Max Planck y fit allusion en 1944, au cours d'une conférence qu'il prononça à Florence, en Italie. Il osa alors une affirmation qui ne fut sans doute pas très bien comprise par les scientifiques de l'époque. Ces paroles prophétiques sont aussi innovatrices en ce XXIe siècle qu'elles l'étaient quand il les prononça ces mots :"Ayant consacré toute ma vie à la science la plus rationnelle qui soit, l'étude de la matière, je peux vous dire au moins ceci à la suite de mes recherches sur l’atome : la matière comme telle n'existe pas ! Toute matière n'existe qu'en vertu d'une force qui fait vibrer les particules et maintient ce minuscule système solaire qu'est l'atome. Nous pouvons supposer sous cette force l'existence d'un Esprit intelligent et conscient. Cet Esprit est la matrice de toute matière."
Le champ qui interconnecte tout l’univers est bien réel, quel que soit le nom que nous lui donnons et quelles que soient les lois de la physique auxquelles il se conforme ou non. Il est ici en cet instant même ; il existe sous la forme de vous et de moi. Il est aussi notre univers intérieur et extérieur, le pont quantique entre tout ce qui est possible dans notre esprit et ce qui devient réel dans le monde.
L'existence du champ a été confirmée par une étude de l'armée américaine et publiée en août 1986 dans la revue Nature (vol.322, p.590). Il est appelé hologramme quantique, le champ, la divine matrice, qui apparaît comme des filaments.
Le satellite Chandra, capable de détecter des champs d’énergie invisibles, confirme en 1999 ce que s’imaginaient les scientifiques : Ce champ ressemble à la structure filamentaire du réseau neuronal. Encore une fois, nous retrouvons un modèle connu, encore une fois la nature  « fractale » de l’Univers s’impose.
Max Planck, le père de la physique quantique, a étonné le monde en disant que cette » matrice » était le lieu d’origine des étoiles, de l’ADN et tout ce qui existe. Des découvertes récentes fournissent la preuve indéniable que la matrice évoquée par Planck – la Divine Matrice – existe réellement. Serait-ce là le chaînon manquant à notre connaissance, celui qui forme le contenant de l’univers, le pont entre notre imagination et notre réalité, et le miroir, dans notre monde, de ce que nous créons par nos croyances ? Pour introduire dans notre vie le pouvoir de la matrice, nous devons comprendre comment elle fonctionne.

Pour Nassim Haramein, toute l'information est holographique. (CF.Une vidéo de 30' L’intelligence de l’univers).                                                                Mais aussi:

L'espace est plein d'une essence vivante avec laquelle nous sommes connectés. Tous les jours nous faisons des expériences qui affectent notre monde et notre corps. A travers le sentiment cohérent du coeur, nous affectons les atomes, car le champ électrique et magnétique de notre coeur est puissant. Mais pour ce faire, il convient de nourrir d'imaginer une nouvelle réalité dans la compassion, sans jugement, avec un mantra qui identifie par l'esprit ce que nous voulons voir advenir à travers le langage du coeur par le sentiment parfait. Il s'agit de faire comme si la réalité nouvelle était déjà là, déjà réalisée. La clarté et la spécificité du désir personnel est importante. Le champ est un miroir. Et si nous apprenions à ne choisir que ce qui nous serait important? La pensée, le sentiment et l'émotion:la pensée nous permet d'imaginer mais il lui faut l'émotion dont l'union va produire le sentiment. Nous ne pouvons que nous situer dans l'amour ou la peur. La compassion est ce qui maintient le tout, la substance de tout.Pour Nassim Haramein, la dynamique de la structuration de l'espace est une géométrie en rotations de figures. L'échange d'information se fait en permanence vers l'intérieur et vers l'extérieur à la vitesse de la lumière. Ce champ magnétique définit aussi le fonctionnement de la conscience qui n'est évidemment pas localisée dans le cerveau; c'est une antenne en connexion avec un champ, et cela se fait via le liquide céphalo-rachidien qui oscille à certaines fréquences. "Le liquide céphalo-rachidien est un liquide produit dans des cavités du cerveau appelées ventricules et coule autour du cerveau et de la moelle épinière. » Le champ énergétique de la conscience oscille et capte des informations différentes d'une personne à l'autre: l'antenne peut capter beaucoup d'informations ou, au contraire, beaucoup de bruit. L'ajustement, le rythme, va dépendre de notre état émotionnel qui a un effet sur la cohérence neuro-cardio-vasculaire; notre captation sera aussi affectée par notre mode de vie ou par notre environnement. Là aussi, l'échange d'information se fait en permanence. C'est une nécessité car nous sommes faits de quelque 100'000 milliards de cellules. Toute l'information est holographique; elle passe par les molécules d'eau qui structure ensuite l'ADN, et non l'inverse; si l'on retire les 10 couches d'eau présentent dans la structure de l'ADN, plus rien ne se passe! C'est aussi le cas pour la conscience ou le corps: les cellules s'organisent de façon très complexe à travers le champ d'informations par des feed-back avec l'eau. La même chose se produit avec le spin, le vortex: le tourbillonnement est là où se trouve notre singularité; au centre se trouve la quiétude et plus on l'atteint plus la dynamique tourbillonnaire du spin augmente autour de nous et avec elle l'inspiration ou l'influence autour de nous. Tout cela même à la conscience que nous sommes UN; c'est la plus haute connaissance, celle qui va nécessité de chacun-e des choix qui vont avoir un impact sur le champ morphogénique; cela se fera par feedbacks successifs: nous donnons au champ de nouvelles informations dont il va tenir compte et nous donnant de nouvelles informations, etc.
Une connaissance à approfondir par les différentes rubriques proposées...

L'univers connecté

 Nassim nous présente  la solution d’un modèle en rotation : la courbure n’est pas due à une surface plane statique courbée par une masse, mais bien, grâce à la dynamique des trous noirs, à un système constitué de sphères de Planck en rotation. L’analogie la plus simple serait celle d’une baignoire remplie d’eau. Les molécules d’eau seraient l’équivalent des sphères de Planck et le trou noir, la bonde (le bouchon) de la baignoire, càd le trou noir.
Aussitôt que le bouchon est enlevé et que l’eau s’écoule par le siphon, on assiste à un phénomène tout à fait naturel : un mouvement rotatif de l’eau formant un vortex (un tourbillon) et on obtient ainsi une courbure qui s’intensifie au fur et à mesure que l’on se rapproche du centre du vortex.
La structure fondamentale de l’Espace-temps est un réseau géométrique scalaire infini utilisant le motif connu sous le nom de Fleur de Vie (Flower of Life).
En d’autres mots, l’espace lui-même est constitué de paquets d’énergie discrets réellement minuscules : la plus petite vibration que le spectre électromagnétique puisse produire, la Longueur de Planck.
Ces minuscules paquets sont en quelques sorte les "pixels" qui composent notre Univers, et puisqu’ils ne sont pas carrés mais sphériques nous allons les appeler "voxels ", qui s’organisent en un réseau géométrique 3D de Fleurs de Vie où les sphères sont parfaitement imbriquées les unes dans les autres.
D’abord découverte par Max Planck, la plus petite distance mesurable de cette onde de forme universelle ou Longueur de Planck, a la valeur suivante: 0.0000000000000000000000000000000001616cm (10 exposant -33 cm)
Il est presque impossible de visualiser la petitesse de la longueur de Planck.
Pourtant, si nous nous représentons un point qui fait 0.1mm de diamètre (environ la plus petite taille que l’œil humain peut discerner) et que l’on gonfle ce point comme un ballon pour atteindre la taille de l’Univers, la longueur de Planck correspondrait à un point de 0.1mm de diamètre.
En d’autres mots, ce point originel de 0.1mm de diamètre dont nous nous sommes servis est environ à mi-chemin entre la taille de l’Univers et la longueur de Planck !
Le vivant est la condition limite entre l’infiniment grand et l’infiniment petit :).Nassim Haramein nomme ces paquets d’énergie discrets Unités Sphériques de Planck (PSUs – Planck Spherical Units) car ils sont de forme sphérique, comme la plupart des autres structures que l’Univers crée à toutes les échelles. Ces formes d’ondes sphériques se chevauchent et s’arrangent à la perfection pour former un réseau 3D de Fleur de Vie, qui est la structure même de l’espace-temps.
En utilisant ces voxels universels comme briques fondamentales, Nassim calcule combien d’entre eux tiennent dans le volume d’un proton comparé à combien sont présent sur la surface externe du proton (ou tout autre trou noir). Ce rapport, une simple relation géométrique, c’est le champ gravitationnel !
La gravité est essentiellement un ratio de la quantité d’information à l’intérieur comparée à la quantité d’information à la surface des trous noirs dans une variété d’espace-temps holofractographique.
Nassim a découvert une manière discrète, pixellisée (voxelisée) pour décrire la gravité, dans laquelle tout ce que nous avons à faire est de compter le nombre de ces petites PSUs sans nul besoin des équations tensorielles ultra-complexes jusqu’ici nécessaires pour résoudre les équations de champ d’Albert Einstein (une solution géométrique à ses équations était son rêve, à présent devenu réalité).Vous pouvez placer un carrelage de Fleur de Vie autour de la Terre et ce même rapport géométrique nous donnera la valeur de ce Champ gravitationnelsi familier qui fait en sorte que nous ayons tous…les pieds sur Terre.
 

Une solution géométrique pour la gravité.

L’ironie dans tout cela, c’est que cette solution nous nargue depuis l’antiquité, car bien des anciennes cultures nous ont laissé le symbole de la Fleur de Vie, gravé dans leurs monuments, et reproduit dans leurs écrits et leur art.. Une vraie théorie de grande unification, une théorie du tout, doit faire exactement ce que son nom indique: unifier TOUT.
La théorie de l’Univers Connecté de Nassim Haramein accomplit cet exploit, car elle permet de réaliser enfin ce pont tant attendu entre le monde quantique (infiniment petit) et la cosmologie (infiniment grand), en passant par l’apparition de la Conscience, la Chimie, la Biologie, les Anciennes Civilisations, la Philosophie antique, l’union des Religions, et même…pourquoi les anciens méditaient assis en lotus (cette posture forme un tétraèdre).

Nassim Haramein déclare ainsi: " Si vous voulez puiser dans le champ unifié infini de l’Univers peut-être serait-il bon d’aligner votre corps physique avec la géométrie fondamentale sous-jacente à la structure même de l’espace-temps (un Tétraèdre) puisque l’espace est la seule chose qui est partout, où que vous regardiez, et qui connecte toutes les choses entre elles.
D’où l’importance d’une posture méditative qui représente un tétraèdre. Il y a plus de 6000 ans, ils avaient compris cela !Peut-être serait-il bon d’agir dans le sens de la dynamique fondamentale de l’Univers à toutes les échelles en créant, dans votre propre champ énergétique, une structure toroïdale se courbant vers l’immobilité, vers la singularité de votre cœur, un peu comme dans l’œil d’un cyclone. 
 

Peut-être pouvez-vous-même intégrer l’Univers dans cette technique, en le visualisant qui se compacte suivant un mouvement spiralé vers l’immobilité dans votre cœur (expire), et qui entre en expansion à nouveau (inspire), et puis en répétant ce cycle encore et encore (= pranayama, technique de respiration)..

       

 .