Le journal Science &Vie no 1207 d'avril 2018 nous raconte ce qui va probablement changer d'ici à 2030 à travers des exemples dont les avancées technologiques actuelles devraient permettre une concrétion à court terme:

---> Nos écrans seront pliables, enroulables comme une feuille de parchemin, et étirables...
---> Nos lentilles de vue seront dotées d'une caméra...
---> Nos smartphones et nos tablettes projetteront des hologrammes tactiles...
---> Nos lampes seront équipées de LED micrométriques dont tous les points seront contrôlables individuellement...
---> Les voitures autonomes seront fonctionnelles...
---> Il n'y aura plus de caisses dans les magasins: tout se fera automatiquement.
---> Les assistants personnels deviendront incontournables...
---> Les robots comprendront nos états émotionnels...
---> La lumière des villes sera bioluminescente, la photosynthèse servira à recharger nos téléphones...
---> Des biotatouages veilleront sur notre santé...
---> Les meubles se monteront tout seuls...
---> Les écrans pourront s'auto-réparer...
---> Les peintures vont absorber tous les bruits...
---> Les maisons se feront en impression 3D, les vitres réagiront à la lumière ambiante...
---> L'ordinateur quantique deviendra une réalité de même que le cybercriptage des données...
---> Nous verrons arriver les voitures électriques et les avions aussi...
---> Des exosquelette nous aideront ainsi que des puces, genre circuits imprimés, pour tester certaines maladies. Des petits robots chirurgiens circuleront dans notre corps pour le réparer...
---> Des minidrones pouvant voir à travers les murs remplaceront les caméras de surveillance...

L'évocation de ces avancées technologiques me laisse perplexe: il n'y a rien dans les domaines de l'environnement, des pesticides, du réchauffement climatique ! N'est-ce pas pourtant là qu'il y a urgence ?

N'est-ce pas là qu'il faudrait innover? Nous encourager à modifier nos comportements inféodés au gaspillage et au saccage de la Nature? Nous aurions pourtant grand  besoin d'une avancée globale spirituelle et technologique. Grand besoin de quitter la civilisation des énergies fossiles et non renouvelables, grand besoin de quitter une logique capitaliste basée sur le gaspillage des ressources terrestres, l'exploitation des plus faibles, etc.

Faire notre ascension

Pour Nassim Haramein, le temps serait venu de faire une double ascension : sur un plan de la science et de la technologie et sur un autre plus humain d’apaisement des relations humaines. Le pattern géométrique du "Double-Tore" à l'origine du vide quantique va permettre, maintenant que sa dynamique est comprise, d'utiliser notamment l'énergie propre de ce vide ou de la gravité. Cela va changer notre rapport à l'univers encore plus que n'a pu le faire l'électricité.
L'énergie deviendra disponible à bon marché ; les voyages interstellaires deviendront possibles...
La pollution sera en recul. Il devrait ainsi être plus facile de tendre à une humanité harmonieuse car les ressources et l'espace seront infinis.
Il y aura finalement suffisamment de richesses et de biens, des solutions donc pour que tout le monde soit gagnant. L’avenir nous dira si nous avons su préserver et choisir cette solution pour l’avenir de l’humanité, faire notre ascension en somme.

Depuis les années 1950, toutes les courbes s’envolent, du PIB à la démographie en passant par les activités humaines et leur impact sur les écosystèmes. Notre espèce chamboule le système Terre. Nous sommes ainsi entrés dans l’anthropocène, l’ère où domine l’être humain. Mais cette ère pourrait être brève ne serait-ce que pour se nourrir sur une planète étuve, où il fera en moyenne au moins 3°C de plus.Pour limiter la hausse de la température globale à 1,5°C, voici en cinq points un plan possible calculé par le bureau d’études en développement durable parisien B&L évolution. Ces mesures impitoyables et impopulaires feraient baisser de 63% les émissions de CO2 mondiales d’ici à 2030.

Le climat a toujours varié depuis que la terre existe. Mais le réchauffement actuel est inédit par ses causes et sa rapidité. Rappel en chiffres des différences entre les variations climatiques du passé et le réchauffement actuel, ainsi que quelques données suisses sur ce phénomène inquiétant.

Nous sommes des vivants parmi d’autres vivants. Ce changement de statut débouche sur des choses très concrètes, comme le développement de l’agroécologie ou la cause animale, l’importance de la présence de la nature pour la santé, etc. La nature revient partout. Cela contrebalancera-t-il le rouleau compresseur économique et mécanique? La responsabilisation individuelle peut-elle suffire? Le doute est permis et légitime car il y a un abîme séparant l’augmentation réelle de la conscience du changement climatique chez les citoyens du monde, et l’absence de décisions réelles, influentes, immédiates et concrètes. Et pour cause ! Les décisions nécessaires obligeraient à revoir l’ensemble du système de production capitaliste. Comme ceux qui font les lois sont aussi ceux qui en profitent, aucune chance que cela change naturellement et sans efforts. 
En réalité, les acteurs économiques capitalistes ne font pas partie de la solution mais du problème ! 
                                                                  Voici peut-être ce qui nous attend. 

Accélération de la montée des eaux, fonte du permafrost, cyclones extrêmes… CF. dernier rapport du Giec sur le climat.

Nous avons toutefois une rôle à jouer car l'économie a besoin de consommateurs et de clients: nous pouvons les contraindre à changer leurs pratiques polluantes et n'achetant plus leurs produits! Tour simplement.
C'est quelque chose que nous pouvons faire sereinement, en nous détournant de ce qui est néfaste, donc en privilégiant ce qui est BON POUR tous et pour l'environnement.
Nos choix ont très certainement ce pouvoir-là...

       

 .