Rappelons tout d'abord la partie visible de l'iceberg:

L'approche matérialiste et déterministe est omniprésente et particulièrement dogmatique. Elle présente en réalité de nombreuses failles:
(le document complet est disponible ici)
Ces biais cognitifs disent en réalité
Nous sommes fondamentalement la suite de notre passé avec toutes les variables adaptatives imaginables, y compris les choix neufs ou nouvelles directions que nous prenons. Une grande partie d’entre eux émanent en effet de notre pilote automatique, de la partie « inconsciente » de notre psyché ; une autre surgit du bon usage de la raison ; mais ici, le terrain libertaire semble miné d’avance parce que notre conscience dépend entièrement, pour son orientation et ses choix mêmes les plus novateurs, de notre banque de données constituées par notre capacité à engranger de l’expérience, des souvenirs, des sensations et des faits. Coupée de cette banque de données, notre rationalité (esprit, intelligence, conscience biologique) patine totalement ; ce n’est pas un postulat mais bien le résultat des observations cliniques menées sur des traumatismes cérébraux. Là encore, un changement de paradigme est nécessaire : d’abord, s’il est vrai qu’il n’y a pas de conscience sans cerveau, en revanche, la conscience n’est pas réductible à un état neuronal ; ensuite si quelque chose peut nous rencontrer venant du futur, alors une conscience extérieure à notre univers à trois dimensions devient pensable : la Double Causalité le postule ; l’Âme-Esprit émerge d’une mécanique supra-dimensionnelle. À travers elle, nous pouvons échapper à notre espace-temps et dès lors, nous ne sommes plus sous l’unique influence de notre passé-présent. Quelque chose nous rencontre, mais quoi ? Serait-ce uniquement les forces intrinsèques de la matière ou alors une Puissance supérieure ? Se pourrait-il que le Big Bang soit en réalité une explosion d’amour ? L’univers ne serait plus alors vide et froid, cruel ou indifférent. Le postulat de l’indéterminisme nous autorise à l’affirmer sans pour autant que le désir ne soit le père de la pensée. Il confirme aussi une transcendance obligée : un au-delà à notre univers à 4 dimensions. Et bien entendu, l’indéterminé suppose une interaction avec l’univers.
Que faut-il faire alors: Changer le passé pour changer le futur, ou l'inverse ?

Voici ce que Philippe Guillemant en dit:  c'est une idée très bonne et mathématiquement cohérente mais qui est considérée comme très hypothétique simplement parce qu'elle contredit la "censure cosmique", en l'occurrence le déterminisme temporel dont je ne cesse de répéter qu'il est faux, y compris à l'échelle macroscopique (donc il me parait personnellement évident qu'on peut changer le passé
Mon point de vue spéculatif plus précis est que les trous noirs permettent effectivement de changer le passé mais toutefois de manière passive, comme une conséquence de changements dans le futur. Car ils servent plutôt à recycler le passé sur l'autre versant de l'univers où le meilleur de ce qui a été créé est sélectionné et remodelé pour faire à nouveau partie de notre futur, via les trous blancs... et c'est ainsi que l’œuf cosmique évolue.
Cela implique:
Mais aussi inévitablement:

Tout aussi nécessairement, la conscience ne peut être un simple produit de notre cerveau:

La pensée ne génère pas automatiquement des ondes scalaires, car l’état d’esprit ordinaire de l’humain ne lui permet pas de contrôler efficacement les ondes produites par son cerveau. De plus, la culture propre à notre réalité sociale ajoute des tabous qui limitent et même oblitèrent l’esprit de l’homme occidental.

Il faut s’entraîner : élever son taux vibratoire par différents moyens, tantrisme, méditation, sciences occultes, yoga…

Dans une séance de guérison (ou pour se guérir soi-même), il est important de se mettre dans un état d’amour au point zéro justement pour que cette énergie circule bien et dans un état de neutralité.

Il faut donc se mettre en état de vision périphérique et non pas en état de vision concentrée, sinon c’est le vouloir qui prend les commandes, en d’autres mots l’énergie du mental.
Ces ondes scalaires sont très certainement impliquées dans toute une série d'expériences attestées: Les sorties hors du corps (OBE), les décorporations font partie des états modifiés de conscience (EMC). La plupart de médecins et neurologues attribuent les sorties de corps à un état dissociatif, à des hallucinations produites par des stimuli détectables dont les causes peuvent être multiples. Elles sont associées toutefois à une perte de réalité, ce qui n'est pas le cas des OBE. Cet état n'a rien à voir avec la stimulation de la jonction temporo-pariétale effectuée pour les épileptiques…Le cas de Nicolas Fraisse tout récemment étudié le démontre clairement, ce qui  faisait dire aux auteurs de l'étude :Les personnes rencontrées semblaient plutôt posséder "la faculté de pouvoir changer de fréquence, volontairement ou involontairement, mais dans des proportions différentes, ce qui leur donnerait accès à des états de conscience plus ou moins modifiés, et donc à différents niveaux de réalité (p.219)."
Le pouvoir de la conscience et de l'intention y est central; il nous relie au vide (à la Source, la Matrice, Dieu) avec lequel nous sommes connectés. Dans ce domaine, les témoignages sont concordants et très nombreux.
Nous dirons ainsi en résumé:

1. Dans la métaphore de l'Univers connecté, nous réfutons le mensonge illusoire du déterminisme qui définit l'humain comme un robot biologique sophistiqué. En réalité, par notre Conscience cosmique (le Saint-Esprit) nous participons à la co-création de l'Univers. 

Nous réfutons aussi l'illusion mensongère d'une révolte obligée à l'encontre d'un univers froid et hostile à qui nous devrions tout arracher. En réalité, par notre Conscience cosmique, nous recevons l'Aide divine sous forme de prémonitions, d'intuition, d'inspiration, de heureux hasards et de synchronicité.  Mais nous pouvons tout aussi bien nous passer de cette Aide.

2. Nous sommes en permanence reliés par des trous de verre à l’énergie du vide, à travers l’espace, par la rotation rapide de formes géométriques spécifiques qui affectent simultanément le corps et l’esprit d’un individu. C’est un véhicule qui peut aider le corps, l’âme et l’esprit, à accéder et à expérimenter d’autres niveaux de réalité ou de potentiels de vie. Elle permet d’accéder à de nouveaux niveaux de conscience et qui aide les humains à atteindre leur plein potentiel. L'élévation du niveau de rotations modifient notre cerveau, les glandes pituitaires et pinéale notamment, notre ADN et bien sûr les structures géométriques des corps émotionnel, mental et spirituel. Mais nos représentations du monde et nos convictions intimes vont déterminer ce que chacun peut recevoir en retour en fonction de la quantité de résistance émise à l’entrée des informations dans notre vie.

3. Cela ne peut se faire que par le biais d’une Conscience cosmique non localisée au cerveau. En fait, nous nous synchronisons avec un au-delà au réel, le divin, via une Conscience plus vaste, notre Âme sans doute, mais en tous cas à travers une onde gamma spécifique, teintée de sérénité, de reconnaissance et d'émerveillement, produite par le réseau neuronal du cœur ; cela nécessite, pour qu'elle émerge pleinement, un abaissement des filtres d’encodage de la réalité ordinaire issus de notre mental conditionné. Alors seulement, nous pouvons nous ajuster à la Dimension Source qui prendra ensuite le relais via notre Âme-Esprit ; Elle seule est en lien avec tous les possibles de l'Univers. 

4. Cet ajustement se fait aussi par le centre neuro-cardio-vasculaire, par le chakra du cœur.

Le cœur génère un champ électromagnétique rythmique le plus puissant et le plus étendu de l'organisme. Par rapport au champ électromagnétique produit par le cerveau, la composante électrique du champ du cœur est d'environ 60 fois supérieure à l'amplitude qui imprègne chaque cellule dans le corps. L'élément magnétique est environ 5000 fois plus puissant que le champ magnétique du cerveau et peut être détecté à quelques mètres du corps avec des magnétomètres sensibles. Les nombreux oscillateurs biologiques de l'organisme vont se synchroniser sur cet oscillateur majeur qui va influencer par les ondes gamma toutes les molécules constitutives de l'organisme ainsi que les réactions chimiques dans lesquelles celles‐ci sont impliquées.

5. Nous recevons également par la Conscience cosmique quelque chose de l'ordre de la tendresse, en tous les cas le sentiment d'être à la maison, dans notre vraie dimension d'être connectée avec le Tout. Cet ajustement ne réclame aucune tension volontariste : juste un consentement, un libre abandon confiant qui puisse laisser venir l'Aide et la Présence divine.

6. Nous échangeons en permanence, à chaque moment, des informations avec le divin (la Singularité, le vide quantique, la divine matrice, etc.) : nous lui en donnons et nous en recevons en retour. L'échange d'information se fait donc en permanence vers l'intérieur et vers l'extérieur à la vitesse de la lumière. Ce champ magnétique définit aussi le fonctionnement de la conscience qui n'est évidemment pas localisée dans le cerveau ; c'est une antenne en connexion avec un champ, et cela se fait via le liquide céphalo-rachidien qui oscille à certaines fréquences.

7. Le divin fait l’expérience de lui-même sous des formes différentes : en tant que Tout, il se connaît dans les couples opposés :  perfection/imperfection ; absolu/relatif ; éternité/temporalité ; fini/infini ; l’absolu/relatif ; chaos/harmonie, chair/esprit, etc. Nous sommes l’Univers qui fait l’expérience de lui-même sous des formes changeantes et diverses. Nous lui disons Qui et Ce que nous voulons être, Ce que nous croyons pouvoir recevoir ou non, nos croyances et nos convictions profondes, notre état de santé ou de maladie, nos attentes et nos souhaits. Notre partenaire va devoir respecter ces informations, et nous donner en retour des informations si – et seulement si – ce n’est pas en violation avec les personnes ou l’environnement concernés.

8. Cette influence venue du Futur échappe aux lois connues de notre univers tout simplement parce nous sommes dans un multivers. Mais rien toutefois ne nous sera donné par imposition ni par ingérence du divin dans notre vie et dans notre environnement.

9. Le libre arbitre est la signature du divin, son autolimitation, sa marque de respect absolu. Il faut donc abandonner les représentations liées à une obéissance, à toute obligation, contrainte, menace de jugement, punition, privilèges ou mérites personnels.

10. Nous recevons de l’aide par rétro causalité, par réduction d’états, sans qu’elle soit de notre fait, sous formes d’intuitions, d’inspirations, de prémonitions, de coïncidences ou de synchronicités. « C'est la rétroaction du futur vers le présent qui transforme le hasard en libre arbitre, grâce à l'éveil de la conscience (P.Guillemant). »

11. En résumé, nous sommes tous UN, l’univers faisant l’expérience de lui-même.

  


       

 .