Les petites NEWS pourraient bien nous aider à mieux comprendre la complexité de l'Univers connecté de Nassim. Elles émanent de nouvelles postées sur Facebook.

"En 2011, le directeur scientifique de la Resonance Science Foundation, Nassim Haramein démontre que si l'énergie du vide (ou champ de Planck) présente dans le volume d'un proton est enflée au volume de l'univers, la densité de cette énergie du vide à l'échelle de l'univers serait exactement égale aux valeurs de la constante cosmologique et de l'énergie noire (10^-29g/cm3) résolvant ainsi l'apparente contradiction entre la théorie quantique et les observations cosmologiques, démontrant que les deux sont correctes à des échelles différentes". La Resonance Academy.

"Avec très peu de calculs, nous avons éliminé presque tout besoin de théorie quantique. Nous avons résolu la structure atomique en décrivant l'atome comme un mini trou-noir ; une très petite singularité hautement énergétique (rotation-spin à haute fréquence) de l'espace qui compose notre monde où que l'on regarde, tout ce que vous voyez, tous les atomes de votre corps, les milliards d'atomes qui composent votre corps... des mini trous-noirs irradiant et absorbant des photons, échangeant des informations avec le vide quantique dans une boucle entre l'intérieur et l'extérieur de la structure atomique." Nassim Haramein




Le modèle unifié considère l’interconnexion de toutes les choses, ce qui peut être expliqué via la structure granulaire de l’espace-temps à l’échelle de Planck. Ces structures se mouvant avec cohérence forment des structures de plus en plus grandes… des structures dans des structures jusqu’à l’univers et au-delà.

 L'univers est fondamentalement infini. Une façon de l'illustrer est avec les chiffres. Entre 0 et 1, il y a une infinité de nombre : 0.1,0.2,0.3... 0.11,0.12, etc jusqu'à l'infini... littéralement. Entre 0.1 et 0.2, il y a une infinité de nombres : 0.11, 0.12, 0.13... 0.112, 0.122, etc jusqu'à l'infini... littéralement.

Entre chaque unité discrète, il existe un nombre infini d'unités. L'inifni ne veut pas dire qu'il n'existe pas d'unités discrètes de "paquets d'informations". Les propriétés de ces unités discrètes n'ont de sens qu'en rapport les unes avec les autres.

Selon la théorie de Nassim Haramein, ces unités discrètes forment un réseau cohérent, et non chaotique comme le pense la conception traditionnelle de la physique moderne.

Ce réseau porte le nom de "Modèle Holographique Généralisé", car comme cela vient d'être illustré par les nombres, en chaque unité se trouve l'infini.

"Tout l'univers est contenu dans un seul être humain : toi". Elif Shafak

Les étoiles: 

Selon Nassim Haramein les étoiles ont un cycle de vie et elles possèdent en leur coeur, une singularité gravitationnelle (un trou noir) qui de part sa dynamique (à haute vélocité) produit des forces centrifuges qui maintiennent à une distance relative à leurs intensités, la barrière de matière (plasma) qui s'agglomère et orbite autour de la singularité. Autrement dit, les étoiles ne seraient pas pleine mais remplies de vide sous l'ergosphère de l'étoile.

Dans la physique unifiée de Nassim Haramein, les trous noirs arrivent en premier. Ils sont à la base de l'univers (bien que leur définition doive être revue). Une conséquence direct de cette théorie est que Nassim Haramein prédit que les supernova ne sont pas la mort d'une étoile comme le prévoit la physique classique mais un événement dans le cycle de vie du trou noir central (la singularité) au coeur de l'étoile qui après avoir accumulé trop de matière autour de lui devient instable et sous la pression des forces gravitationnelle explose pour pouvoir relâcher cet excès de matière (qui va fertiliser l'univers) et retrouver son état stable de trou noir.

Pour résumer, le trou noir était là avant l'accrétion de matière autour de lui et est toujours là après la distribution de matière (explosion - supernova) dans l'univers.

Image : composition d'une étoile selon la théorie de Nassim Haramein


Trous noirs et big bang

Les galaxies semblent communiquer entre elles à travers de vastes distances jamais imaginées auparavant, remettant de nouveau en question le modèle cosmologique.

Le modèle unifié considère l’interconnexion de toutes les choses, ce qui peut être expliqué via la structure granulaire de l’espace-temps à l’échelle de Planck. Ces structures se mouvant avec cohérence forment des structures de plus en plus grandes… des structures dans des structures jusqu’à l’univers et au-delà.

Le Big Bang et les trous noirs sont les deux phénomènes qui peuvent relier la théorie de la relativité et la mécanique quantique car ils représentent tous les deux une singularité (point de l'espace-temps avec une extrême densité) qui tend vers l'infiniment petit. Ils sont donc un pont entre l'infiniment petit (la singularité) et l'infiniment grand (l'univers qui est né de la singularité du Big Bang et les trous noirs qui peuvent avoir la taille de plusieurs fois la taille du Soleil et même de l'univers...)

Il n'est donc pas étonnant de retrouver ces singularités au coeur des théories qui tentent d'unifier la physique depuis 100 ans, dont celle de Nassim Haramein qui s'appuie sur le champ du vide de Planck dont la dynamique produit des singularités à toutes les échelles (Planck, atomes, planètes, étoiles, galaxies, univers).

photo : trou noir Sagitarius A au centre de notre galaxie 

La physique moderne s'est débarrassée des infinis que ses équations (de la relativité générale d'Einstein ou de la densité du vide quantique) généraient par un processus de renormalisation. Mais la densité infinie au coeur d'une singularité est bien réelle. 

"Les changements chimiques observés dans le cerveau d'un individu déprimé ne sont pas la source du problème, mais le résultat d'un sentiment de séparation et d'isolement dû à des traumatismes et à des croyances qui ont limité la capacité de cet individu à faire l'expérience de l'unité" Nassim Haramein

"(...) le principe d'incertitude signifie que, même "vide", l'espace est rempli de paires de particules virtuelles et d'anti-particules. Ces paires devraient avoir une quantité infinie d'énergie et donc, par la célèbre équation d'Einstein E = mc2, elles devraient avoir une masse infinie. Leur attraction gravitationnelle devrait alors courber l'univers jusqu'à une dimension infiniment petite.

Dans le même genre, des infinis absurdes à première vue interviennent dans les autres théories partielles, mais dans tous les cas ces infinis peuvent être annulés par un procédé appelé "renormalisation". Bien que cette technique soit relativement DOUTEUSE SUR LE PLAN MATHEMATIQUE, elle semble marcher en pratique et elle a été appliquée à ces théories POUR FAIRE DES PREDICTIONS QUI COLLENT AUX OBSERVATIONS avec un extraordinaire degré de précision.

La renormalisation, cependant, a un sérieux inconvénient du point de vue de la recherche d'une théorie complète, parce que cela signifie que les valeurs réelles des masses et les intensités des forces ne peuvent être prédites par la théorie MAIS DOIVENT ETRE CHOISIES DE MANIERE A COLLER AUX OBSERVATIONS".

Stephen Hawking "Une brève histoire du temps" p191.

Non, vous ne rêvez pas, cela veut dire (et Stephen Hawking l'admet avec beaucoup d'honnêteté) que les procédés de renormalisation mathématiques des équations de physique intègrent des valeurs ARBITRAIRES (ne correspondant à rien dans la nature) pour que les résultats de ces équations collent aux observations !

Le Modèle Holographique Généralisé de Nassim Haramein ne contient aucune de ces variables aléatoires et arbitraires et ses résultats correspondent très exactement à ce que l'on observe.

« Si l'on considère le nombres d'oscillations de Planck dans le volume et à la surface d'un proton et qu'on l'étend à l'univers, on obtient la valeur correcte pour la densité du vide à l'échelle universelle (constante cosmologique) et la masse critique de l'univers sans avoir besoin de matière noire ou d'énergie sombre. Ce qui est vraiment remarquable, c'est quand on considère ce qui est fait. En effet, vous analysez une minuscule particule dans le noyau d'un atome appelé proton, qui est composé de particules des billions de fois plus petites à l'échelle de Planck (PSU) et suite à cette analyse, vous apprenez la taille, la masse et l'énergie de notre univers. C'est vraiment remarquable et clairement holographique ». Nassim Haramein

« Le principe fondamental de l'univers holofractal est que l'espace au niveau quantique n'est pas vide, et qu'il est granuleux. Les "grains" (ou Unités Sphériques de Planck, ou PSU en anglais) s'assemblent pour produire une échelle fractale allant de la taille de l'univers à la taille sub-planckienne (plus petite qu'un "grain" de Planck). En raison de la division infinie de chaque structure d'échelle, le système n'est pas seulement fractal, mais aussi holographique. Et nous sommes, comme tout le reste, faits de ces fluctuations de l'espace à toutes les échelles (PSU). Ces fluctuations agissent comme un fluide à différentes densités à différentes échelles, et lorsqu'elles se mettent à bouger en cohérence, elles produisent l'énergie que nous appelons masse, charge, forces électromagnétiques et gravitationnelles. ». Nassim Haramein

"Avec très peu de calculs, nous avons éliminé presque tout besoin de théorie quantique. Nous avons résolu la structure atomique en décrivant l'atome comme un mini trou-noir ; une très petite singularité hautement énergétique (rotation-spin à haute fréquence) de l'espace qui compose notre monde où que l'on regarde, tout ce que vous voyez, tous les atomes de votre corps, les milliards d'atomes qui composent votre corps... des mini trous-noirs irradiant et absorbant des photons, échangeant des in-formations avec le vide quantique dans une boucle entre l'intérieur et l'extérieur de la structure atomique." Nassim Haramein

"Comment cette quantité infinie d'énergie (avant d'être renormalisée, la quantité d'énergie du vide quantique dans les équations de physique était infinie) divise-t-elle et crée-t-elle des particules subatomiques et des atomes ? C'était LA question. Il me semblait que l'énergie du vide possédait une certaine structure. L'énergie du vide n'était peut-être pas juste une fluctuation aléatoire, mais elle possédait une structure fractale finie, une certaine structure géométrique. [...] Je commençais à percevoir que peut-être (...) tout ce que l'on observe dans l'Univers résulte simplement de la division de cette énergie du vide à différentes échelles." Nassim Haramein 

Santé:

 la rotation du spin est à l'origine du tout et c'est le radiant de densité de l'espace-temps qui en est la cause. Une oscillation peut se voir comme une spirale coupée en 2D; le mouvement est une  spirale; une intention peut-elle en être une origine? Notre cerveau est capable d'inscrire une information dans l'espace-temps; il a la capacité d'inscrire et de trouver l'information.

La maladie, notamment le cancer, montre une perte d'harmonie avec l'ensemble de l'information; ce sont des cellules qui fonctionnent de manière autonome; il y a une communication sans fil entre les cellules avec des fréquences fractales multiples en fonction des cellules ou des organes. Il y a à chaque niveau des géométries précises…qui serait dans le corps liées à l'eau. Mais le corps doit maintenir un bon PH du sang dont dépend notre santé: il doit être basique et non acide! Du coup le sel y contribue s'il est naturel, marin et non raffiné.

Plus précisément - selon Johanna Deinert (Dr en médecine) - l’Approche Holographique Généralisée d’Haramein prédit avec succès bien d’autres paramètres physiques observés, du microcosme au macrocosme, et permet aux processus biologiques d’être intégrés. La vie ne doit plus résider dans des domaines scientifiques non-définis.

La science nous enseigne que les protons, aux côtés des électrons et des neutrons, sont les briques fondamentales du monde matériel. Les protons ne constituent pas seulement la matière de nos corps, mais jouent aussi un rôle important en nous maintenant en vie et en bonne santé ! Nous pensons que comprendre les principes fondamentaux de la physique de la vie peut nous aider à faire des choix sains dans notre vie et pour notre société dans son ensemble.

Fondamentalement, notre corps s’alimente en énergie en ingérant des protons (à différentes échelles). Essentiellement, de l’énergie sous forme de sucres, d’acides gras ou de protéines présente dans notre nourriture et transformée par le métabolisme afin de subvenir aux besoins en protons de nos cellules, plus précisément au sein de leur centrale énergétique ; les mitochondries. Le transport des protons de l’intérieur de la mitochondrie jusqu’à la membrane interne de la cellule génère un potentiel électrochimique de 180 mV (10^-3 Volt).

A l’échelle macroscopique, cela représente une densité de champ de 7,2 MVolts par mètre (10^6 Volt). Lorsque vous comparez cela avec un éclair qui lui représente 3Mvolts par mètre, cette minuscule génératrice de courant de la taille d’une bactérie utilise littéralement de la physique à haute énergie !

Un proton agit comme un ion d’hydrogène (chargé positivement) dans l’organisme, et sa réactivité est représentée par le pH (équivalence logarithmique de sa concentration en protons libres). Nous avons tendance à penser que la raison pour laquelle nous respirons est que nous devons ingérer de l’oxygène dans nos cellules pour alimenter la réaction en chaîne d’oxydo-réduction qui a lieu dans les mitochondries, générant ainsi la production des ATP (grossièrement appelées « Molécules énergétiques »). Mais saviez-vous que les protons associés aux molécules de bicarbonates (selon l’équivalence des « solutions tampons »), sont alors transformés et rejetés par la mitochondrie en tant que dioxyde de carbone ? Bien respirer et surtout bien EXPIRER pourrait être plus important que nous ne l’avions imaginé.

Les poumons ne sont pas les seuls organes liés à l’homéostasie des protons. Le sang, à partir des intestins, transporte des nutriments accompagnés de chaînes latérales de protéines chargées jusqu’au foie. Et dans notre corps, les acides aminés les plus métabolisés sont ceux qui produisent plus de protons qu’ils n’en reçoivent, générant une production nette de 50 mmol par jour (selon votre alimentation). Et plus la concentration de protons est élevée, plus le pH est faible et acide. Se débarrasser de ces particules hautement réactives est la tâche principale des reins.

D’ailleurs, un grave déséquilibre du pH peut se révéler mortel. Grâce à l’efficacité des solutions tampons, le corps est naturellement capable de préserver un pH stable entre 7,32 et 7,42 bien que certaines régions du corps peuvent devenir plus acides que d’autres, à cause d’un excès de charge de travail. Une concentration en protons élevée mène à une augmentation de la perfusion tissulaire, par exemple dans le cerveau (alimentation des organes en nutriments par le sang).

Cela est également vrai pour les inflammations chroniques des tissus, où l’acidité des cellules joue un rôle majeur et bien  connu de signe avant-coureur du développement d’un cancer. (Lire l'article complet).

Nous savons que les arbres absorbent le carbone néfaste à notre santé que nous produisons nous-même avec une technologie dépassée et polluante, et qu'ils émettent de l'oxygène dans l'atmosphère essentiel à notre survie.

Prendre soin de la planète, c'est prendre soin de nous.

Prendre soin des arbres, c'est prendre soin de nos poumons. 

"Aujourd'hui, nous voyons inscrit dans le grand livre de la nature - que Galilée dit être écrit en langage mathématique - la même loi d'amour qui est inscrite dans les textes sacrés des principales religions. La loi de la vie ne tend pas vers la conformité et l'aplanissement des différences mais au contraire vers des formes plus développées de différenciation. (...) La loi de la vie n'est pas la loi de la haine, la loi de la force ou la loi des causes mécanistes ; celles-ci sont les lois de la non-vie, de la mort, de l'entropie. La loi qui domine la vie est la loi de la coopération tendant vers des buts toujours plus hauts, et c'est aussi vrai pour les formes de vie les plus primitives. Chez les humains, cette loi prend la forme de l'amour". Luigi Fantappiè.

 

Tous les jours dans les médias, nous devrions avoir une météo cosmique : un état des lieux des rayonnements cosmiques que la Terre et sa population reçoivent dans la journée, la semaine, le mois, l'année... car ces rayonnements électromagnétiques sont d'une importance capitale pour l'humanité. Ils influencent grandement les activités humaines comme l'a prouvé Alexander Tchijevsky, scientifique russe qui a comparé l'activité du soleil (cycles solaires de 11 ans en moyenne) entre les années 1749 et 1926 et les événements majeurs qui se sont produits dans 72 pays, sur la même période (guerres, révolutions, etc).

Comprendre et observer le rayonnement de l'étoile la plus proche de la Terre pourrait nous donner des forts indices de corrélations avec les activités humaines et les anticiper. Ces rayons énergétiques influencent directement la vie biologique. De même qu'avec les rayonnements cosmiques plus lointains et plus énergétiques, ou même les rayonnements du centre de notre galaxie, le trou noir Sagitarius A.

Cette nouvelle météo cosmique devrait voir le jour rapidement pour anticiper des changements majeurs et reprendre notre place dans le cosmos notre maison.

 

"La matière, dont les organismes vivants, possède un réseau de communication sous-jacent dans la structure même de l'espace-temps, au niveau subatomique". Resonance Academy.

Toute structure biologique est un ensemble de communications entre différents systèmes formant un réseau vivant. De même qu'avec l'internet, chaque point nodal correspond à un utilisateur tel que vous et cette toile peut changer de forme en fonction du comportement de chacun et de l'ensemble des points nodaux (individus). Nous sommes une entité biologique collective et son comportement dépend du notre. 

« La force de confinement que subissent les protons dans le noyau d’un atome (la prétendue « force forte » ou « interaction forte ») est équivalente à l’énergie de la force gravitationnelle que ressentiraient deux protons s’attirant l’un l’autre, s’ils étaient des minuscules trous noirs. » Nassim Haramein (extrait de son article Gravité quantique et masse holographique)

 

 Une petite vidéo simple expliquant comment l'eau est à la source de l'apparition de la vie en reproduisant la structure à 64 tétraèdres de la fleur de vie. Cela confirme la théorie de Nassim Haramein prédisant que la structure à 64 tétraèdres est le premier niveau fractal permettant l'apparition de la conscience, c'est à dire le premier niveau de feedback d'informations avec le vide au niveau moléculaire.



       

 .