Singularité et Structure du Vide (1)
En physique, une singularité gravitationnelle est un point spécial de l'espace-temps au voisinage duquel certaines quantités décrivant le champ gravitationnel deviennent infinies.
L’univers est fait de niveaux d’organisations successifs et imbriqués comme des poupées russes. Comme un gigantesque fractal où chaque zoom sur un détail révèle des nouvelles structures, des nouveaux mondes. Nous allons donc zoomer dans le monde de la matière, de l’infiniment grand à l’infiniment petit, jusqu’aux limites des connaissances scientifiques actuelles.
On nomme fractale ou fractal (nom masculin moins usité), une courbe ou surface de forme irrégulière ou morcelée qui se crée en suivant des règles précises. Le terme « fractale » est un néologisme créé par Benoît Mandelbrot en 1974 à partir de la racine latine fractus, qui signifie brisé, irrégulier. 
Pour Nassim Haramein, la structure fondamentale de l’Espace-temps est un réseau géométrique scalaire infini utilisant le motif connu sous le nom de Fleur de Vie (Flower of Life). 

En d’autres mots, l’espace lui-même est constitué de paquets d’énergie discrets réellement minuscules : la plus petite vibration que le spectre électromagnétique puisse produire, la Longueur de Planck.

Ces minuscules paquets sont en quelques sorte les "pixels" qui composent notre Univers, et puisqu’ils ne sont pas carrés mais sphériques nous allons les appeler "voxels ", qui s’organisent en un réseau géométrique 3D de Fleurs de Vie où les sphères sont parfaitement imbriquées les unes dans les autres.

Il parait évident que la partie en expansion soit la partie radiation électromagnétique de l’univers… La partie en contraction serait la courbe de l’espace-temps et l’énergie du vide avec sa singularité au centre du système ! Par conséquent, il apparu très clairement qu’à la base, s’il y a une partie en expansion et une partie en contraction, l’expansion est ce que l’on perçoit comme réelle, l’émission électromagnétique irradiante que nous voyons, comme une étoile, une planète, un atome, ça irradie de l’énergie et ça se voit, pas vrai ? Et la contraction, que nous ne voyons pas serait l’énergie du vide se courbant, l’espace-temps se courbant en lui-même, générant une singularité et générant le champ gravitationnel. La gravité va vers une singularité. L’espace-temps se courbe vers une singularité...

Par conséquent, on peut résoudre ces problèmes de dimensions au moyen de différentes résolutions d’une fractale. L’univers est selon toute probabilité, en expansion et en contraction en même temps, et que la part en contraction de l’univers devrait avoir une géométrie de l’effondrement très concrète, en relation avec le réseau de tétraèdres qui au final génère 64 tétraèdres. On a, dans ces conditions, une parfaite géométrie d’équilibre pour l’effondrement, et c’est une matrice de 64 tétraèdres, générés à partir de 8 "double-tétraèdres inverses" en expansion, s’unissant et formant un vecteur d’équilibre au centre. Et ensuite nous avons des sphères générées par les tétraèdres créant cette incroyable géométrie. C’est cette fameuse "Fleur ou Graine de la Vie", que nous voyons apparaitre à tous les niveaux, et à toutes les époques. A commencer par les cellules qui, en se développant dans la matrice féminine, participent de cette modélisation. On sort tous de là ! C’est une belle évidence : l’Univers est une fractale.

Les rotations existent partout dans le monde. Leur mouvement se dirige toujours vers le calme de "l'oeil du cyclone" (la singularité). De l'atome, aux ouragans, aux galaxies que nous observons, la même dynamique en spirale existe à toutes les échelles. Nassim Haramein a théorisé que l'espace-temps lui-même a ces mêmes dynamiques et a donc ajouté un tore et les forces de Coriolis (les forces qui se produisent quand quelque chose tourne) dans les équations de champ d'Albert Einstein.

L'Univers est une spirale qui tend vers l'immobilité en son centre (singularité) à toutes les échelles, des galaxies aux ouragans, des fleurs aux atomes, jusqu'à ... nous.

Le modèle le plus fondamental représentant le flux d'énergie dans l'Univers: le Tore.

Nassim Haramein explique que n'importe quelle particule, jusqu'à la plus petite échelle connue, fonctionne comme un petit champ toroïdal, c'est à dire une sorte de bouée.

Chaque champ toroïdal contient une petite singularité en son centre. C'est à dire du vide d'une densité extrème, qui est au centre du processus de création de la matière.

Grâce à cette explication, nous commençons à ouvrir notre compréhension à ce qu'est réellement une "singularité". Nous étendons notre conscience et nos capacités de réflexion et développons, de ce fait, les moyens de changer notre compréhension du cosmos. 

C'est là que le travail de Nassim Haramein est extrêmement utile, puisqu'il décrit la structure du vide elle-même, sous la forme d'un prisme de géométrie sacrée qui est une incroyable et parfaite représentation de la structure de la réalité. Tous les éléments, tous les atomes, et même les étoiles suivent un schéma principal qui est planifié à partir de cette forme :


L'idée principale de la théorie est que le vide lui-même se divise de façon très spécifique en définissant des relations géométriques basiques. C'est à dire qu'il se divise selon la forme de petits tétraèdres. En effet, la théorie utilise la forme la plus simple qui existe - le tétraèdre - pour montrer comment ses agencements permettent de définir les géométries les plus stables qui soient. Car le vide semble vide uniquement du fait de son extrême stabilité.

Ainsi, le cuboctaèdre et le tétraèdre étoilé - tous deux formés à partir de petits tétraèdres (voir figure ci dessus) - sont deux formes particulièrement stables. Ce sont les formes fondamentales à partir desquelles le vide se divise de manière fractale, c'est à dire de manière infinie dans le sens du microscopique et du macroscopique tout à la fois.  C'est ici que l'on voit se présenter une notion clé de la théorie de Nassim Haramein, celle d'énergie contractive (le cuboctaèdre - montrant l'effondrement du vide sur lui-même) et la notion d'énergie radiative (le tétraèdre étoilé - montrant le vide qui s'étend à l'infini du fait de la force de réaction).

En unifiant les deux figures géométriques (tétraèdre étoilé et cuboctaèdre), on aboutit finalement à une grille de 64 tétraèdres que Nassim Haramein décrit comme une matrice isotrope de vecteurs - isotropic vector matrix - qui n'est finalement qu'un cube de métatron tridimentionnel, la forme à partir de laquelle toute forme existante peut être trouvée.. depuis les atomes  jusqu'aux organes de notre corps (loi du nombre d'or). 

Cette structure bouleverse aussi notre conception du temps, car la "singularité", étant le vide universel, dispose d'une connexion à toutes les autres singularités (atomes, électrons, planètes, étoiles, galaxies...). Toutes ces structures sont connectées à travers leurs singularités. Et leurs informations passent par une sorte de réseau fractal infini qui les relie toutes.

Ceci signifie que l'information peut être transmise instantanément. Par exemple, des particules subatomiques peuvent être à deux endroits en même temps, ou briser les lois de la physique quand elles remontent le temps. Ainsi, à travers la singularité, le macrocosme et le microcosme sont connectés.

Donc, la géométrie finale est quelque chose qui ressemble à un double vortex, un double tore, qui génère un plan équatorial d’ondes gravitationnelles. Et dans la singularité, les 12 vecteurs de la structure fractale du Vecteur d’équilibre, qui déterminent l’échelle de la topologie de l’espace-temps.

Tout est un.

Et - comme le dit Nassim Haramein - "nous sommes tous pareillement uniques ! Vous rappelez-vous que je disais que nous observons tous les choses depuis un angle différent, que nous sommes tous différents. Mais on voit bien tous les mêmes objets. Nous sommes tous sur une sphère, et bien que toutes nos têtes divergent, vers l’infini, nos pieds convergent vers la même singularité, qui nous connecte tous. Et donc, pour la terre, depuis son point d’observation, nous sommes tous d’accord sur un consensus de la réalité, laquelle change constamment parce que nous changeons notre relation avec la réalité sur la superficie. Bien que nous ayons tous une façon individuelle d’observer l’univers, parce que nous sommes notre propre singularité. Et quand je dis ça, je ne le dis pas trivialement. Vous êtes la singularité au centre d’un univers – je le dit littéralement. Si l’univers est infini, il y a un univers "là-bas" dans lequel vous êtes le centre parfait. Et donc je ne fais pas d’allégorie. Un univers dont vous êtes le centre et qui est lui-même le centre d’un autre plus grand, et ainsi de suite. Donc, vous observez l’univers depuis votre propre centre, mais en même temps nous sommes tous connectés au même centre de gravité : le centre de la terre. La même singularité nous maintient tous unis. Et cela nous permet d’avoir un consensus commun, sur la planète. Sinon, toutes nos approches divergeraient tellement que nous ne serions d’accord en rien. Le système est tel qu’il y a toujours un centre plus grand qui génère un consensus d’observation entre tous les systèmes indépendants de cette organisation. Par exemple, toutes vos cellules sont d’accord d’être vous parce qu’elles sont toutes attachées par une singularité, et un centre de gravité spécifique, qui est vous et toutes collaborent pour vous générer. Alors comment, si l’atome égale à 99,999999% d’espace, la terre (trou noir) peut-elle avoir tant d’espace à l’intérieur ? Et bien, parce que la terre est faite d’atomes et tous les atomes sont majoritairement faits d’espace. La terre creuse... Oui, mais, je ne dirais pas que la terre creuse a tant d’espace. S’il y a un trou noir au centre de la terre, comme je pense, il est assez petit parce qu’il ne faudrait pas un très grand trou noir pour générer l’énergie que l’on observe sur terre." 

Il existe un lieu physique à l’intérieur de notre cœur et de sa Singularité. Notre cœur a une petite cavité, entre ses deux ventricules. Et cette petite cavité a le champ électromagnétique le plus important de tout notre corps ! Il peut être perçu et mesuré à plus de 2,5 m. C’est la batterie de la vie qui maintient notre cœur en fonctionnement. Et quand on meurt, cette Singularité n’est plus présente, c’est sans doute une des raisons pour laquelle il y a une légère perte de poids qu’on ne peut justifier. Ce poids est le résultat de cette Singularité qui courbe l’espace-temps créant un effet gravitationnel, qu’on appelle "poids".  

" L'Univers entier se rend à celui dont le mental est immobile. " Lao Tseu. 

Voici comment on peut interpréter cette citation du point de la physique unifiée:

"Si vous dirigez toute votre attention vers la singularité (zone de calme) qui est en votre centre, toute l'information contenue dans l'Univers est à votre disposition car l'Univers est un champ unifié holofractographique scalaire infini où toute l'information est présente en chaque point (singularité)."

Dès lors: 

  1. Nous sommes en permanence reliés par des trous de verre à l’énergie du vide, à travers l’espace, par la rotation rapide de formes géométriques spécifiques qui affectent simultanément le corps et l’esprit d’un individu. C’est un véhicule qui peut aider le corps, l’âme et l’esprit, à accéder et à expérimenter d’autres niveaux de réalité ou de potentiels de vie. Elle permet d’accéder à de nouveaux niveaux de conscience et qui aide les humains à atteindre leur plein potentiel. L'élévation du niveau de rotations modifient notre cerveau, les glandes pituitaires et pinéale notamment, notre ADN et bien sûr les structures géométriques des corps émotionnel, mental et spirituel. Mais nos représentations du monde et nos convictions intimes vont déterminer ce que chacun peut recevoir en retour en fonction de la quantité de résistance émise à l’entrée des informations dans notre vie.
  2. Cela ne peut se faire que par le biais d’une Conscience cosmique non localisée au cerveau. En fait, nous nous synchronisons avec un au-delà au réel, le divin, via une Conscience plus vaste, notre Âme sans doute, mais en tous cas à travers une onde gamma spécifique, teintée de sérénité, de reconnaissance et d'émerveillement, produite par le réseau neuronal du cœur ; cela nécessite, pour qu'elle émerge pleinement, un abaissement des filtres d’encodage de la réalité ordinaire issus de notre mental conditionné. Alors seulement, nous pouvons nous ajuster à la Dimension Source qui prendra ensuite le relais via notre Âme-Esprit ; Elle seule est en lien avec tous les possibles de l'Univers.
  3. Cet ajustement se fait aussi par le centre neuro-cardio-vasculaire, par le chakra du cœur. Notre cœur produit des champs électriques 100 fois plus puissant que celui du cerveau et électromagnétique 5000 fois plus puissant que celui de notre cerveau qui changent notre corps et notre monde (500 fois plus que le cerveau), ce qui en fait un organe central chez l'être humain. Les nombreux oscillateurs biologiques de l'organisme vont se synchroniser sur cet oscillateur majeur qui va influencer par les ondes gamma toutes les molécules constitutives de l'organisme ainsi que les réactions chimiques dans lesquelles celles‐ci sont impliquées.
  4. Nous recevons également par la Conscience cosmique quelque chose de l'ordre de la tendresse nous est donné, en tous les cas le sentiment d'être à la maison, dans notre vraie dimension d'être connectée avec le Tout. Cet ajustement ne réclame aucune tension volontariste : juste un consentement, un libre abandon confiant qui puisse laisser venir l'Aide et la Présence divine.
  5. Nous échangeons en permanence, à chaque moment, des informations avec le divin (la Singularité, le vide quantique, la divine matrice, etc.) : nous lui en donnons et nous en recevons en retour. L'échange d'information se fait donc en permanence vers l'intérieur et vers l'extérieur à la vitesse de la lumière. Ce champ magnétique définit aussi le fonctionnement de la conscience qui n'est évidemment pas localisée dans le cerveau ; c'est une antenne en connexion avec un champ, et cela se fait via le liquide céphalo-rachidien qui oscille à certaines fréquences.
  6. Nous lui disons Qui et Ce que nous voulons être, Ce que nous croyons pouvoir recevoir ou non, nos croyances et nos convictions profondes, notre état de santé ou de maladie, nos attentes et nos souhaits. Notre partenaire va devoir respecter ces informations, et nous donner en retour des informations si – et seulement si – ce n’est pas en violation avec les personnes ou l’environnement concernés.
  7. Cette influence venue du Futur échappe aux lois connues de notre univers tout simplement parce nous sommes dans un multivers. Mais rien toutefois ne nous sera donné par imposition ni par ingérence du divin dans notre vie et dans notre environnement.
  8. Le libre arbitre est la signature du divin, son autolimitation, sa marque de respect absolu. Il faut donc abandonner les représentations liées à une obéissance, à toute obligation, contrainte, menace de jugement, punition, privilèges ou mérites personnels.
  9. Nous recevons de l’aide par rétro causalité, par réduction d’états, sans qu’elle soit de notre fait, sous formes d’intuitions, d’inspirations, de prémonitions, de coïncidences ou de synchronicités. « C'est la rétroaction du futur vers le présent qui transforme le hasard en libre arbitre, grâce à l'éveil de la conscience (P.Guillemant). »
  10. En résumé, nous sommes tous UN, l’univers faisant l’expérience de lui-même.

Cette approche nécessite d’en finir avec les représentations d’un univers hostile, froid, indifférent ou cruel dans lequel nous n’aurions pas notre place ! Tout indique le contraire. Encore faut-il l'intérioriser! Nous échangeons en permanence de l'information: C'est une nécessité car nous sommes faits de quelque 100 trillions de cellules et chacune d'entre elles est constituées d'environ 100 trillions d'atomes, qui furent à l'origine créés au sein d'une étoile. Les atomes de votre main peuvent très avoir été créés dans une autre étoile que ceux de votre pied, donc, par définition, nous sommes des êtres galactiques puisque les structures mêmes qui composent nos corps viennent de partout dans l'univers...Le modèle de la division cellulaire en Biologie correspond à la structure fondamentale du tissu de l'Espace (cosmologie) au sein duquel il se divise. Une chance, sinon nous ne serions probablement pas en mesure de coordonner les quelque 100-200 TRILLIONS de réactions chimiques qui se produisent chaque SECONDE au niveau cellulaire à l'intérieur du corps humain !

Toute l'information est holographique ; elle passe par les molécules d'eau qui structure ensuite l'ADN, et non l'inverse ; si l'on retire les 10 couches d'eau présentent dans la structure de l'ADN, plus rien ne se passe ! C'est aussi le cas pour la conscience ou le corps : les cellules s'organisent de façon très complexe à travers le champ d'informations par des feed-back avec l'eau. La même chose se produit avec le spin, le vortex : le tourbillonnement est là où se trouve notre singularité ; au centre se trouve la quiétude et plus on l'atteint plus la dynamique tourbillonnaire du spin augmente autour de nous et avec elle l'inspiration ou l'influence autour de nous. Tout cela même à la conscience que nous sommes UN ; c'est la plus haute connaissance, celle qui va nécessité de chacun-e des choix qui vont avoir un impact sur le champ morpho-génique; cela se fera par feedback successifs: nous donnons au champ de nouvelles informations dont il va tenir compte et nous donnant de nouvelles informations, etc.

Nous ne sommes pas faits pour être des marchandises, des esclaves ou des choses insignifiantes. Pour l’Univers toute vie compte, toute vie est précieuse, il n’y a rien à ajouter à la Vie, rien de spécial n’est à faire, il n’y a nulle part où aller pour gagner son estime, aucun pèlerinage n’est à faire, rien n’est à accomplir absolument pour mériter son soutien. Il n’y a ni obligation, ni contrainte, ni aucune volonté supérieure à suivre à la lettre. Tout pouvoir nous a été donné ! C’est le point d’éveil à intérioriser.  Nous avons reçu la liberté de dieuser à notre convenance. Le divin fait l’expérience de lui-même sous des formes différentes : en tant que Tout, il se connaît dans les couples opposés :  perfection/imperfection ; absolu/relatif ; éternité/temporalité ; fini/infini ; l’absolu/relatif ; chaos/harmonie, chair/esprit, etc. Nous sommes l’Univers qui fait l’expérience de lui-même sous des formes changeantes et diverses. En conséquence, tout est dieu et rien ne l’est vraiment : nous participons au Tout de manière indépendante, tout en étant UN. Jésus Christ le disait fortement en Jean 14:6  C’est moi qui suis le chemin, la vérité et la vie. Personne ne vient au Père sinon par moi. Ces trois éléments nous incitent à devenir des centres d’harmonie et d’amourà nous en aller vers ce que nous aimons en privilégiant le respect, la non-ingérence et la non-imposition, via un partenariat créatif

Il s'agit d'harmoniser les structures géométriques des corps émotionnel, mental et spirituel. Par quels moyens? Ils sont certainement nombreux.

Dans la perspective chrétienne, nous dirons avec le poète Georges Haldas:

« Cette vie de résurrection telle qu'elle est ouverte par le Christ, commande une manière d'être qui se prépare maintenant en choisissant de vivre une vie de relations marquées par l'anti-puissance, par l'anti-meurtre, par une manière de vivre bénéfique pour autrui. » 

 Comment y arriver?_Tout simplement en ajustant certains paramètres comme dans l'image des anges et des démons, ceci pour re-susciter une sérénité lucide ou une lucidité sereine et ressusciter, vivre dans l'accueil absolu, inconditionnel et sans partage du Vivant. Nous aspirons à laisser venir depuis notre singularité la quiétude, et avec elle la dynamique du spin qui nous offre en retour de possibles intuitions, inspirations, prémonitions, heureux hasards et autres synchronicités. Nous voulons laisser venir toute chose si possible dans cette vie bénéfique à tous, dans l'harmonie et la fraternité agissante. Et nous savons devoir pour y arriver nous dégager librement du mortifère, des désirs-délires humains de puissance, de jouissance, de richesse et de gloire arrachés - ou imposés - au monde et aux autres. Il s'agit au contraire de laisser venir cette plénitude qui recherche, encore et toujours, ce qui est bien, bon, beau, juste, indispensable, utile, nécessaire ou agréable, sans céder à la négligence, à la facilité ou à la paresse notamment. Elle ne s'imposera pas, cette plénitude, elle se donnera à vivre; elle sera joie anticipée, humble réjouissance; juste relation à toute chose, distance respectueuse parfois quand tout oppose. Mais aussi opposition ferme, revendication d'humanité ou d'humilité, refus de toute oppression, exigence d'une vie bonne pour tous, et qu'il soit bon d'être né! Éloignement et tenue à distance de ce qui se joue dans la banalité quotidienne: l'usage de la ruse, de la force, du mensonge, de la manipulation, du chantage affectif et de la mystification pour obtenir satisfaction. Cela n'aide pas à équilibrer nos corps émotionnel, mental et spirituel: au contraire, cela nous en écarte, nous fait passer à côté du but, là précisément où nous ne captons rien, où l'échange avec la singularité se fait mal. Car pur Nassim Haramein, la dynamique tourbillonnaire du spin augmente seulement dans la quiétude et non dans l'agitation, les fureurs et les férocités mondaines. 
___________________________________________

(1) 15 Juin 2014 , Rédigé par Flying Taurus, Publié dans #Science

       

 .