La conscience étendue (cosmique, divine en somme), mythe ou réalité?

Pour les uns la conscience est simplement l'esprit qui émerge de la matière, de notre cerveau. Ainsi, grâce à des chercheurs de Harvard, on connaît désormais non seulement la région précise du tronc cérébral liée à l'éveil , a partie du système nerveux central qui relie le cerveau à la moelle épinière, mais aussi les deux régions du cortex qui travaillent ensemble pour former la conscience. Pour en arriver là, l'équipe a étudié 36 patients qui avaient des lésions du tronc cérébral, dont 12 étaient dans le coma et 24 conscients. Ces travaux sont présentés dans la revue Neurology.
Pour les autres, ces tentatives de réduire la conscience au cerveau passent sous silence des faits majeurs pourtant observés qui réfutent l'hypothèse d'une conscience localisée au cerveau.

La preuve par les hydrocéphales

Ainsi, le Professeur John Lorber a examiné 253 hydrocéphales à l'Université de Sheffield. Tenez-vous bien, neuf de ses patients n'avaient plus que 5% de leur tissu cérébral... mais quatre d'entre eux avaient un QI supérieur à 100, tandis que deux autres avaient un quotient supérieur à 126. Six se portaient à merveille ; alors qu'ils n'avaient presque plus de cerveau tel que nous le voyons sur les planches d'anatomie ! Lewin écrit : « Il y a dans cette université, dit Lorber, un jeune étudiant au QI de 126 qui excelle en mathématiques et qui se comporte tout à fait normalement en société. Et pourtant ce garçon n'a presque plus de cerveau... quand nous avons scanné son cerveau,... nous avons vu qu'il n'y avait, au lieu du tissu cérébral normal d'une épaisseur de quatre ou cinq centimètres entre les ventricules et la surface corticale, qu'une mince couche mesurant environ un millimètre. Son crâne est rempli de fluide céphalorachidien. » La littérature médicale fourmille de comptes rendus de ce genre, dont on ne sait pas quoi faire, malgré l'énormité de la contradiction que les faits nous imposent face à l'idée que nous nous faisons du rôle du cerveau. Le mérite de Lorber était surtout d'oser poser carrément la question toute bête : « Comment expliquez-vous cela ? » Aujourd'hui, heureusement, on sait pratiquer chez l'homme une opération chirurgicale pour installer de quoi drainer le fluide. N'empêche. C'est tout à fait renversant. Des études semblables ont été faites Sur les animaux qui montrent par exemple que les hamsters atteints d'hydrocéphalie sévère, dont le cerveau est quasi inexistant, semblent pourtant se porter très bien. Ils ne manifestent même pas de comportements étranges. Il n'y aurait donc pas vraiment de relation de causalité entre la structure et la masse du cerveau et les aptitudes conscientes. Il faut lui donner une valeur étendue, plus large, qui nous viendrait directement de l'Univers.

Les travaux du PEAR (Princeton Engeneering Anomalies Research Laboratory) sur la Conscience semblent accréditer l’hypothèse selon laquelle esprit et matière sont intimement liés. L’équipe du PEAR s’interroge sur le rôle de la conscience vitale dans la construction de la réalité physique. Ses méthodes d’investigations consistent à étudier les effets de la pensée où de l’intention d’un opérateur sur le comportement de processus physiques aléatoires. Les chercheurs ont ainsi conclu, avec un fort coefficient de certitude que la conscience peut influencer la réalité physique. 
L’intention des opérateurs réussit en effet à modifier les séries établies par la machine. La probabilité pour que ces résultats soient imputables au hasard est de 1 sur 10^35 (en sachant que 1 milliard, c’est 1 suivi de 9 zéros !!!)
Donc, pas le moindre doute là-dessus, la conscience, l’intention de l’opérateur est capable d’influencer le monde matériel. Mais comment ? Cela personne ne le sait… La seule chose que l’on peut supposer, c’est l’existence d’un lien avec le sentiment. En effet, les opérateurs qui réussissent le mieux disent souvent et simplement qu’ils se mettent en « résonnance », en empathie avec la machine. Jahn et Dunne soulignent que si la science accepte, comme elle le devrait maintenant, de prendre ces résultats au sérieux, cela va obliger les scientifiques à réévaluer radicalement la relation entre conscience, sentiment et monde physique. La conscience jouera alors un rôle central dans la définition de la réalité matérielle. C’est une nouvelle vision du monde. 
Donc si l’énergie-sentiment-conscience vitale peut influencer la matière, on peut dire qu’elle dépasse les limites du cerveau physique et qu’elle possède un aspect ondulatoire qui s’étale dans le temps et l’espace et qu’elle peut entrer en interaction avec les autres ondes (les autres esprits) qui s’y trouvent. Cette énergie-sentiment-conscience vitale qui remplit l’univers d’ondes est à l’origine des expériences de synchronicités. Cette conclusion est confirmée par d’autres recherches. D'autres chercheurs ont étudié les ondes cérébrales sur des rats, en s'intéressant plus spécialement à trois zones distinctes de l'hippocampe, la partie du cerveau principalement responsable de la mémoire à long terme et du repérage dans l'espace. « Nous avons découvert l'existence d'ondes gamma rapides et lentes, venant de différentes zones du cerveau, exactement comme des stations de radio émettant sur des fréquences distinctes », explique Laura Colgin, auteur principal de l'étude et réalisant un post-doctorat au Kavli Institute for Systems Neuroscience and Centre for the Biology of Memory en Norvège. « Lorsque les cellules nerveuses veulent se connecter, elles synchronisent leur activité », poursuit Mlle Colgin. « Littéralement, elles accordent leur longueur d'onde. Nous avons notamment étudié le rôle des ondes gamma dans la communication entre des groupes de cellules dans l'hippocampe, et avons découvert ce qui peut être décrit comme un système de radios dans le cerveau. Les basses fréquences transportent la mémoire des expériences passées, les plus hautes véhiculent ce qui se passe sur le moment. » Les chercheurs supposaient jusqu'ici que le traitement de l'information par le cerveau suivait des voies fixes. Cette nouvelle étude suggère que le cerveau est en fait bien plus souple. « Une cellule donnée dans le cerveau reçoit des milliers d'entrées, mais elle peut choisir de n'en écouter qu'une et d'ignorer le reste. En outre, ce choix peut changer à tout moment », résume le Dr Edvard Moser, directeur du Kavli Institute for Systems Neuroscience, qui affirme aussi : « Nous pensons que la commutation gamma est un principe général dans le cerveau, qui sert à renforcer les communications entre les régions cérébrales (Revue Nature, 19 novembre 2009, vol. 462). » Cette communication gamma interagit également avec les ondes scalaires qui proviennent du cosmos, forment un bruit de fond dans notre environnement; elles seraient continuellement réémises par les roches, l'eau, les végétaux, les animaux et les humains; de nature électrique, elles progressent toutefois en vortex et se chargent de tous les champs qu'elles traversent; elles fonctionnent en mode émetteur-récepteur; notre cerveau en produit aussi; un ajustement est donc imaginable avec transmission d'énergie et d'informations. 
Tout est ainsi à revoir et à découvrir...
Autre commencement de preuve: Le cas de Nicolas Fraisse.

C'est aussi un livre né de la rencontre d’une scientifique et d’un psychothérapeute avec un jeune homme qui dit « sortir hors de son corps » depuis l’enfance. Rencontre qui va bouleverser la vie de ce dernier et l’emmener toujours plus loin à la découverte de ses capacités. Pendant dix ans, tous trois vont tâtonner, explorer, tester et sans cesse repousser les limites de Nicolas Fraisse, en s’appuyant tantôt sur les connaissances de Sylvie Dethiollaz, la scientifique, qui voit ses savoirs théoriques ébranlés, tantôt sur l’expérience de l’humain de Claude Charles Fourrier, le psychothérapeute, qui se réfère à son propre vécu. Un parcours passionnant, parsemé d’épisodes étonnants et d’anecdotes tout aussi étranges que déroutantes. Une aventure hors du commun, à la découverte des « sorties hors du corps », de la « vision à distance», de la « télépathie » et de bien d’autres phénomènes stupéfiants, qui les conduira à une ultime expérience dont les résultats défient toute rationalité. Une étude qui soulève des questions essentielles quant à la véritable nature de la conscience et de la réalité, et renvoie chacun au mystère de l’existence, tout en démontrant que la conscience ne saurait être réduite à notre cerveau.
La conscience étendue (cosmique ou divine) n'est donc pas un mythe!

Une conscience qui serait et dirigerait tout

Nous n'avons pas besoin de penser à note corps pour qu'il fonctionne merveilleusement bien. Il nous envoie des messages quand il a des besoins, il pense à respirer tout seul, notre cœur bat sans que nous ayons à y penser. Le sang circule dans nos veines, tous les échanges entre cellules se font de la meilleure des façons en accord avec nos activités. Cela se passe dans notre corps, dans tous les corps de chacun et dans tout ce qui vit et qui existe, aussi bien dans l’infiniment petit que dans l’infiniment grand. On a tendance à l’oublier cela parce que notre quotidien peut ne pas être si rose que ça.
La source de la Conscience est un mystère fondamental depuis la nuit des temps. Comme nous avançons dans notre compréhension de l'univers et nous-mêmes une nouvelle image est en train d'émerger.
Il devient clair qu'il existe un champ d'information fondamental qui est la source de tout le monde matériel et qui imprègne tout. 
Nassim Haramein décrit la conscience comme la boucle d'informations entre un individu (ou un proton, une galaxie, etc) et le champ du vide qui est un champ d'informations qui est partout au centre de la matière. "Chercher la conscience dans le cerveau, c'est comme chercher l'animateur dans la radio". Considérez que vous faites partie de ce retour d’information et que vous êtes incorporés dans cette structure en réseau de trous de ver dont vous extrayez en réalité des informations – vos pensées ou votre conscience – et que vous retransmettez des informations par vos actions.
Comme nous l’avons vu, chaque proton dont vous êtes constitué est le foyer d’un réseau d’information de trous de ver qui vous relie à tous les autres protons et à toutes les échelles dans l’univers. Par conséquent, les processus et structures fondamentales qui engendrent l’espace et le temps-mémoire, engendrent naturellement et de façon innée la conscience, ou plus précisément, la conscience de soi. 
« La conscience est le moyen par lequel nous expérimentons la réalité. Plus techniquement, la conscience est la connaissance de soi obtenue naturellement grâce au feedback d’un réseau d’information suffisamment complexe. »
 Elle s’exprime en toutes choses selon la même dynamique. Ainsi, l’Univers dans son ensemble – et chaque être humain en particulier – est plongé dans un processus de feedback de l’information par lequel il devient de plus en plus conscient. Le niveau fondamental de qui nous sommes rayonne et s’effondre perpétuellement sur lui-même, en une boucle infinie de rétroaction qui fait vaciller et changer le monde holographique autour de nous et, par conséquent, notre expérience de la conscience.

Lorsque la gravité entraîne l’information de la matière à la singularité du vide quantique , celle-ci est mise en commun avec l’information relative à l’expérience que toutes les autres consciences individuelles ont eu au niveau de la matière. Chaque conscience devient alors, par l’intermédiaire du vide, connectée à l’ensemble de l’information des autres consciences, c’est-à-dire à la conscience universelle. La force électromagnétique redéploye du vide vers chaque conscience individuelle cette information ainsi mise à jour.  Il existe un lieu physique à l’intérieur de notre cœur et de sa Singularité. Notre cœur a une petite cavité, entre ses deux ventricules. Et cette petite cavité a le champ électromagnétique le plus important de tout notre corps ! Il peut être perçu et mesuré à plus de 2,5 m. C’est la batterie de la vie qui maintient notre cœur en fonctionnement.  Et quand on meurt, cette Singularité n’est plus présente, c’est sans doute une des raisons pour laquelle il y a une légère perte de poids qu’on ne peut justifier. Ce poids est le résultat de cette Singularité qui courbe l’espace-temps créant un effet gravitationnel, qu’on appelle "poids". 

La spiritualité est dans la matière

Pour Nassim Haramein, "nous avons tendance à penser la spiritualité comme étant séparée de la matière. Mais en fait... La spiritualité est dans la matière ! La matière c'est l'information, c'est la spiritualité manifestée. Et c'est à l'intérieur de la matière que nous sommes connectés à l'Univers. C'est notre point de référence, l'endroit où nous allons trouver notre connexion avec le reste de l'Univers. Vous savez, quand vous méditez, vous allez vers l'intérieur de la matière avec votre conscience. Et c'est là que vous trouvez l'information.

C'est pour ça qu'il y a des gens qui peuvent voir à distance des endroits où ils n'ont jamais été. Cela a été prouvé en laboratoire depuis les années soixante. Il y a aussi des gens qui peuvent entendre les pensées des autres. Il y a toutes sortes de phénomènes comme ça qui commencent à être expliqués, quand on comprend que c'est physique.

Parce que si nous avons toute l'information de tous les autres atomes de l'Univers dans chacun de nos atomes, nous avons accès à toute l'information de n'importe où dans l'Univers. C'est peut-être quelque chose que vous avez à intégrer pendant quelques minutes, hein ? C'est ce que les maîtres disaient quand ils disaient aux gens : vous pouvez faire ce que j'ai fait et beaucoup plus encore ...On est tous connectés à la même source d'information, à la même énergie. Et cette connexion est accessible à n'importe quel moment de notre vie. ( Extraits de cette vidéo)."

La méditation - nous dit Nassim Haramein - est faite pour améliorer et augmenter la capacité de déplacer l’information depuis le vide jusqu’à Singularité individuelle.  
Peut-être serait-il bon d’agir dans le sens de la dynamique fondamentale de l’Univers en créant dans notre cœur une structure toroïdale en deux temps quand elle se courbe vers l’immobilité, elle est la confiance par le souffle expiré, ensuite quand elle entre en expansion, elle est la gratitude par le souffle inspiré un peu comme dans l’œil d’un cyclone ; le tourbillonnement est là où se trouve notre singularité ; au centre se trouve la quiétude et plus on l'atteint plus la dynamique tourbillonnaire du spin augmente autour de nous et avec elle l'inspiration ou l'influence autour de nous. Ce n'est qu'en décidant de vous soigner que vous soignerez le monde autour de vous, d'abord votre monde immédiat, puis un monde plus large, et ainsi de suite. C'est une erreur de vouloir guérir le monde des fléaux qui l'habitent puisqu'en vous concentrant dessus, vous vous y attachez davantage... Si vous voulez vivre dans un monde libre, de paix, d'amour, de joie et de bonheur, alors faites-le déjà en vous, puis dans votre entourage immédiat, et ainsi de suite.

Grandir en conscience 

 Nous envoyons notre conscience à l'extérieur, mais en nous tournant vers l'intérieur, à travers la méditation, nous devenons plus conscients. Nous rencontrons des niveaux de plus en plus profonds et complexes  d'informations, bien plus que juste notre personnalité. Même si nous faisons partie du même flot, nous alimentons le flot d'informations ce qui nous amène un feedback spécifique. L'Univers est auto conscient et nous sommes tous différents. Nos corps s'auto organisent de manière différente. Nous sommes un bout d'univers hautement organisé qui retourne une information à l'Univers. C’est le cœur qui définit la fréquence des informations reçues à travers le rythme de la dynamique des fluides de votre corps, et qui peut être altérée par votre état émotionnel. La connaissance est à chercher dans le cœur et par lui: c'est notre état émotionnel qui nous permet d'aligner notre antenne avec le champ, l'information; 
il faut sentir de manière empathique notre connexion avec le tout pour que notre antenne soit correctement dirigée. 
Plus notre fréquence s'élève dans cette communion avec le tout, plus nous pouvons capter de belles choses, du bonheur, de la joie, la santé, la prospérité , des sentiments positifs et états d'être divins...
Ces états d'être toutefois seront facilement entravés, empêchés par des états émotionnels négatifs: la sérénité ne peut pas cohabiter avec la peur (de l'inconnu, du rejet, de se tromper, de l'échec, la peur de réussir, du changement, de l'engagement, de souffrir ou de mourir) ! Nos peurs nous coupent de ces états d'être divins. De même, si  on vit dans le jugement, les critiques acerbes, on ne peut bénir ou être dans la compassion! Il faut donc veiller à nos ressentis car tout est fait de Vibrations, d'Informations,d' Energies (V.I.E). Rechercher plutôt des résonances qui soient en conformité avec l'Univers: "Grandir, prospérer est inhérent à la dynamique du Cosmos, ce n'est pas juste un vœu pieux. C'est un but atteignable parce que c'est inhérent au cosmos. Notre rôle est de percevoir les formes-structures, les dynamiques et les principes que le grand champ, dont nous faisons partie, exprime pour y arriver, et baser nos perceptions, nos croyances et nos actions sur eux pour arriver à nous aligner harmonieusement avec les dynamiques inhérentes de la vie s'épanouissant dans le cosmos." Marshall Lefferts - Cosmometry.

Voici comment devenir plus actif et créatif: " Il est vraiment important de se souvenir que l'information est comme ancrée dans la structure de l'espace-temps; toutes vos générations, toutes vos mémoires, absolument tout  s'y trouve comme dans un archiveur ou un disque dur; toutes ces informations sont ensuite échangées avec les structures biologiques au fur et à mesure que vous déposez de l'information sur la structure de l'espace-temps le long de de votre ligne de vie, et donc vos gènes ne sont qu'une expression de l'information qui se trouve aux coordonnées de l'espace-temps où elle réside. Votre mémoire ne se trouve pas dans votre cerveau; c'est vous qui accédez à ces coordonnées de l'espace-temps. Et donc c'est intéressant parce que vous pouvez commencer à penser à des choses comme déposer de l'information aux coordonnées de l'espace-temps en avance de là où vous vous trouvez, pour quelque chose que vous voulez réaliser dans votre vie ou que vous voulez dans votre vie, et donc c'est comme l'autoriser, et si vous faites cela, ça va avoir une répercussion en sens inverse dans la structure de l'espace-temps jusqu'à votre présent, et donc cela va commencer à faire de vous la personne que vous devez être afin que ces événements aient lieu. Et donc, si vous réussissez à suivre cette ligne d'information alors vous obtiendrez le résultat escompté. C'est comme projeter, vous savez, des bulles de réalité dans votre futur avec l'idée de les rattraper." Nassim Haramein sur créer son futur pendant un live à la Resonance Academy.
Grandir en conscience se fera en partenariat avec cette conscience étendue (cosmique ou divine) dont nous avons tout à apprendre...

       

 .