Voir avec le coeur: mythe ou réalité?

L'essentiel est caché à nos yeux, disait St-Exupéry, on ne voit bien qu'avec le coeur. Les rationalistes purs et durs ne manqueront pas de contester la formule en affirmant que cet organe est avant tout un muscle. Toutefois, les recherches menées notamment à  l’Institut HeartMath (un Centre de recherche clinique et scientifique basé aux Etats Unis) montrent que le cœur a eu un rôle beaucoup plus polyvalent et qu'il peut être considéré comme une source de sagesse, de perspicacité spirituelle, le centre de la pensée et de l’émotion.

Curieusement, la recherche scientifique au cours des dernières décennies a commencé à fournir la preuve que beaucoup de ces associations peuvent ainsi être plus que des métaphores. Ces développements ont conduit la science à réviser ses points de vue et à élargir sa compréhension du cœur et le rôle de cet organe étonnant.

Dans le domaine de la neuro-cardiologie, les scientifiques ont découvert que le cœur possède son propre système nerveux intrinsèque. Un réseau de nerfs fonctionnellement sophistiqués décrit comme le « cerveau du cœur » contenant plus de 40 000 neurones, ce petit  cerveau donne au cœur la capacité d’évoluer de façon indépendante, de traiter l’information, de prendre des décisions, et même de démontrer un type d’apprentissage et de mémoire. En substance, il semble que le cœur soit  un système intelligent plus intelligent qu’on ne le pensait jusqu’à présent.

La recherche a également révélé que le cœur est une glande hormonale qui affecte profondément le cerveau et le fonctionnement du corps. Le cœur produit l’ocytocine bien connue comme l’hormone d’attachement. La science commence à peine à comprendre les effets des champs électromagnétiques produits par le cœur, mais il est évident que l’information contenue peut jouer un rôle vital de synchronisation dans le corps humain et affecter les personnes de notre entourage.

La recherche a également montré que le cœur est une composante clé du système émotionnel. Les scientifiques savent maintenant que le cœur ne répond pas seulement à l’émotion, mais que les signaux générés par le coeur jouent effectivement un rôle majeur dans la détermination de la qualité de nos expériences émotionnelles en temps réel.

Ces signaux du coeur impactent profondément la perception de notre environnement et les fonctions cognitives en vertu d’un réseau de communication étendue avec le cerveau. Enfin, de rigoureuses études électro-physiologiques menées à l’Institut HeartMath ont même indiqué que le cœur semble jouer un rôle clé dans l’intuition. 
  • Ainsi: le cœur a son propre système neuronal composé de 40 000 neurones
  • il possède un champ électromagnétique 5000 fois plus rapide que celui du cerveau
  • et un champ électrique 60 fois supérieur à l’amplitude de l’activité du cerveau
  • il diffuse jusqu’à 1,5 m un flux électro-sensible. 
  • Ce champ énergétique est la preuve scientifique de notre communication extra sensorielle physique et émotionnelle. Ce champ électromagnétique est le plus élevé du corps et il affecte notre corps dans la globalité. Il peut être mesuré sur le corps (en utilisant un électrocardiogramme avec des électrodes aux chevilles et poignets). Mais également sur plusieurs mètres à l’extérieur du corps (au moyen d’une camera GDV – gaz desicharge visualisation).
Donc toutes les personnes qui nous entourent reçoivent l’information énergétique contenue dans ce champ. Nous faisons tous partie de ce champs. Nous communiquons tous volontairement ou pas. Le cœur émet du son, des ondes de formes, de la chaleur, de la lumière, des signaux électriques et électromagnétiques. Il communique avec tous les organes, l’information change en fonction de notre état émotionnel, et l’on peut prétendre que l’amour - ou tout état émotionnel positif - rend l'information plus cohérente.

La cohérence neuro-cardio-vasculaire

On parle de cohérence neuro-cardio-vasculaire si nos sept cerveaux sont synchronisés, à savoir le cerveau gauche et droit, le centre olfactif, la peau, le plexus et les intestins. Selon les études récentes menées notamment par Michel Gershon, nous ayons un cerveau dans notre ventre, doté de 200 millions de neurones, qui communiquerait avec notre cerveau principal par des échanges d’informations via le nerf vague et par la production de neurotransmetteurs – et malheureusement aussi sans doute de toxines – parmi lesquels la sérotonine, appelée aussi l’hormone de la bonne humeur produite à 95% dans notre intestin.
Quand il y a cohérence notre corps tel un système radio communique de façon fluide.  Le physique, le mental et l’émotionnel sont sur la même longueur d’onde. Le ventre et le plexus solaire, par exemple, sont moins vulnérables au stress, le message envoyé par le cœur étant celui d’une harmonie, de l’ordre et de l’équilibre.

‘En se contractant, le cœur envoie des signaux électriques et génère ainsi un champ électromagnétique, une sorte de radiation qui baigne l’intérieur du corps et émet également jusqu’à 2,50 mètres à l’extérieur’, explique Patrick Drouot.

Lorsque le cœur et son champ électromagnétique sont en cohérence, l’ensemble des “horloges” corporelles se synchronisent sur cette sorte de “fréquence radio”. 

Autres bienfaits:  si le cerveau gauche, le côté rationnel et analytique collabore parfaitement avec le cerveau droit, le côté de l’imagination et de l’intuition, alors la pensée sera plus claire et créative ; « ça améliore aussi la relation aux autres, grâce à ce fameux champ électromagnétique qui embarque les personnes qui nous entourent vers plus de cohérence », constate Patrick Drouot.

Il propose de faire la cohérence cardiaque en portant toute notre attention sur le cœur en pratiquant la gratitude, l’appréciation, la reconnaissance mais surtout, nous pouvons inspirer notre nouveau projet de vie en l'imaginant déjà réalisé, respirer la perfection de l’ordre cosmique et finalement… inspirer la confiance et expirer la méfiance, inspirer la joie et expirer le doute, inspirer l’amour et expirer la haine, inspirer la paix et expirer la colère…
Cette cohérence neuro-cardio-vasculaire pourrait bien se faire par le biais des ondes gamma.

La communication gamma

« Lorsque les cellules nerveuses veulent se connecter, elles synchronisent leur activité ». « Littéralement, elles accordent leur longueur d'onde. Nous avons notamment étudié le rôle des ondes gamma dans la communication entre des groupes de cellules dans l'hippocampe, et avons découvert ce qui peut être décrit comme un système de radios dans le cerveau.
Les basses fréquences transportent la mémoire des expériences passées, les plus hautes véhiculent ce qui se passe sur le moment.
 (Laura Colgin)»
 

  • Dès lors,  le coeur peut se souvenir, percevoir, sentir, et traiter des informations indépendamment du cerveau,
  • Il possède un champ d’information complémentaire à celui du cerveau
  • Donc un partage en accès illimité dans le temps et l’espace car perpétuellement continu.

Mesurons bien l'impact de ces découvertes, car cela veut dire que tout est lu à travers la mémoire de nos expériences passées! Nos souvenirs plaisants et déplaisants sont donc mobilisés en permanence pour affronter ce qui se présente dans notre réalité. Tout est comparé et anticipé de manière autonome, sans que nous le réalisions vraiment. Nous aurions dès lors tout intérêt à travailler nos états affectifs plaisants et déplaisants:

Si le coeur peut se souvenir, percevoir, sentir, traiter les informations indépendamment du cerveau, s'il peut via les ondes  gamma impacter tout le corps, n'est-il pas alors un Esprit intelligent et conscient, ce que nous appelons familièrement notre âme ou notre conscience? Il doit en tous les cas être en interactions permanentes, échanger, donner et recevoir des informations...

Voir avec le coeur n'est alors plus une simple métaphore: c'est une réalité!

Une réalité quantique qui présuppose un Univers vivant conformément aux prédictions de Nassim Haramein. Car il y a, indissolublement liée au coeur organique, une Singularité qui vient s'y loger.

Notre cœur a une petite cavité, entre ses deux ventricules.

Et cette petite cavité a le champ électromagnétique le plus important de tout notre corps ! Il peut être perçu et mesuré à plus de 2,5 m. C’est la batterie de la vie qui maintient notre cœur en fonctionnement.  Et quand on meurt, cette Singularité n’est plus présente, c’est sans doute une des raisons pour laquelle il y a une légère perte de poids (entre 2,5 et 4,5 g) qu’on ne peut justifier. Ce poids est le résultat de cette Singularité qui courbe l’espace-temps créant un effet gravitationnel. C'est par elle que nous sommes reliés à tout l'Univers, à travers toutes les autres singularités de l'espace qui occupe 99.99999% du tout. Il est composé d’une INFINITE d’échelles (de taille) ; ces échelles sont en résonance fractales et harmoniques. C’est à dire que l’échelle de Planck, puis des protons, puis de nos cellules, du corps, planètes, galaxies, etc. doivent être en résonance harmoniques. L'information qui parcoure le champ, l'espace, est holographique, disponible en tous points immédiatement; elle émane directement de l'espace-temps qui est l'espace-mémoire de tout ce qui est, a été ou pourrait être. Notre corps, tel un oscillateur biocristal, agit comme un circuit électrocinétique (RLC) analogue à un receveur radio réglé dynamiquement par les biomécanismes. Toutes nos cellules échangent en permanence des informations avec "ce disque dur". Nous appelons ces échanges, ces feedback, la conscience. Elle est tout, partout, en tout (Dieu, la Matrice, etc.): tout en découle et tout y revient. 
On comprend dès lors pourquoi et comment le coeur peut se souvenir, percevoir, traiter les informations indépendamment du cerveau, comment on peut voir avec le coeur: cela se fait via notre conscience divine (appelée notre âme jadis) par les ondes gamma, l'eau, le liquide céphalo-rachidien, par les cristaux d'apatite qui tapissent notre minuscule glande pinéale: Pour sa thèse de doctorat de l’université de São Paulo, le Dr Sergio Felipe de Oliveira a fait des recherches sur les cristaux de la glande pinéale au moyen de la diffraction des rayons X. Ce travail lui a permis de vérifier qu’elle ne se calcifiait pas mais donnait lieu à la formation de structures organisées.  L’étude par la diffraction des rayons X et par l’emploi d’autres techniques, lui a permis de 
découvrir l’existence des cristaux d’apatite. La tomographie par ordinateur et la résonance magnétique furent également utilisées. Il a ainsi pu observer qu’une microcirculation sanguine maintenait métaboliquement les cristaux actifs et vivants.

Ces cristaux donnent à la glande une structure semblable à celle d’une caisse de résonance : l’apatite comporte de nombreux électrons à sa superficie, et repousse le champ magnétique. Lorsqu’un champ magnétique s’approche de la glande, il touche l’un des cristaux qui ricoche sur un autre, et ainsi de suite, jusqu’à ce que le champ soit fait prisonnier. Plus une personne dispose de cristaux, plus elle aura de possibilités de capter les ondes électromagnétiques. Les médiums  ont beaucoup de ces cristaux.
Nous sommes ainsi des émetteurs-récepteurs et la spiritualité va consister à nous mettre en Résonance harmonieuse avec notre conscience divine. Nous pouvons partiellement l'ignorer, ne pas vouloir en tenir compte ou apprendre au contraire à nous y ouvrir. Le choix nous appartient sans aucun piège, aucune menace de punitions divines.

En quête de cette résonance harmonieuse

L'Évolution nous a donné la possibilité de vivre des états modifiés de conscience, des sorties de corps, des expériences océaniques, des instants de plénitude, etc. (CF.le menu 5e dimension). Une manière sans doute de nous fondre un instant dans cette conscience divine. Elle nous a doté aussi d'un cerveau moral qui nous permet d'avoir le sens de l'équité, du partage, de la collaboration, de l'empathie, de la compassion et de l'altruisme notamment. Il peut être une précieuse boussole...

Notre conscience divine nous fait aussi cadeau de ces moments d'intuitions, de prémonitions, d'inspirations diverses, de hasards heureux, de coïncidences étranges ou de synchronicités étonnantes. Avec une évidence: plus nous serons à son écoute et plus nous recevrons ces précieux cadeaux! Ces indices nous conduisent à réaliser plus profondément ce qu'est cette résonance harmonieuse: c'est l'amour de soi, des autres, de la nature, de Dieu, de la vie! Il sera l'amour
  • Agapè : l’amour désintéressé, divin, universel, inconditionnel
  • Éros : l’amour naturel, la concupiscence, le plaisir corporel
  • Storgê : l’affection familiale, l’amour familial
  • Philia : l’amitié, l’amour bienveillant, le plaisir de la compagnie.

Un amour détourné, dévoyé, enlaidi par:

  • Manque de reconnaissance
  • Le sentiment d’abandon
  • Les humiliations et vexations
  • Les dévalorisations
  • La culpabilité et la honte
  • La tristesse d'être né
  • Les attentes déçues
  • Les deuils non accomplis
  • Cette quête incessante de sécurité, de confort, de pouvoir, de gloire, de jouissances et d'épanouissement personnel
  • La négativité (de nos jugements, de nos convoitises, de nos rivalités, de nos colères, frustrations, ressentiments, angoisses...)

 La conscience divine nous convie à l'amour qui guérit. Elle nous encourage à tomber le masque! 
Oser ouvrir son cœur, c’est accepter de ressentir cette force de vie sous toutes ses formes, incluant toute la panoplie des émotions, sensations et impressions et également de les partager. C’est accepter de laisser partir les croyances inutiles aux bénéfices de nouvelles, c’est vivre ce passage sur terre avec authenticité, courage, et guérir ou se guérir, enfin, ensemble.

Quelle que soit la posture de notre mental, notre cœur guide nos pas en silence, seule notre conscience ravira cette juste place qui nous incombe en tant qu’être aimant et aimé en faisant fi de tout autres alternatives.

       

 .