" La conscience n’est pas un épiphénomène de votre cerveau : elle est comme une antenne radio branchée sur des informations, connectée à l’Univers." 
Nassim Haramein. 
La loi de l'attraction: mythe ou réalité?

Voici comment Philippe Guillemant en résume les enjeux sur son site:  
"Dans mon livre intitulé « La Route du Temps – Théorie de la Double Causalité », paru en 2010, les conséquences d’une telle seconde causalité, qualifiable de « rétrocausalité macroscopique », sont analysées en profondeur pour en déduire comment le libre arbitre de l’homme pourrait s’exercer dans un futur déjà réalisé (quoique non figé). En ce sens, il s’agit d’une théorie métaphysique car, pour qu’elle soit recevable en physique moderne, elle exige d’ouvrir une autre porte qui ne soit pas des moindres : rendre acceptable l’hypothèse que le libre arbitre pourrait s’exercer au moyen d’une influence de nos intentions sur les probabilités d’occurrence de certains futurs plutôt que d’autres ! Tous nos futurs existeraient ainsi à l’état de potentiels latents, c’est-à-dire déjà déployés, mais non encore vécus, et ils seraient directement modulables au niveau de leurs probabilités par le biais de nos intentions libres. Considérée d’un point de vue logique, si effectivement nos futurs probables sont déjà actuels, alors cette idée est imparable : si nous décidons aujourd’hui de changer d’orientation pour notre avenir, les probabilités d’occurrence de l’avenir que nous privilégions seront instantanément augmentées au moment même où notre libre arbitre s’exerce, donc bien avant que cet avenir ne commence vraiment à se préparer, ne serait-ce que par « hasard ». Le problème est que nous avons du mal à imaginer par quel biais notre changement d’intention pourrait se traduire instantanément en modifications physiques de la structure probabiliste de nos avenirs potentiels déjà déployés. Mais dans une physique moderne en pleine mutation, où la théorie des univers parallèles apparaît comme la plus cohérente pour expliquer les observations, et où l’on est forcé d’introduire des dimensions supplémentaires à l’espace pour y parvenir (qui plus est, des dimensions qualifiables d’« intérieures » car extrêmement petites et repliées sur elles-mêmes), n’y aurait-il pas enfin une place pour héberger cette structure intemporelle de notre esprit que l’on appelle l’âme, et qui se définirait fort justement comme cette partie de nous-mêmes douée du libre arbitre authentique, c’est-à-dire capable de privilégier certains futurs indépendamment de tout conditionnement causal ?
Cette Théorie de la Double Causalité peut paraître audacieuse, mais son côté le plus respectable (et qui la rend en effet crédible) est son immense atout d’être productive, au point d’être potentiellement démontrable expérimentalement, car elle permet en effet d’expliquer, entre autres, le mécanisme des synchronicités, ces coïncidences remarquables qui représentent un défi à la science. En bref, l’explication donnée est que l’omniprésence de notre futur a pour conséquence qu’il est possible de remodeler celui-ci au moyen de notre libre arbitre et que ce réarrangement, ainsi produit, agit comme une source de potentialités accrues ayant pour effet d’augmenter les probabilités de tous les chemins pouvant mener à la réalisation de nos choix/intentions, et ce, par rétrocausalité. Il ne reste plus qu’à attendre de rencontrer l’événement susceptible de nous faire bifurquer vers un tel chemin choisi. Si le seul chemin possible est mû par un événement dû au « hasard », alors on ne parle plus vraiment de hasard car les probabilités de ce hasard seront accrues et la rencontre pourra se faire même si sa probabilité était initialement infime, car cette dernière aura été amplifiée par l’intention accompagnée des vertus qui en maintiennent les effets dans le futur : l’attention, la foi et la confiance. A condition, toutefois, de demeurer sincère (dans la prière ou toute autre méthode adressant l’être intérieur) au sens du « Deviens ce que tu es » de Nietzsche !"
Philippe Guillemant s’est attelé à définir ce qu’il faut pour bénéficier de l’Aide divine. S’il y a bien à postuler une influence de la Seconde causalité, encore faut-il en préciser, si possible de manière claire et rigoureuse, le mécanisme à vérifier dans notre vie de tous les jours. Ce dernier est résumé en neuf étapes distinctes :
  1. Avoir besoin d’une aide authentique et persister à en faire la demande à l’univers.
  1. Nourrir la demande d’une préoccupation persistante
  1. S’y lancer en dehors de la voie causale par une prise de risque non réfléchie
  1. Lier la demande à de nouvelles intentions importantes dans notre vie
  1. Le vivre dans le libre arbitre en se confiant au pouvoir créateur de notre Âme-Esprit
  1. Atteindre un niveau de détachement et de confiance
  1. Laisser naître en soi un authentique sourire intérieur, une joie imprenable
  1. Sortir des sentiers battus en privilégiant notre rôle d’observateur, capteur, acteur de l’univers.
  1. Privilégier le don de soi et en ressentir l’Amour-volonté qui l’accompagne.
L'exaucement par rétrocausalité toutefois ne peut se réaliser que si les personnes ou l'environnement concernés par nos demandes le permettent! En d'autres termes, rien ne peut s'accomplir sans notre accord ou contre notre volonté dans la Seconde Causalité. Mais nous avons réellement le pouvoir de privilégier certains futurs, de les faire surgir comme par "magie", indépendamment de leur conditionnement causal antérieur. Cela se réalise à travers notre âme-esprit ou comme on peut aussi l'appeler à travers notre conscience cosmique.
Oser de nouvelles représentations
Philippe Guillemant situe l’humain à trois niveaux : 1) Celui de l’anima : c’est le stade de la conscience instinctive produite par le corps-cerveau ; ici, les vibrations relatives à la gravité quantique fonctionnent dans un espace-temps figé. Cette forme de conscience ne dispose d’aucun libre arbitre mais peut évoluer et se bonifier grâce au lien avec le soi individuel ou collectif. 2) Le niveau du moi : il est à la croisée de l’observation dans le présent et de l’intention déposée dans le futur ; à travers lui, notre conscience remet à jour en permanence notre ligne temporelle, notre futur, mais elle a besoin de recevoir du soi l’information à changer pour pourvoir ensuite exciter le vide quantique via le soi afin que le mécanisme de la réduction d’état puisse s’opérer. 3) Le niveau du soi : il concerne le système d’information capable d’orienter notre ligne temporelle en agissant directement, par excitation du vide quantique, sur la densification de futurs définis par nos dépôts d’intentions. Il pourra y avoir réponse si – et seulement si – le moi et le soi convergent dans le maintien de l’intention déposée pour modifier le futur. Si au contraire le moi perd son libre arbitre, s’il ne fait aucun effort pour densifier son futur, alors rien ne se passe. Le moi et le soi se déconnectent sans pouvoir rien apporter de nouveau.
Dans ce contexte, qu’en est-il de l’ego ? Il est, dans sa forme naturelle et conditionnée, une entité séparée du soi qui ignore ce que nous sommes censés faire sur Terre. Il méconnaît ainsi le sens de la vie qui consiste à améliorer sans cesse le quotidien en fabriquant des réalités toujours plus harmonieuses capables de s’inscrire dans une évolution digne de ce nom qui serait celle de l’Esprit ou de toute autre entité qui s’y rapporte. Une bonne connexion entre le moi et le soi procure de la joie teintée d’un sourire intérieur. À l’inverse, des liens insuffisants entre le moi et le soi peuvent nous faire basculer dans un mental calculateur, nous transformer en juge moral ou nous rendre esclaves de l’émotionnel. L’éveil de notre Esprit permet au mental de se reconnecter à l’intuition, le juge intérieur à la foi et l’ego au don de soi, ce qui est le plus sûr moyen de dépasser la pesanteur de notre passé et le poids de nos conditionnements multiples. C’est donc par la Connaissance du fonctionnement de l’univers, par l’Esprit qui seul peut orienter notre création et par l’Amour qui dit vers quoi nous désirons aller que nous sommes invités à créer et à vivre notre rôle d’observateur – capteur - acteur du divin. Le libre arbitre est la conscience que nous allons librement vers ce que nous aimons, sans obligation, imposition ou contrainte. Nous cessons alors de fonctionner comme des robots. Il est aussi l’assurance de pouvoir sortir du cadre restreint de notre corps-conscience cervicale par la Conscience Cosmique qui elle, via les trous de ver, est en lien avec la singularité. Voici ce qui la favorise:  
Le DETACHEMENT consiste à détacher l'ego, qui est le contrôleur usurpé de notre automate, de l'ensemble des conditionnements. Il est ce qui permet à notre ligne temporelle de revenir sous le contrôle de l'ESPRIT, donc de pouvoir évoluer.
Le DON DE SOI est ce que notre ESPRIT donne à la vie et aux autres et qui est notre véritable raison d'être sur terre. Cela concerne notre différence, notre originalité (nos qualités comme nos défauts), notre façon de nous exprimer lorsque nous sommes nous-mêmes, nos talents, notre créativité, etc.. Il est ce qui permet de remplir notre réservoir d'Amour.
L'AUTHENTICITE est le sentiment de bonheur hors de toute satisfaction, simplement le bonheur d'exister dans l'ESPRIT, c'est-à-dire d'être nous-mêmes; c'est ce qui mène à l'éveil de l'être intérieur ou ESPRIT.
La CONFIANCE est l'état de savoir naturel, de ressenti qui mène à la confiance; elle est ce qui permet de maintenir malgré les turbulences notre ligne temporelle dans la direction choisie par l'ESPRIT sans se laisser démonter par le présent.
Seule la FOI inspirée par l'ESPRIT est bien placée pour décider de ce que l'ego doit considérer comme connaissances valables. Elle agit ainsi en tant que représentante du libre arbitre pour ce qui concerne ce que doit penser le mental, cela étant le seul moyen par lequel l'ESPRIT peut parvenir à contrôler le cerveau. Il est facile de comprendre que sans FOI le mental prédomine, parfois même subtilement en nous faisant croire que nous maitrisons très intelligemment notre ego (l'intelligence = le discret retour de l'ego), mais cette prédominance du mental, caractéristique des intellectuels qui se savent intelligents, finit toujours par les transformer en automates. Seule la FOI peut les en sauver, car elle est tout à la fois l'intelligence du Coeur et de l'ESPRIT...Elle est l'Âme qui agit via la 5è dimension; elle use notamment abondamment de l'art méconnu de visualiser son futur comme déjà réalisé.
L'INTUITION est la plus puissante des facultés de l'ESPRIT car elle offre une liaison directe - sans passer par le mental - avec la source d'informations rétrocausale par excellence: elle est une synchronicité. 
L'importance de la foi dans la loi de l'attraction:
Pour Agathe Reymond  "la règle d’or de cette loi de l’attraction agit à partir des pensées et des sentiments que nous libérons dans l’Univers et de la foi qui accompagne nos vibrations de plaisir, de jouissance d’exister, de créer, d’être créateur de notre bien-être. Son énergie s’active lorsqu’elle ressent notre fréquence vibratoire du plaisir.
C’est le point de jonction entre le cerveau mental et le cerveau émotionnel.
La foi exige que le doute soit évacué de nos pensées. Avec la foi, ce qui semblait être impossible se transforme en possible. Lorsque la foi se connecte à la puissance de la pensée et que la vibration du plaisir propulse dans l’Univers un message que le « possible » est en train de se concrétiser, alors l’énergie de la loi de l’attraction agit immédiatement en notre faveur. La pensée lorsqu’elle est propulsée par l’énergie du cœur, de l’amour, du plaisir d’exister et de concrétiser nos projets avec le respect de la vie, la foi fait office de levier énergétique. Tout ce qui se dégage de cette énergie est impressionnant. Tout ce que nous pouvons attirer vers nous devient de la magie. Le même phénomène se produit aussi à l’inverse et repousse l’énergie de l’attraction aussi fortement que nous pouvons l’attirer.
Avoir des pensées de manque, de colère, d’agressivité, garder en nous des sentiments de rancunes, de reproches contre la vie et contre ceux qui nous ont donné la vie, nourrir le chagrin, l’insatisfaction, le mécontentement, les frustrations, douter de nous, de la générosité de l’univers à notre égard, reprocher à la vie ses manques de considération à notre égard, manquer de respect et de gratitude envers nous-même, cultiver la méfiance, le manque de confiance en nos capacités, chercher à contrôler les événements et la façon dont l’univers répond à nos demandes, etc., bloque les codes d’accès à notre bien-être et à notre prospérité.
Dans les vibrations qui font agir la loi de l’attraction, la foi est indispensable à l’aboutissement de tout projet. Sans la foi, sans être convaincu des bienfaits et des possibilités que l’univers a pour nous, sans croire « hors de tout doute » que l’univers nous donne tout ce dont nous avons besoin pour accomplir notre mission sur terre, sans l’énergie particulière contenue dans la foi en soi et en l’univers, rien ne peut s’ouvrir facilement pour nous. La foi déplace des montages de peurs, de doutes, de sensations d’impuissance ou d’incompréhension. L’angoisse et la peur du manque qui accompagnent nos pensées nous déconnectent de l’énergie du plaisir nécessaire pour mettre en action la loi de l’attraction.
Nous avons besoin de la foi, de la puissance de son énergie pour nous soutenir et nous accompagner sur le trajet de notre évolution.
Lorsque nous nous laissons porter par l’énergie de la foi, tout est possible. Nous n’avons plus besoin de faire l’effort de croire, de se servir de notre volonté pour croire. La foi, lorsqu’elle nous porte vibratoirement, tout devient incontestable, inévitable, réalisable, sans aucune condition. Croire que tout est possible et que tout se manifeste au moment idéal, de la façon idéale comme nous en avons besoin et quand nous en avons besoin. La loi de l’attraction ressent la puissance de cette vibration contenue dans la foi inconditionnelle et répond à nos besoins.
Il peut nous arriver d’émettre par la pensée un désir, une demande, un vœu mais si nous n’y croyons pas vraiment, si nous laissons transpirer le doute ou un besoin de contrôler les « où, quand, comment » doit se réaliser notre demande, la foi perd de sa puissance et le plaisir de s’émerveiller à la manifestation de notre désir diminue puisque nous essayons de prendre le contrôle de l’énergie de l’attraction, inconsciemment.
La loi de l’attraction est faite principalement d’énergie correspondant à « l’attrait mis en action » c’est-à-dire à l’énergie qui a la conviction sans le doute que ce que nous attirons vers nous nous remplit de plaisir, d’une jouissance anticipée.
-        Par la pensée nous pouvons attirer.
-    Par le plaisir de s’attirer des bienfaits, des situations qui nous rendent satisfaits, nous lançons le message électro/magnétique à la loi de l’attraction.
-        Par la foi nous débloquons les obstacles qui peuvent s’interposer entre nous et la loi de l’attraction."(1)
Une antenne en connexion avec un champ
Pour Nassim Haramein, la dynamique de la structuration de l'espace est une géométrie en rotations de figures. L'échange d'information se fait en permanence vers l'intérieur et vers l'extérieur à la vitesse de la lumière. Ce champ magnétique définit aussi le fonctionnement de la conscience qui n'est évidemment pas localisée dans le cerveau ; c'est une antenne en connexion avec un champ, et cela se fait via le liquide céphalo-rachidien qui oscille à certaines fréquences. « Le liquide céphalo-rachidien est un liquide produit dans des cavités du cerveau appelées ventricules et coule autour du cerveau et de la moelle épinière. » Le champ énergétique de la conscience oscille et capte des informations différentes d'une personne à l’autre : l'antenne peut capter beaucoup d'informations ou, au contraire, beaucoup de bruit. L'ajustement, le rythme, va dépendre de notre état émotionnel qui a un effet sur la cohérence neuro-cardio-vasculaire ; notre captation sera aussi affectée par notre mode de vie ou par notre environnement. Là aussi, l'échange d'information se fait en permanence. C'est une nécessité car nous sommes faits de quelque 100'000 milliards de cellules. Toute l'information est holographique ; elle passe par les molécules d'eau qui structure ensuite l'ADN, et non l'inverse ; si l'on retire les 10 couches d'eau présentent dans la structure de l'ADN, plus rien ne se passe ! C'est aussi le cas pour la conscience ou le corps : les cellules s'organisent de façon très complexe à travers le champ d'informations par des feed-back avec l'eau. La même chose se produit avec le spin, le vortex : le tourbillonnement est là où se trouve notre singularité ; au centre se trouve la quiétude et plus on l'atteint plus la dynamique tourbillonnaire du spin augmente autour de nous et avec elle l'inspiration ou l'influence autour de nous. Tout cela même à la conscience que nous sommes UN ; c'est la plus haute connaissance, celle qui va nécessité de chacun-e des choix qui vont avoir un impact sur le champ morpho-génique; cela se fera par feedback successifs: nous donnons au champ de nouvelles informations dont il va tenir compte et nous donnant de nouvelles informations, etc.
Nassim Haramein explique que n'importe quelle particule, jusqu'à la plus petite échelle connue, fonctionne comme un petit champ toroïdal, c'est à dire une sorte de bouée.
Chaque champ toroïdal contient une petite singularité en son centre. C'est à dire du vide d'une densité extrême, qui est au centre du processus de création de la matière.
Grâce à cette explication, nous commençons à ouvrir notre compréhension à ce qu'est réellement une "singularité". Nous étendons notre conscience et nos capacités de réflexion et développons, de ce fait, les moyens de changer notre compréhension du cosmos. 
C'est là que le travail de Nassim Haramein est extrêmement utile, puisqu'il décrit la structure du vide elle-même, sous la forme d'un prisme de géométrie sacrée qui est une incroyable et parfaite représentation de la structure de la réalité. Tous les éléments, tous les atomes, et même les étoiles suivent un schéma principal qui est planifié à partir de cette forme :
 
 
L'idée principale de la théorie est que le vide lui-même se divise de façon très spécifique en définissant des relations géométriques basiques. 
Cette structure bouleverse aussi notre conception du temps, car la "singularité", étant le vide universel, dispose d'une connexion à toutes les autres singularités (atomes, électrons, planètes, étoiles, galaxies...). Toutes ces structures sont connectées à travers leurs singularités. Et leurs informations passent par une sorte de réseau fractal infini qui les relie toutes.
Ceci signifie que l'information peut être transmise instantanément. Par exemple, des particules subatomiques peuvent être à deux endroits en même temps, ou briser les lois de la physique quand elles remontent le temps. Ainsi, à travers la singularité, le macrocosme et le microcosme sont connectés.
Donc, la géométrie finale est quelque chose qui ressemble à un double vortex, un double tore, qui génère un plan équatorial d’ondes gravitationnelles. Et dans la singularité, les 12 vecteurs de la structure fractale du Vecteur d’équilibre, qui déterminent l’échelle de la topologie de l’espace-temps.
Tout est un.
Ainsi, nous apparaissons et nous disparaissons sans arrêt à un rythme très rapide et à la vitesse de la lumière. La moitié du temps, nous sommes issus du vide...et l'autre, nous informons le vide. C'est aussi le mouvement de la conscience qui nous informe par rétroaction que nous existons. C'est la structure du double tore qui le permet. C'est un échange permanent d'informations qui nous affecte, du dedans vers l’extérieur et de l’extérieur vers le dedans: nous co-créons en permanence la réalité. 
La création est continue à tous les niveaux de la singularité ; quand la double tore et l'effet Coriolis s'équilibrent vers la singularité, alors le trou noir produit de la matière, les galaxies, et cela tout le temps. Le trou noir devrait s'écrire TOUT parce qu'il est la structure fondamentale du vide. Il n'absorbe pas seulement, il diffuse aussi de l'information, ce sont des trous noirs/blancs comme le ying et le yang. Les structures du vide et les fluctuations qui s'y déroulent sont à l'origine de tout et nous sommes en constantes relations.
 
Apparaître hors du vide et disparaître en lui est comme une respiration : cela se fait même si nous n'en avons pas conscience. Cela se fait indépendamment de nos croyances et convictions intimes : nous sommes tous en lien avec le vide, la Source, Dieu, que nous soyons athées, agnostiques ou croyants. Ce positionnement est devenu caduc ! Nous ne pouvons pas éviter d'apparaître ou de disparaître hors du vide. Pas plus que nous ne pouvons ne pas donner ou recevoir d'informations. Avec la physique unifiée de Nassim Haramein, les lignes de définition de la spiritualité bougent considérablement.
 
Si toute l'information se trouve bien au centre du vide, de la singularité, alors elle représente tous les possibles des possibles, réalisés ou non encore matérialisés et elle est aussi l'information apportée par toute la création, nous y compris. À ce niveau, évidemment, le temps est empilé : le passé-présent-futur cohabitent. Les fils de notre vie y sont multiples. Et la matérialisation s'y fera par réduction d'état ; ce qui advient dans notre réalité vient en somme du futur, comme passé-présent réactualisé, ou comme nouveauté. Certaines choses sont quasi immuables (un cailloux), d'autres seront très fugaces ou d'une très courte durée de vie ; mais nous contenons  l'information de qui nous sommes, ceci en permanence. Plus nous sommes dans la maîtrise, plus cette information est massive, et le changement n'est alors guère possible ; c'est le poids du mental et celui de l'anima définis par Philippe Guillemant. Le vide matriciel en tient compte.  
Nous informons le vide matriciel de notre état global comme de nos désirs-besoins-souhaits-attentes- convictions intimes de type placébo ou nocébo ; c'est d'autant plus fort via l'émotion ; mais nous ne le faisons pas consciemment, pas réellement, donc de manière très fugace , car nous doutons qu'il y ait une présence réelle, une Puissance supérieure avec laquelle nous pourrions communiquer ou interagir. Avec les travaux de Nassim Haramein, les choses changent ; il y a une toute puissance dans le vide matriciel : tout en vient et tout y retourne. Nous co-créons avec elle notre réalité – et sans doute l'univers entier!-, sans elle nous ne le pourrions pas ! Cela fait bien de nous des observateurs-capteurs-acteurs du divin comme Philippe Guillemant l'avait pressenti. Nous recevons de l'information du vide – et cela peut se faire à tout moment – sous forme d'intuition, d'inspiration, de prémonition, de heureux hasards et de synchronicités entre autres choses. Dans le vide matriciel, toute l'information est disponible, c'est là que se font les voyages hors de son corps, les expériences de mort imminente, ou les visions des devins... Ce sont des informations reçues en retour du vide matriciel, des feedback accessibles à la conscience dans certaines conditions ou circonstances.
La fusion de la pensée, de l’émotion, de la sensation ou des sentiments
Lorsque la pensée (tête) et l’émotion (ventre) n’en font plus qu'un dans le cœur (milieu), nous créons un sentiment dans notre corps. Et leur diversité positive ou négative est énorme : Jean-Philippe Faure en a répertorié 879 répartis dans dix catégories : Tranquillité (151), Joie (148), Colère (142), Coupure avec ses émotions (137), Tristesse (117) Surprise (82), Peur (82), Dégoût (9), Terreur (9), Fureur (8).
Six émotions primaires forment le socle de nos réactions à un stimulus extérieur : la colère, le dégoût, la joie, la peur, la surprise et la tristesse.
On a longtemps considéré les émotions comme des phénomènes corporels parasitant, voire asservissant la raison. Depuis le milieu des années 1990 et particulièrement avec les travaux du neurologue Antonio Damasio, la perspective s’est inversée : sans émotion, on déraisonne. Tout se joue dans le cortex préfrontal ventromédian, à la jonction de zones cruciales pour la logique et l’émotion, où, au moment de prendre une décision, aussitôt des « marqueurs somatiques » récapitulent l’expérience acquise dans une situation comparable et nous aiguillent vers un comportement adapté. Une atteinte à cet endroit nous rend incapable de prendre une décision appropriée et altère profondément nos relations sociales (2).
Sans émotion on déraisonne: il faut donc  
AUGMENTER SON TAUX VIBRATOIRE (3) 
Qu’est-ce que le taux vibratoire ?
Avant de comprendre ce qu’est le taux vibratoire, il importe de revenir sur la célèbre phrase d’Albert Einstein : "tout est énergie" ou "tout est vibration". En effet, nous sommes constitués d’énergie et tout ce qui nous entoure l’est aussi : les animaux, les végétaux, les minéraux, les lieux et même les objets !
Cette énergie peut être mesurée de différentes manières. Le plus simple - et sans doute le plus courant - étant d’utiliser un pendule. Le résultat ainsi obtenu indique le taux vibratoire et se mesure en Unités Bovis (UB). Chacun étant bien entendu différent, nous avons tous notre propre taux vibratoire qui peut varier selon notre état du moment (santé, humeur, émotions...etc.)
Beaucoup s’entendent à dire que le taux vibratoire "normal" d’un être humain oscille entre 6000 et 9000 UB. Pour avoir fait quelques expériences avec des amis afin de déterminer le taux vibratoire de certains objets ou lieux, je peux affirmer que les résultats obtenus varient d’une personne à l’autre.
Ceci s’explique peut-être par le fait que nous percevons le taux vibratoire des autres personnes ou choses à partir du nôtre. Quoiqu’il en soit, une expérience sur des boîtes contenant des objets dont on ignorait tout a pu toutefois démontrer que chacun d’entre nous trouvait les mêmes variations : autrement dit nous avons tous trouvé quel était l’objet qui avait le plus faible taux vibratoire, le plus élevé...etc.
Ceci nous montre que les chiffres n’ont pas une réelle importance. Ce qui est intéressant, c’est de mesurer l’évolution d’un taux à différents moments pour vérifier si celui-ci est en hausse ou en baisse.
Pourquoi augmenter son taux vibratoire ? 
* Offre la meilleure protection contre les basses vibrations (énergies indésirables)
* Nous maintient en bonne santé et nous aide à nous sentir bien
* Contribue à notre bien-être sur tous les plans (physiques, psychiques, émotionnels, spirituels...), nous permettant d’accueillir bonheur et joie de vivre
* Nous permet d’accéder à des états de calme et de paix intérieure
* Participe à la libération facile et rapide de toutes les énergies qui ne vous conviennent plus
* Nous relie à notre guide intérieur pour trouver notre chemin et nous diriger vers ce qui va nous rendre plus heureux
* Nous aide à attirer et à manifester rapidement tout ce que l’on souhaite
* Facilite la connexion avec notre âme, nous permettant d’entrer en contact avec elle
* Augmente la magie dans notre vie (chance, synchronicités...)
 Il importe de se souvenir que tout est un: 
" Vous faites partie de ce canal de l'information du vide qui passe d'infiniment grand à infiniment petit à travers vous et comme il passe à travers vous il choisit votre interprétation spécifique de l'univers et le nourrit à l'infini de toutes les choses afin que votre participation soit comptée... Vous commencez à avoir un sens de votre responsabilité ?"-Nassim Haramein
----------------------------------------------------------------------------------

       

 .