La vie serait-elle le fruit du hasard ou a-t-elle une essence d'origine divine ? Aucune réponse définitive ne peut être donnée, mais nous pouvons mettre en évidence certains faits, certaines approches qui permettent de la concevoir autrement.
La vie nous renvoie à notre incomplétude:
« Le réel, jamais nous ne le connaîtrons – disait Albert Einstein ». Il demeure voilé et contiendra toujours une part d’inconnaissable. Qu’en est-il de la vie ? Est-elle tout aussi voilée ? L’être précède la pensée. Toute description de la vie sera fonction de l’interprétation que nous nous en faisons. La vie elle aussi demeure voilée. Nous sommes en réalité un miracle !

Le même degré de complexité se retrouve dans l'évolution: vers où et vers quoi se dirige-t-elle ?
Si l'évolution cherche son chemin vers plus de spiritualité, les humains devront apprendre à mieux gérer leurs peurs:
Cela nous mettra en recherche de plénitude:

Dans Le feu de l'esprit, l'ultime effort est de n'en faire aucun (Guy Trédaniel éditions, 2018), affirme Gregory Mutombo qui précise les enjeux d’un libre abandon dans une perspective mystique :

« Je pensais avoir tout lâché après avoir tout tenu, avoir tout perdu après avoir tout possédé, avoir oublié après avoir appris, quand un Souffle, sans s'annoncer, a frappé à ma "porte" et m'a proposé de sortir… Dès lors que j'ai accepté d'entendre cette proposition, j'ai senti dans le cœur du Cœur de chacune de mes cellules la combustion de mes derniers mécanismes de de défense. Il n'y a que lors de la capitulation absolue de l'égo que survient la libération. Cette capitulation est un processus qui n'a rien à voir avec la  mort physique parce que, au moment de cette capitulation, ce qui se révèle alors, au-delà de I 'illusion de la souffrance, au-delà de la référence absolue du "bien-être", au-delà de l'expérience vécue et au-delà du rôle qui est endossé, c'est l'état de paix suprême, que rien ne peut venir altérer.
Cet état de paix suprême ne peut être compris depuis l'une des parties, car il est à la fois l'ensemble des parties et leur complet dépassement. La combustion par le Feu de l'Esprit est donc, en somme, une identification totale à la Lumière et à ce qui sous-tend la Lumière. Cette réalisation exige, de fait, la reddition de l'ego. »

Son approche ressemble à celle de Sainte Hildegarde de Bingen (1098-1179) qui s’exclamait : "Je suis cette forme suprême et ardente qui rayonne de toutes les étincelles de la vie. La mort en moi n'a pas de place. Je suis cette substance divine qui s'illumine dans la beauté des champs, Je suis la brillance de l'eau, je brûle dans le soleil la lune et les étoiles. La force mystérieuse du vent, c'est la mienne. Je suis dans le souffle de tout ce qui vit. Je respire avec les prés verts et les fleurs. Quand les eaux coulent c'est Moi. Toutes ces choses vivent parce que je suis en elles comme leur vie. Lorsqu'éclata le tonnerre du verbe créateur, ce verbe était le mien. J'habite tous les êtres, Je suis la lumière, Je suis la Vie."

Dans nombre d’approches mystiques, il n’y a rien à faire, rien à être, nulle part où aller : il faut juste laisser Dieu nous habiter, lui faire en somme toute la place. Que reste-t-il alors de l’humain s’il est habité par le divin ? Quelle divinité respectueuse demanderait la capitulation totale de l’égo ?  

En 1982 je suis mort d’un cancer en phase terminale. Il était inopérable et toutes les chimiothérapies possibles m’auraient laissé comme un légume. On me donnait six à huit mois à vivre. J'ai fait une NDE et j'en suis revenu guéri...
Voici des énoncés inconnus en 1982 qui ont été confirmés ou sont repris par des scientifiques:

1. le vide, le point zéro, appelé aussi le champ  a été confirmé par une étude de l'armée américaine publiée en août 1986 dans la revue Nature (vol.322, p.590).

2. Son approche du vide, du néant, de l'espace, du divin est très proche de celle défendue par Nassim Haramein. 

3. Le Soi et le grand Soi est aussi l'approche défendue par Philippe Guillemant. Idem pour la lumière.

4. Notre univers serait issu d'un autre univers via un trou noir: c'est la théorie défendue récemment. La description rappelle le multivers à plusieurs dimensions et une création sans commencement ni fin.

5. Sortir de la peur et de la souffrance, de la misère et de l'ignorance, c'est cela sortir de l'enfer. Ce réseau où tous les Soi sont connectés, c'est le champ morphique.
 L’expérience de Thomas Benedict Mellen ne le présuppose pas. Il en appelle plutôt à une prise de conscience du Réel voilé qu’il veut nous faire connaître ainsi : « J’étais dans la pure conscience, dans l’absolu. Je pouvais voir et percevoir tous les Big Bangs ou les Yugas se créant et se recréant eux-mêmes. Instantanément et simultanément j’entrais en eux. Je voyais que chacune des plus petites parcelles de la création a le pouvoir de créer. C’est très difficile de tenter de l’expliquer. Je reste encore sans mots à ce sujet.

    Il m’a fallu des années pour assimiler cette expérience du Vide. Je peux vous le dire maintenant : le Vide est moins que le Rien, et cependant plus que le Tout. Le Vide est le Zéro Absolu ; c’est du chaos que toutes les possibilités surgissent. C’est la Conscience Absolue, qui est bien plus que l’Intelligence Illimitée.

    Le Vide est le néant entre toutes les manifestations physiques : l’ESPACE entre les atomes et leurs composants. La science moderne a commencé à étudier cet espace entre les particules. Ils l’appellent le Point Zéro. Leurs instruments de mesure sont dépassés. Ils n’ont aucun moyen de mesurer l’infini avec précision. Il y a davantage d’espace zéro dans votre propre corps et l’Univers que n’importe quoi d’autre !

    Ce que les mystiques appellent le Vide n’est pas un vide. Il est tout plein d’énergie, une sorte différente d’énergie qui a créé tout ce que nous sommes. Tout depuis le Big Bang est vibration, depuis le premier Mot qui est la première vibration. Le terme biblique (désignant Dieu) « Je suis » porte vraiment un point d’interrogation « Je suis – Qui suis-Je ? » Ainsi la création est Dieu Se découvrant Lui-même de toutes les façons imaginables, dans une exploration continue et infinie à travers chacun d’entre nous. Je commençais à comprendre, pendant ma NDE, que tout ce qui est, est littéralement le Soi, votre Soi, mon Soi. Tout est le Grand Soi. C’est pourquoi Dieu sait même quand une feuille tombe. C’est possible parce que, où que vous soyez, c’est le centre de l’Univers. Où que soit chaque atome, c’est le centre de l’Univers. Là est Dieu, et Dieu est dans ce Vide. » (CF.2)

Savez-vous ce qu’il y a de l’autre côté d’un Trou Noir ? Nous, notre galaxie, qui a été retraitée à partir d’un autre univers. Dans sa configuration d’énergie, elle ressemble à une fantastique ville de lumière. Toute énergie, de ce côté du Big Bang est lumière. Chaque sous-atome, atome, étoile, planète, même la conscience elle-même est faite de lumière et a une fréquence et/ou une particule. La Lumière est une substance vivante. Tout est fait de lumière, même les pierres. Donc tout est vivant. Tout est fait de la Lumière de Dieu. Tout est très intelligent.

Pendant ma NDE j’étais descendu dans ce qu’on appelle l’Enfer, et c’était très surprenant. Je n’ai vu ni Satan ni le diable. Ma descente aux enfers était une descente dans un monde de misère humaine, d’ignorance, une éternité misérable dans la nuit de l’inconnaissance.

 Mais chacune des millions d’âmes autour de moi avait une petite étoile de lumière toujours disponible. Mais personne ne semblait s’en apercevoir tant ils étaient consumés par leurs propres chagrins, leurs traumatismes et leurs misères. Mais après ce qui m’a semblé une éternité, je commençais à appeler vers cette Lumière comme un enfant appelle ses parents à l’aide.

Alors la Lumière s’ouvrit et forma un tunnel qui vint droit sur moi et m’entoura de toute cette peur et cette souffrance. C’est cela l’Enfer.

 Ainsi, ce que nous avons à faire est d’apprendre à se donner la main. Les portes de l’Enfer sont vraiment ouvertes maintenant. Nous allons nous relier, nous entraider et marcher ensemble hors de l’Enfer. »

 L’âme humaine, la matrice humaine que nous formons ensemble est absolument fantastique, élégante, exotique, une multitude de magnificences. Je ne peux même pas exprimer comment mon opinion a pu changer à cet instant à propos de l’humanité. Et je m’exclamai : « Oh, Dieu, je ne savais pas comme nous étions beaux ». A tous les niveaux, les plus hauts ou les plus bas, sous quelque forme que vous soyez, vous êtes la plus magnifique des créations de la Lumière, et encore, et encore et je Lui ai demandé : « Est-ce que cela veut dire que le genre Humain sera sauvé ? » Alors, dans une explosion de fanfare avec une douche d’étoiles tournoyantes la Grande Lumière me répondit :                 « Souviens-toi de cela et ne l’oublie jamais : vous vous sauvez, vous vous rachetez, vous vous guérissez vous-mêmes. Vous le pouvez toujours. Vous le pourrez toujours. Vous avez été créés avec le pouvoir de le faire depuis avant le commencement du monde ».
Thomas Benedict Mellen n'était pas croyant. Il nous dit: "J’avais eu accès à des informations terrifiantes dans les années 70 et j’avais commencé à devenir incroyablement sensible aux problèmes nucléaires, écologiques et autres. Or, comme je n’avais aucune base spirituelle, je commençai à croire que la nature avait fait une bêtise et que nous étions probablement un organisme cancéreux pour la planète. Je ne voyais aucune solution à tous ces problèmes que nous avions créés nous-mêmes. Je percevais tous les humains comme un cancer et c’est ce que j’ai récolté." Lors de sa rencontre avec la Lumière, il dit avoir reçu des réponses en fonction de qui il était...

(Extraits tirés de Voyage à travers la Lumière et Retour).
L'essence de la vie renvoie à un au-delà du réel auquel nous avons accès par nos cinq sens. L'évolution semble orientée vers la conscience de notre état de créature lumineuse dotée du pouvoir de rejoindre sa véritable nature. Une guérison est toutefois nécessaire. Il faut quitter la peur, la souffrance, la violence, la misère et l'ignorance. Nous réconcilier avec notre nature divine, nous relier les uns aux autres et nous entraider. Rejoindre surtout la certitude que tout est vivant. Tout est fait de la Lumière de Dieu. Tout est très intelligent.

Faut-il pour autant prôner un abandon total, une ouverture absolue et inconditionnelle à la Lumière divine ? Avons-nous seulement les moyens d’une telle politique ? Serait-elle sensée : comment un dieu pourrait-il, au motif de se connaître autrement que dans sa perfection naturelle, exiger que nous quittions notre humanité imparfaite et prétendre néanmoins nous respecter ? Même s’il nous bonifiait en nous rejoignant, cela resterait, dans le cadre limité de notre finitude et de notre corps biologique, une forme de contrainte peu respectueuse. Notre besoin de tout absolutiser nous égare: Parce que nous avons la pensée de l’éternité, nous avons aussi des rêves d’absolu, la folie des grandeurs et l’appétit plus gros que le ventre ! Ce qu’il faut quitter assurément, ce sont nos représentations limitées du réel.

Nous pourrons ainsi interagir avec l'essence de la vie...


       

 .