Et si l’univers était holographique ?

    Cette approche a été proposée par Gregg Braden, un ancien concepteur de systèmes informatiques aérospatiaux, dans son livre publié en 2007 intitulé La Divine Matrice unissant le temps et l’espace, les miracles et les croyances. L’auteur s’aventure au-delà de la science et de la spiritualité vers ces immenses possibilités que le monde quantique suggère. Pour lui, la guérison spontanée, la connexion instantanée avec tout le monde et toute chose ou encore le voyage dans le temps sont des réalités issues de l’existence d’un univers holographique. C’est à nous qu’il incombe de nous ouvrir au pouvoir de cette divine matrice, de comprendre comment elle fonctionne et de parler le langage qu’elle comprend. Le but est ici de transformer nos pensées en réalité tangible car une expérience vécue dans le corps affecte l'univers.

L'espace est plein d'une essence vivante avec laquelle nous sommes connectés. Tous les jours nous faisons des expériences qui affectent notre monde et notre corps. À travers le sentiment cohérent du cœur, nous affectons les atomes, car le champ électrique et magnétique de notre cœur est puissant. Mais pour ce faire, il convient de nourrir, d'imaginer une nouvelle réalité dans la compassion, sans jugement, avec un mantra qui identifie par l'esprit ce que nous voulons voir advenir à travers le langage du cœur par le sentiment parfait. Il s'agit de faire comme si la réalité nouvelle était déjà là, déjà réalisée. La clarté et la spécificité du désir personnel est importante car le champ est un miroir. Et si nous apprenions à ne choisir que ce qui nous serait important ? L’auteur nous propose quelques clés pour mieux interagir avec la Divine Matrice :

Clé 1 : La Divine Matrice est le contenant de l’univers, le pont reliant toutes choses entre elles, et le miroir qui nous montre ce que nous avons créé.

Clé 2 : Tout ce qui existe dans notre monde est connecté à tout le reste.

 Clé 3 : Pour puiser à même la force de l’univers, nous devons nous voir comme une partie du monde plutôt que séparés de lui.

Clé 4 : Des choses qui ont déjà été unies demeurent toujours connectées entre elles, qu’elles soient physiquement unies ou non.

Le premier principe indique que toutes choses sont interconnectées parce que tout existe à l'intérieur de la Divine Matrice. Si c'est le cas, ce que nous faisons dans une partie de notre vie doit avoir une influence sur les autres parties.

Le deuxième principe affirme que la Divine Matrice est holographique, ce qui signifie que toute portion du champ contient tout ce qui existe dans le champ. La conscience elle-même serait holographique, ce qui signifie que la prière que nous faisons dans notre salon, par exemple, existe déjà chez les êtres chers pour qui nous prions. Autrement dit, nul besoin d'envoyer nos prières nulle part puisqu'elles sont déjà partout.

Le troisième principe part du fait que le passé, le présent et le futur sont intimement liés. La Matrice semble être le contenant du temps, procurant la continuité entre nos choix présents et nos expériences futures.

Quel que soit le nom que nous lui donnions et quelle que soit la définition qu'en fournissent la science et la religion, il est évident qu'il y a là quelque chose - une force, un champ ou une présence - constituant ce "grand filet" qui nous lie les uns aux autres ainsi qu'à notre monde et à un pouvoir supérieur.

Si nous saisissons vraiment ce que signifient ces trois principes quant à notre relation aux autres, à l'univers et à nous-mêmes, les événements de notre vie prendront un tout nouveau sens. Nous deviendrons des participants, non des victimes, de forces que nous ne pouvons ni voir ni comprendre. Ce sera le véritable début de notre émancipation…

Clé 5 : L'acte de focalisation de notre conscience est un acte de création. La conscience crée !

 Clé 6 : Nous avons tout le pouvoir nécessaire pour créer tous les changements désirés.

Le pouvoir de la focalisation consciente s'appuie sur les créations de notre imagination : nous leur donnons le coup de pouce qui les amène à traverser la frontière entre l'irréel et le réel. Il s'agit de nous représenter, de sentir que nos rêves sont déjà réalisés, nos désirs comblés, nos prières exaucées. Donc de vivre à partir de la réponse. Nous devons entrer dans l'image de notre désir et penser à partir d'elle. C'est ce qui permet le changement, l'orientation des possibles.
Clé 7 : L'objet de notre focalisation consciente devient la réalité de notre monde.

 Clé 8 : Il ne suffit pas de dire simplement que nous choisissons une autre réalité !

 Penser un nouvel état et le désirer passe nécessairement par le sentiment et les émotions : la Divine Matrice les reconnaît.

 Clé 9 : C'est le langage du sentiment qui « parle » à la Divine Matrice. Sentez que votre but est atteint et que votre prière a été exaucée.

 Il s'agit de demander sans motif caché, de se mettre dans un état non ordinaire de conscience, sans ego, sans porter de jugement sur ce qui devrait se passer ou non, d’être détaché en somme du résultat.

 Clé 10 :  Ce n'est pas n'importe quel sentiment qui fera l'affaire. Ne peut créer que celui qui est dénué d'ego et de jugement.

Il s'agit de sentir et d'anticiper la nouvelle réalité, de la maintenir aussi car sinon elle disparaît.

Clé 11 : Nous devons devenir dans notre vie ce que nous choisissons d'expérimenter comme étant notre monde.

 La compassion est à la fois le vecteur et le langage de la Divine Matrice. Elle a permis à Marie d'Agreda, une mystique espagnole, entre 1620 et 1631, d'explorer son don d'ubiquité ; ce fut également le cas de Padre Pio plus récemment apparu aux pilotes envoyés bombarder sa ville durant la seconde guerre mondiale en Italie.

Clé 12 : Nous ne sommes pas liés par les lois de la physique telles que nous les connaissons aujourd'hui.

 Clé 13 : Chaque morceau d'un « quelque chose » d'holographique reflète ce « quelque chose » en entier.

 L'expérience conduite à Genève des deux photons séparés par 22 km dont on change la polarité pour constater que le jumeau le fait aussi, nous dit que le merveilleux filet d'énergie qui interconnecte tout l'univers est non localisé et chacun des points reflète tous les autres. La communication se fait instantanément.  Il ne peut y avoir ni ici ni là : toute chose est partout et toujours là, du simple brin d'herbe à notre corps complexe.

Clé 14 : L’hologramme universellement interconnecté de la conscience nous assure que nos désirs et nos prières sont déjà rendus à destination dès l'instant où nous les créons.

 Un changement effectué va donc se répercuter partout. C'est le cas par exemple des mutations de notre ADN : nous avons entre 2300 et 4600 trillions de copies pour faire nos cellules. Si un changement devait se faire en cascade, il faudrait beaucoup de temps, mais cela se fait en une seule modification.

Clé 15 : Par l'hologramme de la conscience, tout changement dans notre vie se reflète partout dans notre monde.

Les travaux de Karl Pribam montrent que le cerveau fonctionne comme un hologramme. Il a utilisé les équations transformées de Fourrier pour démonter la non localisation de la mémoire : en fait, notre cerveau est connecté à l'univers, il transcende l'espace et le temps. Ce pouvoir a été démontré aussi par l'utilisation de la méditation transcendantale pour influencer 24 villes américaines de plus de 10 000 habitants ; en 1972, il fut enseigné l'effet Maharishi qui prétendait qu'un tout petit pourcent de la population pouvait permettre une diminution de la violence et du crime en son sein.

Clé 16 : Le nombre minimal de personnes requises pour « déclencher » un changement de conscience est celui-ci : la racine carrée de 1% de la population.

L'image de la foi, qui déplace les montagnes, utilisée par Jésus prend ici tout son sens : l'attente ou la croyance que nous avons pendant que nous observons choisit la possibilité qui devient ensuite notre réalité.  Les guérisons opérées par ce biais sans médicament à l'hôpital de Beijing, en Chine, l'atteste.

Fondamentalement, cela signifie des bouleversements de notre approche de tout : ici et là, maintenant sont synonymes, le temps et l'espace sont abolis dans la matrice. « Le temps est ce qui fait que tout ne se produit pas en même temps (John Wheeler). » Le futur et le passé sont simultanés pour Einstein ; la matrice fait le lien ; ici est là, qui permet la vision à distance : des expériences ont été pratiquées par l'armée américaine ; alors est maintenant : en reprenant l'expérience de la double fente quantique, Wheeler a pu démontrer que le comportement des particules peut choisir de connaître une propriété après que l’événement a déjà dû se produire. Cette expérience en a conduit une autre pour savoir s'il y a une gomme quantique. Et oui, des choses qui se produisent après le fait peuvent changer (effacer) le comportement des particules à un point antérieur du temps. En théorie, nous pourrions influencer notre passé, nous dégager de traumatismes, voir le présent comme résultant de boucles de rétroactions cosmique. Mais si nous parlons à la Divine Matrice, comment savoir si elle nous répond ? Elle reflète nous croyances les plus profondes et les plus vraies.

Clé 17 : La Divine Matrice reflète dans notre monde les relations que nous créons dans nos croyances.

Il y a même des effets de miroir et de résonance entre ce qui nous arrive et le milieu via le matériel ou même un animal de compagnie ; des signes et des messages nous sont donnés par la Divine Matrice.

Clé 18 : La source de nos expériences « négatives » peut se ramener à l'une des trois peurs universelles (ou à une combinaison des trois) : la peur de l'abandon, de ne pas être à la hauteur, ou de faire confiance.

 La Divine Matrice nous offre en permanence le miroir de nos croyances fondamentales à travers nos relations aux autres notamment.

Clé 19 : Nos véritables croyances se reflètent dans nos relations les plus intimes.

En changeant notre regard sur notre passé, nous changeons le fonctionnement chimique de notre corps. Il importe alors d'examiner les 5 miroirs traditionnels des relations humaines.

1. Le reflet du moment : nous invite à reconnaître la relation existant entre ce que nous faisons et ce qui se passe dans notre entourage, à prendre conscience donc de schèmes induits.

2. Le reflet de nos jugements du moment : ils sont subtils et souvent liés à nos valeurs que nous imposons aux autres sans savoir s'ils peuvent les partager ou les respecter. Quand il y a trahison, se pose alors le risque du cercle vicieux via le schème de la vengeance ou de la punition...Pour en guérir, il faut trouver le moyen de transformer nos jugements par exemple en bénissant ceux par qui nous avons appris quelque chose.

3. Le reflet de ce que nous avons perdu ou abandonné, ou ce qui nous fut enlevé : par nécessité, pour survire ou par calcul, il y a des fragments de nous-mêmes que nous avons perdus, abandonnés ou qui nous ont été enlevés ; le miroir des autres nous est donné pour le réaliser, pour comprendre le vide laissé ; le miroir nous montre par exemple comment d'autres gens ont réussi à maintenir de la compassion, de la bienveillance, de l'amour, ou tout autre valeur généreuse de soutien à soi et aux autres, dans leur vie et cela nous fascine car cela nus rappelle que nous aurions, nous aussi, peut-être pu ne pas y renoncer...Cela nous révèle à quoi nous aspirons et qui est toujours en nous.

4. Le reflet de notre nuit obscur de l'âme : souvent, nous fonctionnons en nous accrochant au statut quo par peur de ne trouver mieux ; nous somme en attente de changement tout en dissimulant nos véritables sentiments ; il arrive ainsi que nos ayons souhaité entrer dans la nuit obscure de l'âme, en voulant faire l'expérience de nos plus grandes peurs pour les guérir.

5. Le reflet de notre plus grand acte de compassion : nous sommes nos plus sévères critiques ; nous avons des images et des repères, y compris de perfection, qui deviennent une norme de comparaison. La Divine Matrice nous reflète ce que nous ressentons de nous-mêmes, notre performance, notre apparence, nos relations, nos réalisations, etc. ; elle nous le fait voir y compris aussi via les autres pour que nous puissions faire un nouveau choix.

Clé 20 : Nous devons devenir dans notre vie ce que nous choisissons d'expérimenter dans notre monde.

Notre existence comme notre corps est holographique ; nous sommes et nous englobons la création entière ; nous sommes un schème intégré à d'autres schèmes ; et chacun est complet en lui-même ; nous reflétons aux autres des morceaux de l'ensemble en boucles de rétroactions cosmiques ; il se pourrait alors que la boucle d'expérience de la vie continue aussi longtemps que nous ne sommes pas totalement guéris...

La métaphore de la Divine Matrice permet une autre approche du réel conçu et pensé en dehors du déterminisme. Elle annonçait une nouvelle réalité en marche qui s'appuie notamment sur le champ magnétique de notre coeur:


       

 .