En résonance harmonique

D’un point de vue anthropologique, notre corps-esprit nous situel toujours dans l’être-pour-soi et l’être-pour-autrui, en accord ou en tensions. Comme nous sommes constitués de myriades de souvenirs stockés dans notre cerveau principalement dans l’amygdale et l'hippocampe, tout est en permanence comparé, mesuré à ce qui se présente dans l’instant, mais comme l’a montré l’école de Palo Alto, chacun vit dans son monde intérieur, dans une réalité fictive et construite qui donne valeur ou sens aussi bien aux objets qu’à la signification de ce qui se présente. Les relations humaines sont donc marquées par des fictions individuelles qui rencontrent d’autres fictions individuelles dans un jeu infini d’associations. 

  • Dans notre fiction de la réalité, la résonance harmonique sera une quête d'équilibre: instinctivement nous recherchons le contentement, et à éviter la souffrance, en tous les cas à ne pas nous retrouver en situation d’échec ou en danger. Cela dépend en grande partie de notre expérience personnelle, de ce que nous avons connu ou rencontré, des mythes sociaux, culturels ou familiaux, naturellement du bon fonctionnement de notre cerveau, mais aussi bien sûr de nos valeurs personnelles et des compétences individuelles acquises au fil du temps. Cela dépend aussi des grandes étapes du développement enfantin : nous serons plus ou moins à l’aise avec l’identité négative (l’âge du non et l’adolescence plus tard), la séduction (l’Œdipe et les relations amoureuses), la réalité imaginaire, la ruse, le repli ou le déni, l’humour ou la conscience du bien et du mal par exemple, tels que nous les avons vécus et pratiqués au fil de notre vie.
  • De même, nos souvenirs nous situent dans l’amour donné et reçu, dans une biologie de l'attachement, dans cette vibration d’accueil de l’autre qui nous a dit / manifesté son affection, sons attention, son attachement ou son estime, dans ce tu comptes-pour-moi irremplaçable.
  • Il y a là forcément aussi un potentiel de violences : inadaptation, frustration, colère, peur, angoisse, tristesse, ressentiment, hontes, etc. Mais aussi des expériences suffisamment bonnes à même de nous donner une assise, un seuil de sécurité ontologique (la conviction que la vie vaut la peine d'être vécue), seuil qui nous permet d’entrer dans les relations humaines symétriques ou complémentaires, et dans la loi de la diversité suffisante indispensable pour se construire ou s’adapter, loi qui peut être aussi porteuse de violence réactionnelle narcissique, masochiste ou sadique, loi qui veut, comme l’a démontré l’école de Palo Alto, que l’instabilité, l’adaptation et le changement soient une nécessité pour les humains. Si la fiction est trop simple, trop statique ou simplement mal adaptée, l'individu s'engage dans une régression infinie, il se condamne à répéter sans cesse ses règles de fonctionnement, à faire donc plus de la même chose. Il y a une tendance naturelle à tout système à se défendre contre une modification de son organisation ou de son fonctionnement, et ceci pour deux raisons évidentes au moins : d'abord nous ne pouvons passer notre temps à réinventer quotidiennement le monde, ensuite nous n'avons guère envie d'abandonner une solution élaborée à grand peine et qui a fait ses preuves. Pour notre malheur, il se trouve que notre environnement est changeant, en évolution permanente. Il exige une adaptation constante, un filtrage. Sur le modèle de nos perceptions et de nos sensations qui exigent l'intégration de myriade d'informations diverses ( visuelles, tactiles, auditives, etc. ). Quand l'environnement devient oppressant, quand il nécessite un changement, une nouvelle adaptation, un re-cadrage du système devient nécessaire. Ce défi est le nôtre à tout âge! Nous avons à trouver un équilibre satisfaisant...
Dans l'approche de la physique des quanta, tout est fait de Vibrations, d'Informations et d'Energies. Dans celle de l'Univers connecté, tout ce que nous voyons autour de nous – la nature entière, la Terre et le Soleil, même les trous noirs au centre des galaxies – est fait de petits oscillateurs du vide à l’échelle de Planck s’organisant collectivement en structures cohérentes dans certaines régions de l’espace. Tous les protons à l’intérieur de nous sont faits de petits pixels de Planck qui organisent les informations de notre corps dans l’espace. L'équilibrage devra se faire, au mieux et si possible, à toutes les échelles, de l'infiniment petit à l'infiniment grand.

" On peut voir l’univers en tant qu’orchestre symphonique, où chaque proton est semblable au support magnétique d’un disque dur holographique enregistrant chaque instant de son existence dans des bits de Planck. Tous les « disques durs » de protons sont alors interconnectés par des trous de ver qui agissent comme des câbles-réseau à transmission instantanée, aboutissant à ce que tous les protons de l’univers soient synchronisés dans un réseau connecté supraconducteur qui se met à jour instantanément à chaque changement. On pourrait imaginer la structure de l’espace-temps autour de chaque proton comme un superbe treillis de sphères, interconnectées par des canaux de transmission allant dans toutes les directions (Source RSF)."

Nassim Haramein en tire naturellement cette conclusion: 
" considérez que votre propre corps est fait principalement de l'espace. Fermez les yeux et vivez l'espace dont vous êtes fait et l'espace autour de vous vibrant comme un cristal. Alors imaginez que le taux de vibration de votre structure biocristal dans la structure du vide est équivalent à l'information qui se déverse à l'intérieur et à l'extérieur de vous, de la même manière qu'une radio en cristal réglée à une certaine fréquence vous permet d'entendre une radio spécifique. Gare. Dans le corps, si le cerveau est l'antenne de l'ensemble de radio, le cadran de réglage est le cœur, qui définit la fréquence des informations reçues par le rythme dynamique des fluides de votre corps, et qui peut être modifié par votre état émotionnel."

Chacun-e est l'Univers qui fait l'expérience de lui-même depuis notre point de vue individuel. Nous sommes dont tous uniques! 

" Vous vibrez déjà, à l'échelle de Planck, qui constitue tous vos atomes, molécules, cellules, organes, à la fréquence de Planck (que l'on appelle fréquence de vide car c'est la plus petite fréquence possible de notre univers). Il faut voir des cercles concentriques. Le cercle central, c'est Planck, puis les cercles concentriques autour du cercle central de Planck, ce sont les atomes, les molécules, les cellules, les organes, puis le dernier cercle votre corps entier. La fréquence de votre corps entier est l'amas de toutes ces fréquences "inférieures" (pas en terme négatif, au contraire, plus la structure est petite, plus elle est énergétique - fréquence + élevée) ; ce que vous appelez "ma fréquence propre". Donc au niveau de Planck, dans votre corps vous vibrez déjà à la fréquence du vide. Mais votre fréquence personnelle (globale) vibre à une fréquence plus grande, moins énergétique. Chaque niveau (Planck, atome, molécule, cellule, organe, corps) vibre à une certaine fréquence. Si toutes ces fréquences sont bien alignées, en résonance harmonique, chaque niveau sera en bonne santé (de Planck à votre corps et certainement plus loin, avec la planète, le soleil, le système solaire, la galaxie, l'univers, etc.).
Si un niveau ou plusieurs dévie de 
ce niveau de résonance harmonique, un mal être, des maladies peuvent survenir. Le cristal ARK agit au niveau de Planck et amplifie cette résonance harmonique même si c'est à un niveau très subtil, il est bien réel. Sa fréquence vibrationnelle génère un champ électromagnétique bénéfique qui réaligne chaque niveau. Donc en gros, il ne change pas votre fréquence personnelle propre, vous vibrez déjà mais à une échelle très subtile à la fréquence de l'énergie du vide, mais il amplifie et accroît la cohérence des vibrations harmoniques de votre corps (RSF, Olivier Alirol)."
Ainsi, le champ qui connecte tout 
est composé d’une INFINITE d’échelles (de taille) ; ces échelles sont en résonance fractales et harmoniques. C’est à dire que l’échelle de Planck, puis des protons, puis de nos cellules, du corps, planètes, galaxies, etc. doivent être en résonance harmoniques. 

" L’état d’harmonie ou de disharmonie (résonance harmonique ou non) entre deux types de corps de ce champ (deux échelles ou deux corps de la même échelle) peut être bénéfique ou négatif. L’harmonie/ l’équilibre d’un corps humain (avec ses milliards de cellules et ses milliards d’atomes) est à la fois naturel et fragile, le déséquilibre pouvant provoquer un dysfonctionnement d’un certain type de corps comme les cellules. La communication entre cellules par exemple est extrêmement importante pour entretenir cet équilibre. Ça peut être une anomalie de conscience (croyance fausse) qui déséquilibre l’équilibre chimique-cellulaire de notre biologie. Olivier RSF."
Cette résonance harmonieuse va devoir se faire via un centre névralgique: Il existe  en effet un lieu physique à l’intérieur de notre cœur et de sa Singularité. Notre cœur a une petite cavité, entre ses deux ventricules. Et cette petite cavité a le champ électromagnétique le plus important de tout notre corps ! Il peut être perçu et mesuré à plus de 2,5 m. C’est la batterie de la vie qui maintient notre cœur en fonctionnement.  Et quand on meurt, cette Singularité n’est plus présente, c’est sans doute une des raisons pour laquelle il y a une légère perte de poids qu’on ne peut justifier.

Le coeur

avec ses battements constituent l'oscillateur le plus puissant de l'organisme : son champ magnétique généré par l'activité électrique est le plus puissant de ceux produits dans l'organisme (5000 fois plus que le cerveau), ce qui en fait un organe central chez l'être humain. Les nombreux oscillateurs biologiques de l'organisme vont se synchroniser sur cet oscillateur majeur qui va influencer toutes les molécules constitutives de l'organisme ainsi que les réactions chimiques dans lesquelles celles‐ci sont impliquées. Le cœur, via le  Système nerveux sympathique, est associé aux réactions de « combat / fuite », à  l’accélération du rythme cardiaque, à la contraction des vaisseaux sanguins, à la stimulation des hormones du stress (comme l’adrénaline). Il dilate les voies pulmonaires, favorise la production et la libération du glucose, contracte les vaisseaux sanguins de la peau. Et par le Système nerveux parasympathique, il est associé aux réactions de calme et de relaxation, apaisant les battements cardiaques. Il existe un lieu physique à l’intérieur de notre cœur et de sa Singularité. Notre cœur a une petite cavité, entre ses deux ventricules. Et cette petite cavité a le champ électromagnétique le plus important de tout notre corps ! Il peut être perçu et mesuré à plus de 2,5 m. C’est la batterie de la vie qui maintient notre cœur en fonctionnement. Et quand on meurt, cette Singularité n’est plus présente, c’est sans doute une des raisons pour laquelle il y a une légère perte de poids qu’on ne peut justifier. Ce poids est le résultat de cette Singularité qui courbe l’espace-temps créant un effet gravitationnel, qu’on appelle "poids". Rien n'interdit de penser qu'elle est notre âme, notre conscience qui s'en ira rejoindre à la mort du corps la Mémoire de l'espace-temps.
Chacun de nous littéralement est Dieu s’explorant lui-même dans une Danse de Vie infinie. Notre unicité contribue ainsi pleinement à l’accroissement du Vivant. Nous le pouvons et le faisons à travers les ondes gamma produites par le champ magnétique du cœur, des ondes qui peuvent influer sur nos cellules et notre cerveau : nous leur communiquons en temps réel, et de manière réflexe, ce qui se présente de bon ou de dangereux dans le moment présent, associé au souvenir vécu le plus proche avec une prédication, une sorte de recommandation, et nos centres nerveux décodent nos messages en les matérialisant par la chimie qui s’en rapproche. Nous avons donc tout intérêt à harmoniser nos souvenirs, à nous focaliser sur les plus beaux et les plus positifs d'entre eux:
C’est là que nous pouvons apprendre à desserrer le nœud du mental, des peurs et de l’égo, de tout ce qui nous tient prisonniers, notamment de nos souvenirs handicapants, de nos pulsions egocentrées ou de nos préjugés.

La méditation est faite pour desserrer ces nœuds,  pour améliorer et augmenter la capacité de déplacer l’information depuis le vide jusqu’à la Singularité individuelle en la puisant à la Source. 
" Si vous dirigez toute votre attention vers la singularité (zone de calme) qui est en votre centre, toute l'information contenue dans l'Univers est à votre disposition car l'Univers est un champ unifié holofractographique scalaire infini où toute l'information est présente en chaque point (singularité). Vous attirez, créez, rejetez ce qui est autour de vous " nous dit Nassim Haramein.
Nous le faisons doublement puisque nous sommes des émetteurs-récepteurs : nous émettons des informations autour de nous qui sont également intégrées dans la mémoire de l’espace-temps, et nous captons également en retour des informations provenant de notre entourage et de la Mémoire.
                                 Tout y est relié en permanence, tout est relayé constamment.
Tout en provient et tout y retourne sous forme d'information. De sorte que nous sommes l'Univers (Dieu) faisant l'expérience de lui-même sous une forme spécifique. Le divin est accessible: nous n'en sommes pas coupés! Le Tout Autre est le Tout Proche. La vie est garantie, la mort n'existe que pour notre corps biologique. Le monde n'est pas livré à lui-même ni au hasard. L'évolution est dirigée, orientée. L'Esprit intelligent et conscient, la Matrice, la Conscience cosmique prend tout en considération dans le champ morphogénique (la mémoire collective) mais nous encourage à bien comprendre ceci: « la plus petite colère en vous participe aux traumatismes planétaires; la plus petite dose d'amour en vous participe à l'harmonie de la planète et de tous les êtres vivants qui y vivent. Alors choisissez en pleine conscience le monde dans lequel vous voulez vivre »nous dit Nassim Haramein ; choisissons ce qui n'est pas vain, violent, futile ou mesquin! Nos choix, nos pensées, nos valeurs, nos émotions, nos convictions intimes surtout, tout est en lien avec la Singularité, ce qui attire, crée ou rejette, autorise ou permet, crée de l’équilibre ou du chaos. La gratitude et les pensées positives se construisent l'une sur l'autre, créant une spirale positive et ascendante . C’est l’état de paix, de joie, d’amour qui se manifeste par la créativité.

"Vous êtes - nous dit Nassim Haramein - un participant actif à la création permanente de l'univers; vous faites partie de ce canal de l'information du vide qui passe d'infiniment grand à infiniment petit à travers vous et comme il passe à travers vous il choisit votre interprétation spécifique de l'univers et le nourrit à l'infini de toutes les choses afin que votre participation soit comptée... Vous commencez à avoir un sens de votre responsabilité ? Si vous voulez vivre dans un monde libre, de paix, d'amour, de joie et de bonheur, alors faites-le déjà en vous, puis dans votre entourage immédiat, et ainsi de suite." 

C’est la zone de calme, d’équilibre, de quiétude qu’il faut atteindre, trouver pour y déposer et y recevoir de l’information dans un espace spécifique, celui de la mémoire de l'espace-temps. Nassim Haramein nous recommande de l’aborder avec joie, en confiance et reconnaissance, en visualisant l’univers qui se compacte suivant un mouvement spiralé vers l’immobilité dans notre cœur (quand on expire avec gratitude), et qui entre en expansion à nouveau (quand on inspire en confiance), et puis en répétant ce cycle de respiration encore et encore. Nous créons ains une résonance harmonieuse.

" Gratitude et pensées positives se construisent l'un sur l'autre, créant une spirale positive et ascendante." nous dit Nassim Haramein.

Dès lors, la spiritualité comme la méditation est à définir comme une vibration qui permet d'accroître de manière harmonique les vibrations avec tout ce qui nous entoure.
Cela fait de chacun-e de nous des émetteurs-récepteurs: nous vibrons à différentes fréquences et sur des plans spécifiques.
Il ne nous est pas demandé de nous vider, de nous détacher de tout et de tous (notamment pour être libéré du cycle infernal des réincarnations)!
Il nous est conseillé plutôt, je crois, de nous désencombrer du mortifère, de tous ces besoins égocentrés narcissiques, sadiques ou masochistes. En somme d'oser bénir au lieu de médire et maudire: bénir, c'est dire et vouloir du bien, du bon, du beau, de l'utile, de l'agréable ou du nécessaire autour de soi. D'en réaliser la portée pour mieux l'accomplir. Cela va demander de la constance, de l'exercice répété et de la persévérance. Rien ne se fera d'un simple claquement de doigts car le rapport à soi-même est de longue date: on n'en change pas sans le vouloir intensément ni faire ce qu'il faut pour modifier nos plus mauvaises habitudes de vie. Assurément,

"Grandir, prospérer est inhérent à la dynamique du Cosmos, ce n'est pas juste un voeux pieux. C'est un but atteignable parce que c'est inhérent au cosmos. Notre rôle est de percevoir les formes-structures, les dynamiques et les principes que le grand champ, dont nous faisons partie, exprime pour y arriver, et baser nos perceptions, nos croyances et nos actions sur eux pour arriver à nous aligner harmonieusement avec les dynamiques inhérentes de la vie s'épanouissant dans le cosmos." Marshall Lefferts - Cosmometry.
Nous avons de quoi grandir et prospérer à travers la métaphore de l'Univers connecté. Le faire sans violence ou sans auto-contraintes en sera le défi majeur car nos lignes temporelles, notre passé-présent risque de faire de la résistance aux changements désirés. Il ne pourra se modifier qu'au moment où notre nouveau futur sera suffisamment concret et désiré, re-choisi, réaffirmé encore et encore, en quittant nos anciennes habitudes.

Lorsque la pensée (tête) et l’émotion (ventre) n’en font plus qu'un dans le cœur (milieu), nous créons un sentiment neuf dans notre corps comme dans tout ce qui nous entoure: le champ de l'espace-mémoire et le champ morphique. Nous pouvons ainsi mieux créer, attirer ou repousser une grande partie de ce qui fait notre vie et notre réalité.

Peut-être pourrons apprendre à regarder la vie et le monde sous l'angle d'une joyeuse et vigilante fraternité. Lui dire qu'on ne possède vraiment que le bonheur qu'on donne, Que les méchants sont les véritables malheureux, Que l'égoïste, seul, est tout seul. Que le Mal c'est absence de l'amour de Dieu dans notre coeur et notre conscience...
Ainsi bat le coeur de l'Univers.

       

 .