La loi d'attraction: mythe ou réalité?

Pierre Pradervand nous la résume ainsi:
" Peut-être que la prise de conscience la plus fondamentale de l’existence est la suivante : nous créons notre propre réalité et façonnons notre corps même par nos attentes et nos pensées - et cela au-delà de tout ce que nous imaginons Tout dans nos vies est aussi réel que nous le rendons : tout ce que nous voyons et entendons, ce que nous ressentons même, n’est jamais une donnée « objective » et n’a aucune autre réalité que celle que nous lui accordons.

Dans notre existence, minute après minute nous avons le choix entre le OUI et le NON, se sentir victime ou exprimer notre responsabilité, entre la complainte et la gratitude. Je n’hésiterais pas à avancer que la gratitude est notre principal outil pour rester dans le positif. Impossible de ressentir en même temps une authentique gratitude et la plus petite parcelle de négativité, de complainte.

L’ univers veut notre bien au-delà de tout ce que nous aurions osé jamais imaginer. Un nombre croissant de penseurs soulignent que dans cet univers, la Source (l’Intelligence cosmique inouïe qui crée et dirige tout) conspire à chaque instant à notre bien, pour notre bonheur, pour nous faire progresser vers des horizons qui dépassent notre imagination. Alors comment ne pas ressentir une gratitude profonde pour cette assurance si forte qui permet de reposer dans la confiance que toutes choses - quelles qu’elles soient - concourent à chaque instant à notre bien ? "
                            Un univers qui veut notre bien, est-ce seulement envisageable?

Cette loi est-elle scientifique?

La science  classique confirme qu'une attraction existe entre certains objets. Cela vaut aussi sur un plan plus psychologique ou spirituel car nous attirons aussi dans notre vie toutes sortes de personnes et de situations : tout ne s'y déroule pas par hasard. Quiconque entreprend une questionnement personnel ou une thérapie verra à quel point un manque d'estime de soi par exemple induit le choix des personnes côtoyées régulièrement, ou encore le choix du métier pratiqué. Ce sont des effets d'une loi d'attraction; un changement d'appréciation, une profonde remise en question pourra changer cette donne. Il n'y a rien d'extraordinaire en cela. Une personne qui change son rapport à elle-même va forcément changer son environnement, s'accorder une existence différente, plus riche peut-être et plus heureuse.
Toutefois, cela ne se fait pas sans effort, du moins sans un minimum de persévérance et de discipline qui vont se traduire d'une manière unique puisque chacun-e est unique! Une loi d'attraction ne saurait déroger à l'unicité des êtres. Elle aura à s'y adapter en permanence. Sur quelle base, à travers quel support?
La physique quantique confirme que tout est fait de vibrations, d'informations et d'énergies. Elle atteste aussi l'existence d'un champ rempli d'énergie appelé à tors le vide fait de 99,99999% d'espace, le reste étant la matière densifiée (depuis les atomes aux galaxies). L’existence de ce vide quantique a été confirmée par le satellite Chandra en 1999 : Ce champ ressemble à la structure filamentaire du réseau neuronal.  Le champ qui interconnecte tout l’univers est bien réel, quel que soit le nom que nous lui donnons et quelles que soient les lois de la physique auxquelles il se conforme ou non. Il est ici en cet instant même ; il existe sous la forme de vous et de moi. Il est aussi notre univers intérieur et extérieur, le pont quantique entre tout ce qui est possible dans notre esprit et ce qui devient réel dans le monde. En réalité, comme l'affirmait Max Planck, " la matière comme telle n'existe pas ! Toute matière n'existe qu'en vertu d'une force qui fait vibrer les particules et maintient ce minuscule système solaire qu'est l'atome. Nous pouvons supposer sous cette force l'existence d'un Esprit intelligent et conscient. Cet Esprit est la matrice de toute matière." Il est précisément ce pont quantique incontournable.

Le champ  est aussi à l'origine de ce que nous appelons la conscience. Car en vérité, l'humain est un vrai miracle:

Tout se fait, se coordonne à partir  d'un espace-mémoire que nous appelons l'espace-temps dans lequel nous apparaissons et disparaissons en permanence. Cela se fait à travers la singularité du coeur, un peu comme un battement, avec un phase de contraction et une autre d'expansion. Nous fournissons de l'information à l'espace-mémoire et nous en recevons en retour. Chacun-e est donc en réalité un-e émetteur-récepteur. 
Nous pouvons capter et transmettre peu d'information, ou choisir d'apprendre à mieux orienter notre antenne. Il nous faudra cependant voir au-delà des apparences et des illusions mondaines: entrer dans la sensation profonde, à la fois émerveillé et reconnaissant, d'être relié à la Source (la Matrice, Dieu) tout en sachant qu'Elle sera un relais bienveillant et favorable...
C'est en cette sensation profonde que va pouvoir se développer notre être intérieur, en elle que nous pourrons vérifier si elle nous apporte ce mieux attendu et espéré...

La Loi d'attraction existe ainsi. Du moins, nous pouvons la concevoir sous cette forme mais elle sera nécessairement en lien avec un Esprit intelligent et conscient, la Matrice de tout à laquelle nous sommes reliés: toutes les cellules de notre corps y puisent l'information dont elles ont besoin pour se coordonner; tout  découle de cette Matrice, depuis l'infiniment petit à l'infiniment grand, et tout y revient. Tout en est l'expression. La Matrice sera tout aussi nécessairement la Loi des lois: en elle et par elle, tout peut être fait, défait ou refait autrement! 
 Y a-t-il une direction, une ou plusieurs constantes décelables dans l'évolution de l'univers ou dans celle de la vie?
Chronologiquement, l'évolution a d'abord été chimique, elle a été ensuite biologique pour être enfin culturelle, voire spirituelle. Toute approche de cette évolution – même cognitive – demeure une approximation puisque personne n'en connaît la réalité ultime. Néanmoins, certains faits peuvent être mis en lumière:

Éric Bapteste est directeur de recherche au CNRS. Docteur en biologie évolutive et en philosophie de la biologie, il est lauréat d'une bourse de l'European Research Council, et codirecteur d'une équipe étudiant la biologie évolutive à l'Université Pierre et Marie Curie.

Dans le monde biologique, les molécules, comme les cellules ou les êtres vivants, se font allègrement la courte échelle. Appuyés les uns sur les autres, ils innovent, interagissent et transforment la planète. Gènes en morceaux ou emboîtés, communautés échangistes primitives, cellules chimériques, échafaudages microbiens, partenariats fatals entre organismes, bactéries et virus, jouant le rôle de peintres, de sculpteurs et de parfumeurs d'espèces... L'évolution de la vie sur Terre est un « job » réalisé à plusieurs. Cette évolution collective permet, d'une reproduction à l'autre, d'échapper provisoirement à la mort, tout en distillant sur Terre son lot d'éclopés et de particules complémentaires. Depuis ses origines, l'évolution est une affaire de réseaux, imbriqués les uns dans les autres. L'auteur propose qu'à toutes les échelles les dynamiques des réseaux façonnent l'évolution. En s'appuyant sur une transmission dite horizontale, à savoir le transfert de gènes d’un organisme à un autre au cours de leur vie « le vivant devient tout à coup bien plus complexe que prévu.

Dans cette épopée de l'entrelacement, il y a une multitude de protagonistes et entre eux, existent des relations de complicité, de symbiose…
Ainsi, en partant du gène, pour comprendre les processus d’interactions entre cellules puis entre les organismes multicellulaires, Éric Bapteste retrace une Odyssée de la vie, mais réorientée, tissée de réseaux. Tout s’entre-mêle sans cesse. Quand une rencontre se fait entre deux protéines, entre deux cellules, entre deux microbes… tout tend à s’entrelacer davantage, de là résonne la dynamique évolutive du vivant sans cesse en processus. Un paradigme, où la symbiose, la compensation, la cohabitation et la co-construction entre des organismes d’espèces différentes semblent être des moteurs essentiels du vivant. 

Nous sommes donc composites et le résultat d’entrelacements de différents types d’organismes travaillant en interdépendance. L'auteur veut donner une idée systémique et complexe pour atteindre d’autres problématiques. Il propose une actualisation de la théorie de l’évolution de Darwin. Modéliser l'évolution consiste fondamentalement à comprendre comment les liens entre les éléments biologiques et les éléments de l'environnement s'influencent et se transforment. Adopter cette perspective ferait de la théorie de l'évolution une science des réseaux dynamiques. Cette position, plus large que celle envisagée par Darwin, offrirait de nouvelles manières d'étendre la théorie de l'évolution, de l'unifier et fournirait de nouvelles façons de penser le changement, pas simplement celui des espèces mais aussi celui des écosystèmes et des processus qui façonnent l'histoire de la vie sur Terre. Déchiffrer de cette façon le passé, permettrait de « s’interroger autrement sur notre avenir ». L'étude de ces « entrelacements entre les espèces » et en ce qui nous concerne, « avec les microbes », permettra peut-être un jour de savoir comment ils nous affecteront demain .

          Cette approche rejoint par ailleurs la théorie de l’Univers Connecté qui parle de collaboration entre les différentes échelles de l’Univers, et non de lutte, ce qui change totalement le paradigme de base et permet l’apparition de systèmes non-pyramidaux basés sur l’entraide pour arriver à un but commun, par opposition à des systèmes où nous voyons une destruction des ressources naturelles et de notre société.
Comment ne pas  voir dans cette évolution composite orientée le reflet abouti en  notre cerveau moral et religieux par lequel nos besoins sont comblés? Ce qui favorise l'entrelacement et l'interdépendance découle, à mon humble avis, des aptitudes de notre cerveau religieux par lequel nous pouvons vivre des expériences  océaniques, des états modifiés de conscience, des sorties de corps, etc. En ces expériences unitaires, nous pouvons nous sentir apaisés et comblés. Notre cerveau moral nous permettra de toujours  mieux développer le sens de l'équité, de la collaboration, de l'entraide, de l'empathie, de la compassion, du refus de souffrir et de faire souffrir et de l'altruisme.
Le sens de l'évolution irait dans le développement des ces aptitudes...appelées à fonder la prochaine étape d'une évolution spirituelle.
Le chacun-e pour soi n'y aurait pas sa place, il serait plutôt une involution! Une régression chaotique. L'évolution souhaitable et souhaitée irait vers le respect mutuel, le soin et l'accueil dans le non-jugement, la non-violence, la vie bonne pour toutes et tous dans le respect de l'environnement et l'interdépendance entre les espèces.
Cela réclame des changements importants de valeurs à tous les niveaux, individuels et collectifs. Cela nécessite de reconnaître ce qui fonde le mal et le malheur: 
" Le Mal est le résultat de ce qui arrive quand l’homme n’a pas l’AMOUR de Dieu dans son coeur. Il est comme le froid qui vient quand il n’y a aucune chaleur ou l’obscurité qui vient quand il n’y a aucune LUMIERE. (A. Einstein). "
Coupé de sa Source, l'humain est en danger:  certains combattent l'absence d'amour par l’avidité du pouvoir et la volonté de détruire ; " il s’attache aux choses sans doute, mais surtout à autrui où il projette ses déceptions et ses rancœurs. L’être humain est alors l’être  qui massacre. Il dépouille, il tue à défaut d’être parce qu’il y trouve la justification de son moi dans l’appropriation, l’exploitation ou l’abolition de ce qui s’y oppose. (J.-M. Delassus). " La version plus soft de cette aliénation se conjugue dans le désir mimétique, la rivalité et la convoitise incessantes, à travers la recherche boulimique de sécurité, de confort, de pouvoir, de gloire, de jouissances et d’épanouissements personnels, à laquelle s'ajoutent pour y parvenir des stratégies spécifiques: l'usage de la force, du chantage, du mensonge, de la manipulation, de la ruse, ou de la séduction notamment. 
Cela génère du malheur et du chaos! Toujours plus de la même chose en somme! La Loi d'attraction est sans doute ce qui nous fait dire que l'histoire se répète, que rien ne change en ce bas monde, tout tourne toujours autour du pouvoir, de l'argent et du sexe! Si des changements fondamentaux sont néanmoins intervenus dans l'évolution de l'humanité ( la fin des dictatures, la chute du mur de Berlin, les droits humains, etc.), de grands progrès restent à faire  dans la construction d'un monde pacifié. Chaque apport va compter nous dit Nassim Haramein:
 " C'est à toi et moi et au gars à côté de nous... Combien sommes-nous disposés, à prendre le risque, à transformer notre vie, à arrêter de faire des choses qui ne sont pas en conformité avec cette plus grande connaissance, Avec cette transition. Chaque personne doit faire ces choix et si les gens font ces choix à chaque personne qui fait cette transition est un impact énorme sur l'ensemble du champ morphogénétiques de la planète. Donc chaque personne compte."

Placide Gaboury disait avec sagesse: « on ne détruit pas les ténèbres en luttant contre elles, mais en allumant la lumière.
On ne détruit pas le mal en luttant contre lui, mais en faisant le bien.
On ne détruit pas la haine ou la peur en s'acharnant contre elles, mais en laissant monter la tendresse-amour.
C'est en allant vers l'est que l'on s'éloigne de l'ouest.
C'est en allant vers plus de vie qu'on dépasse la mort.
C'est en allant vers ce qui dure qu'on est libre de ce qui ne dure pas. »

La loi d'attraction nous invite je crois à laisser venir, monter cette tendresse-amour, cette joie sereine mais lucide de savoir que nous sommes les enfants de l'éther, filles et fils de la Matrice sans laquelle nous ne sommes rien ou pas grand chose...grâce à laquelle cependant nous sommes conscients et capables de dieuser beaucoup mieux. C'est en cela que je crois profondément. Comment fait-on concrètement pour dieuser?  

Voici la réponse de Nassim: " Il est vraiment important de se souvenir que l'information est comme ancrée dans la structure de l'espace-temps; toutes vos générations, toutes vos mémoires, absolument tout  s'y trouve comme dans un archiveur ou un disque dur; toutes ces informations sont ensuite échangées avec les structures biologiques au fur et à mesure que vous déposez de l'information sur la structure de l'espace-temps le long de de votre ligne de vie, et donc vos gènes ne sont qu'une expression de l'information qui se trouve aux coordonnées de l'espace-temps où elle réside. Votre mémoire ne se trouve pas dans votre cerveau; c'est vous qui accédez à ces coordonnées de l'espace-temps. Et donc c'est intéressant parce que vous pouvez commencer à penser à des choses comme déposer de l'information aux coordonnées de l'espace-temps en avance de là où vous vous trouvez, pour quelque chose que vous voulez réaliser dans votre vie ou que vous voulez dans votre vie, et donc c'est comme l'autoriser, et si vous faites cela, ça va avoir une répercussion en sens inverse dans la structure de l'espace-temps jusqu'à votre présent, et donc cela va commencer à faire de vous la personne que vous devez être afin que ces événements aient lieu. Et donc, si vous réussissez à suivre cette ligne d'information alors vous obtiendrez le résultat escompté. C'est comme projeter, vous savez, des bulles de réalité dans votre futur avec l'idée de les rattraper. Nassim Haramein sur créer son futur pendant un live à la Resonance Academy."

       

 .