Depuis les années 1950, toutes les courbes s’envolent, du PIB à la démographie en passant par les activités humaines et leur impact sur les écosystèmes. Notre espèce chamboule le système Terre. Nous sommes ainsi entrés dans l’anthropocène, l’ère où domine l’être humain. Mais cette ère pourrait être brève ne serait-ce que pour se nourrir sur une planète étuve, où il fera en moyenne au moins 3°C de plus.Pour limiter la hausse de la température globale à 1,5°C, voici en cinq points un plan possible calculé par le bureau d’études en développement durable parisien B&L évolution. Ces mesures impitoyables et impopulaires feraient baisser de 63% les émissions de CO2 mondiales d’ici à 2030.

Le climat a toujours varié depuis que la terre existe. Mais le réchauffement actuel est inédit par ses causes et sa rapidité. Rappel en chiffres des différences entre les variations climatiques du passé et le réchauffement actuel, ainsi que quelques données suisses sur ce phénomène inquiétant.

Nous sommes des vivants parmi d’autres vivants. Ce changement de statut débouche sur des choses très concrètes, comme le développement de l’agroécologie ou la cause animale, l’importance de la présence de la nature pour la santé, etc. La nature revient partout. Cela contrebalancera-t-il le rouleau compresseur économique et mécanique? La responsabilisation individuelle peut-elle suffire? Le doute est permis et légitique car il y a un abîme séparant l’augmentation réelle de la conscience du changement climatique chez les citoyens du monde, et l’absence de décisions réelles, influentes. Et pour cause ! Les décisions nécessaires obligeraient à revoir l’ensemble du système de production capitaliste. Comme ceux qui font les lois sont aussi ceux qui en profitent, aucune chance que cela change naturellement et sans efforts.
En réalité, les acteurs économiques capitalistes ne font pas partie de la solution mais du problème !
Les faits climatiques et industriels relatés et mis en tableaux par le journal suisse l'Illustré en témoignent:


Ce à quoi il faudrait consentir pour un réchauffement de 1,5 degré de notre planète

>Les manifestations en faveur du climat disent bien notre inquiétude mais sommes-nous prêts à tenir ces objectifs? A changer nos modes de vie et de consommation? A modifier profondément nos modes de productions et notre niveau de confort? Ce sera le prix à payer...Une décroissance est à inventer.


       

 .