution qui tend vers des buts toujours plus haut se lit par exemple dans les aptitudes de notre cerveau moral par lequel nous avons le sens de la justice, du bien et du mal, de l'empathie, de la compassion, de la collaboration et de l'entraide, le sens de l'altruisme notamment. Quant à la différenciation, elle est inscrite au coeur même de notre héritage ADN et de nos vécus par lesquels nous sommes UNIQUES. 

Voir avec le coeur

L'Univers, à toutes les échelles, du plus petit niveau au plus grand, se contracte et se dilate, un peu comme une pulsation, ou une respiration orientée vers la singularité qui fait le lien avec la mémoire de l'espace-temps : tout en découle et tout y revient. Notre singularité est située dans notre cœur qui a une petite cavité, entre ses deux ventricules. C'est par là que la mémoire de l'espace-temps nous relaie à son tour des informations, nous fait cadeau aussi de ces précieuses intuitions, prémonitions, inspirations, heureux hasards, coïncidences étranges ou de ces merveilleuses synchronicités par lesquelles nous réalisons à quel point l'Univers nous veut du bien, nous est favorable, sans nous obliger à suivre une religion, des rituels prétendument sacrés de purification, à faire des pèlerinages, etc. Nous ne sommes pas là pour LUI plaire ! Le vénérer ou l'honorer tel un roi ou une star ! Tout cela est infantile et dépassé. Chacun-e est plutôt l'Univers faisant l'expérience de lui-même. Reste à définir ce dont nous voulons faire l'expérience, ce qui vaut la peine d'être explorer. Notre choix fondamental va définir le champ des possibles. Je peux me réclamer de ces générations désenchantées et désabusées qui veulent croire que l'humain est le jouet de son inconscient ou croire qu'il est une sorte de robot conditionné et sophistiqué. Cette expérience de vie sera comptée dans la mémoire de l'espace-temps comme tous les autres choix de vie. Je peux en rester à suivre mon ego - son besoin de batailles, de rivalités et de convoitises - mon mental toujours en quête de sécurités (confort, bien-être, pouvoir, gloire, jouissances) et faire en sorte d'avoir une bonne vie. Tout s'additionne cependant dans la Mémoire : le pire comme le meilleur ! Ce qui pourrait ralentir la dynamique du Cosmos qui tend à grandir et à évoluer.

Je peux aussi décider de m'y inscrire. Il me faudra alors apprendre, délicatement et sans violence, à ne pas suivre mon ego et mon mental. Je peux pour cela me concentrer sur mon centre neuro-cardio-vasculaire (sur le chakra du coeur). Il est le lieu où se combinent les différentes énergies venues du double vortex qui se contracte et se dilate en permanence. Il combine les énergies physiologiques basiques (la vitalité, l'instinct de survie, la sexualité, l'ego, le plaisir sensuel, les sentiments, les émotions, les intuitions) avec les énergies plus spirituelles (l'amour, l'empathie, la compassion, le pardon, la communication non-violente, la créativité, l'intelligence émotionnelle, la sagesse, les expériences unitaires notamment). Par ce double vortex, nous informons la Mémoire de l’espace-temps quand il se contracte et nous recevons de l'information quand il se dilate. C'est là je crois que tout se joue : là précisément que nous pouvons remercier, dire notre reconnaissance ou notre gratitude à l'Univers. Remercier et demander se feront sans motif caché avec franchise au nom de l'amour et pour le bien de toutes et tous. Mieux nous saurons visualiser ce bonheur à venir, mieux nous saurons aussi l'anticiper, nous y risquer dès à présent, le tenir pour un cadeau bienvenu sans pour autant en définir tous les aspects car alors il devient plus difficile à réaliser pour l’Univers. En sachant néanmoins que sa réalisation est l'affaire de la Conscience cosmique appelée à relayer notre demande à la Mémoire d'où surgira la matérialisation, le prolongement de ce que chacun-e crée, attire ou rejette, en connexion avec d'autres énergies semblables.

Un précision importante est apportée par Nassim Haramein :

 « Peut-être serait-il bon d’agir dans le sens de la dynamique fondamentale de l’Univers en créant dans notre cœur une structure toroïdale en deux temps quand elle se courbe vers l’immobilité, elle est la confiance par le souffle expiré, ensuite quand elle entre en expansion, elle est la gratitude par le souffle inspiré un peu comme dans l’œil d’un cyclone. Considérez que votre propre corps est fait principalement de l'espace. Fermez les yeux et vivez l'espace dont vous êtes fait et l'espace autour de vous vibrant comme un cristal. Alors imaginez que le taux de vibration de votre structure bio-cristalline dans la structure du vide est équivalent à l'information qui coule à l'intérieur et à l'extérieur de vous, de la même façon qu'un set de radio cristal à l'écoute d'une certaine fréquence vous permet d'entendre une radio spécifique. Gare ! Dans le corps, si le cerveau est les antennes de l'ensemble radio, le cadran de réglage est le cœur, qui définit la fréquence des informations reçues à travers le rythme de la dynamique fluide de votre corps, et qui peut être modifié par votre état émotionnel. » 

Notre état émotionnel joue un grand rôle : il est ce cadran de réglage directement relié aux informations...Mieux vaudrait apprendre alors à travailler nos états plaisants ou déplaisants en choisissant lesquels nous allons suivre délibérément, créer ou repousser fermement.

S'ils influent sur l'interaction avec la Mémoire, ou même avec notre corps, mieux vaut y être attentif ! Le savoir et apprendre à demander toute chose avec émerveillement, reconnaissance et humilité. Ce positionnement a sans doute permis à Jésus d’affirmer qu’à Dieu rien n'est impossible ! Ce qui lui a permis d'accomplir des prodiges.

Nos cerveaux constituent une structure en double tore parfaitement conçue qui résonne avec la structure du vide et ses propriétés énergétiques pour nous permettre à la fois de recevoir depuis des signaux et de transmettre des signaux vers la structure de l'espace-temps. Cela nous permet de puiser dans ce champ d’énergie universel infini qui existe partout dans l’espace, ce quelque chose que nous appelons conscience qui sera individuelle et collective.

Que faire concrètement pour grandir et prospérer avec l’Univers ? Demander sans motif caché

Jésus nous y encourageait. Ainsi disait-il en Matthieu 7:7-11 «Demandez et vous recevrez; cherchez et vous trouverez; frappez et l'on vous ouvrira la porte. Car quiconque demande reçoit, qui cherche trouve et l'on ouvre la porte à qui frappe. Y a-t-il quelqu'un parmi vous qui donne à son fils une pierre si celui-ci demande du pain ? ou qui lui donne un serpent s'il demande un poisson? Tout mauvais que vous êtes, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants. A combien plus forte raison, donc, votre Père qui est dans les cieux donnera-t-il de bonnes choses à ceux qui les lui demandent !

Et surtout en Matthieu 6,7 En priant, ne multipliez pas de vaines paroles, comme les païens, qui s'imaginent qu'à force de paroles ils seront exaucés. 8 Ne leur ressemblez pas; car votre Père sait de quoi vous avez besoin, avant que vous le lui demandiez.

Le Jésus des évangiles apocryphes déclare : « Toutes choses que vous demandez avec franchise et directement...en mon nom, vous seront accordées. Jusqu'ici vous ne l'avez pas fait. Demandez sans motif caché et soyez entouré par votre réponse. Soyez enveloppés par ce que vous désirez, pour que vous soyez remplis de joie. »

Demander directement avec franchise sans motif caché au nom du Christ, du Bien ou simplement de l'amour, en s'enveloppant dans ce que nous désirons, en faisant comme si nous l'avions déjà reçu, voilà une consigne très précise. Comment la comprendre ? Peut-on le faire sans référence au Christ ? Je crois que cette formulation nous encourage à demander quelque chose - avec des convictions religieuses ou non - qui puisse favoriser une croissance personnelle bénéfique pour notre entourage ou demander quelque chose pour le BIEN DE TOUTES ET TOUS, et donc pas pour notre unique avantage personnel. Ce qui exclut automatiquement bien entendu les demandes de vengeance, de punition visant à faire souffrir autrui. Les demandes de pouvoir, d'enrichissement personnel et de gloire ne risquent guère d'être exaucées. 

L'Univers semble être bienveillant et bienfaisant, aimant et aidant, avec toutefois une non prise en compte de ce qui n'est pas compatible avec le bien commun.
Tout semble agencé dans la mémoire de l'espace-temps mais tout n'est pas relayé, exaucé ou amplifié. Heureusement car si c'était le cas le chaos serait notre pain quotidien, notre réalité quotidienne sur Terre !

Peut-être serait bon, utile, nécessaire, juste ou agréable de demander en premier lieu, et sans motif caché, d'apprendre à voir avec le coeur.

Bon aussi de retrouver le plaisir de l'émerveillement !

L'émerveillement est requis même s'il est souvent mal vu ; l’émerveillé a mauvaise presse : on s’empresse de le réduire au ravi, au béat, au naïf, au mystique qui a ses vapeurs et autres niaiseries à la frontière du handicap intellectuel. Pourtant, l'émerveillement n'autorise-t-il pas justement l'élan d'émotions positives ? Le désir aussi de bienveillance, de bientraitance ou de respect mutuel ? En réalité, l'émerveillement est source de vitalité, de créativité, il fait chanter et danser les cellules de notre corps, épanouit notre inspiration, ouvre notre esprit et diffuse en nous l'optimisme et la positivité. N'est-ce pas merveilleux d'être reliés à la Mémoire de l'espace-temps qui nous relaie de multiples possibles en les concrétisant ?

 C'est ainsi qu'il entend très probablement grandir et prospérer, avec notre aide, notre participation et notre modeste contribution aussi bien entendu. L'Univers est une bénédiction : il nous offre l'opportunité de voir du beau et du bon ici et maintenant, présent ou à venir, en soi-même ou en l'autre, mon semblable connu ou inconnu. Le néant a perdu son pouvoir de destruction et de peur, tout comme le besoin de se révolter ou celui de rendre malheureux car si notre corps doit mourir, nous serons vivants dans la Mémoire de l'espace-temps. Nous connaîtrons alors tous les mystères de l'Univers en y participant cette fois-ci pleinement...


       

 .